Un amour mendié, ce n’est pas de l’amour

21 mars 2016 dans Emotions 6282 Partagés

Un amour mendié, ce n’est pas de l’amour, c’est un manque de dignité et de respect envers soi-même.

Car lorsque vous aimez une personne, vous en prenez soin et vous faîtes tout ce qui est en votre pouvoir pour ne pas qu’elle souffre, vous n’êtes jamais à l’origine de la douleur.

Ainsi, si vous ne vous protégez pas des ce « faux amour », si vous n’évitez pas la souffrance, alors c’est que vous ne vous aimez pas.

Ainsi, s’aimer est la première chose à faire pour vivre l’amour dans la plénitude, pour ne pas tomber dans la manipulation, la maltraitance ou la victimisation. Vous pensez et ressentez sûrement que la souffrance est inévitable, cependant, ce n’est pas certain.

Tout être humain est capable de se dépasser, d’empêcher les autres de jouer avec ses sentiments et de dire qu’une relation ne le mérite pas car elle ne lui offre ni bonheur, ni joie, ni épanouissement.

femme mordant une pomme

La souffrance d’aimer une personne qui ne nous aime pas en retour

Se rendre compte que la personne que nous aimons ne nous aime pas en retour et qu’elle ne nous montre aucun signe d’affection ou de tendresse nécessite de respecter notre temps de douleur, lequel requiert un espace pour la compréhension de ce qu’il nous arrive.

Souffrir par amour nécessite de la réflexion et un surpassement, car l’angoisse de se rendre compte qu’une personne ne nous aime pas nous fait ressentir une chose qui nous dévore de l’intérieur.

Nous avons l’impression que ce « non-amour » a trahi nos sentiments et qu’il s’est moqué de notre capacité à aimer.

Il est essentiel de s’accorder du temps pour être en colère, pour nier la réalité, pour espérer, pour être épouvanté, pour toucher le fond, pour se rendre compte de tout ce qui est brisé en nous et de toutes les parties qui sont restées intactes, pour réparer les sentiments trouvés, etc.

Tout cela est indispensable pour nous aimer nous-mêmes, pour nous sentir importants et nous valoriser. Au bout du compte, lorsque nous laissons derrière nous un « non-amour », un processus de liberté émotionnelle débute dans le bien-être de pouvoir dire adieu à la souffrance.

couple dans une cape

Le manque d’intérêt tue la tendresse

L’amour doit être démontré, non mendié. Le faire, c’est se soumettre à notre capacité à aimer le pire des bourreaux : l’indifférence. En effet, l’indifférence vit du déséquilibre au sein d’une relation et se maintient grâce à la fragilité des ciments de base.

Il n’y a rien de mieux que les marques de désintérêt continues pour commencer à ouvrir les yeux lorsque nous nous sentons obligés de les fermer.

Ainsi, nous nous rendons compte que toutes les relations ne sont pas de l’amour véritable, qu’aimer n’obtient pas toujours de réciprocité et que pour être heureux en couple, il faut que les deux membres rient ensemble, soient complices et de bons amants.

Seul en l’absence de mensonges, d’excuses et de désintérêt peut se créer un amour qui base sa liberté sur des conduites saines et non soumises. Nous méritons une relation qui se base sur la complicité, l’estime, le temps passé ensemble et l’affection mutuelle.

couple dansant

Il est important de prendre soin de son estime et de s’aimer soi-même

Personne ne peut vous rendre malheureux sans votre consentement. Pour construire une relation de couple heureuse, il est nécessaire de s’aimer et de se valoriser. En d’autres termes, vous devez vous prouver chaque jour que vous vous aimez.

Une fois que vous y parviendrez, vous serez prêts à ne plus chercher des personnes qui ne vous regrettent pas et ne vous montrent aucun intérêt et à ne plus vous soumettre à l’indifférence qui vous oblige à plier sous les messages ignorés ou les silences infondés.

Peu importe les relations qui vous déçoivent, peu importe que vous ayez l’impression d’être aux côtés de l’amour de votre vie ou que vous ne croyiez pas à l’amour éternel.

L’amour véritable et indispensable, c’est l’amour de soi-même. Et c’est une fois que vous ressentirez cela que vous pourrez faire valoir ce que vous méritez et ce que vous ne méritez pas.

Images publiées avec l’aimable autorisation de Benjamin Lacombe.

A découvrir aussi