Types de syndrome de l'imposteur : et lequel êtes-vous ?

Avez-vous peur que quelqu'un se rende compte que vous n'êtes pas aussi compétent que la plupart le croient ? Vous êtes perfectionniste et vous avez peur de l'échec ? Il est très possible que vous apparteniez à l'un des 5 types de syndrome de l'imposteur. Découvrez lequel vous êtes !
Types de syndrome de l'imposteur : et lequel êtes-vous ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 03 décembre, 2022

Neil Gaiman, écrivain et auteur de romans graphiques tels que Sandman, raconte comment il a été invité à un événement alors qu’il était encore très jeune. Il venait de décoller dans sa carrière, mais il était là, entouré de nombreuses personnalités de l’art et de la science. La première chose qu’il pensa fut qu’il ne méritait pas d’être à cette place, que ses mérites n’étaient pas à la hauteur.

À un moment donné, il a heurté un homme. C’était une personne gentille et bavarde qui lui disait ceci : « Je regarde ces gens et je me dis, qu’est-ce que je fous ici ? Ils ont fait des choses incroyables. Je suis juste allé là où ils m’ont envoyé.” Face à ce commentaire, le jeune Gaiman n’a pas hésité à répondre : “oui, mais tu as été le premier homme à aller sur la Lune, et ça c’est déjà important.”

C’est vrai, la personne qu’il avait rencontrée était Neil Armstrong, et comme lui, il était saisi par le syndrome de l’imposteur toujours ennuyeux. Rappelons-nous, nous parlons de cette croyance affolante dans laquelle on est perçu comme un imposteur, quelqu’un de moins compétent que les autres ne le croient.

Cette caractéristique est souvent liée au névrosisme et aussi au perfectionnisme et à l’auto-efficacité. Quoi qu’il en soit, il y a quelque chose d’évident et c’est que quiconque remet en question leur valeur entrave leur croissance et leur potentiel de toutes les manières. Connaître les typologies de ce phénomène peut nous permettre de mieux comprendre son origine et la manière d’y faire face. Nous l’analysons.

Homme pensant aux types de syndrome de l'imposteur
Les statistiques nous disent qu’environ 70 % de la population a souffert du syndrome de l’imposteur à un moment donné.

Types de syndrome de l’imposteur, les façons dont nous nous sous-estimons

Ce terme a été inventé par les psychologues Pauline R. Clance et Suzanne il y a plus de 40 ans. Quelque chose qu’ils ont vu dans leurs études, c’est que ce sentiment de mensonge intellectuel était particulièrement répandu chez les femmes. Les auteurs l’ont attribué aux facteurs éducatifs et aux rôles de genre, à cette dalle culturelle qui sous-estimait souvent la valeur du sexe féminin.

Maintenant, vu rétrospectivement, nous pouvons affirmer que le syndrome de l’imposteur affecte les deux sexes de la même manière, y compris n’importe qui, quel que soit son statut social ou son âge. De même, il est important de préciser qu’il ne s’agit pas d’un trouble psychologique. C’est une caractéristique qui serait affectée par de multiples dimensions très variables, comme une faible image de soi, l’anxiété, une faible estime de soi, etc.

Cependant, il y a quelque chose qu’ils nous font remarquer dans un ouvrage de l’Université du Texas. Les personnes définies par ce type de perception de soi éprouvent des niveaux plus élevés de stress, d’épuisement professionnel et une plus faible satisfaction au travail. Se mettre en doute, ainsi que vivre avec l’idée qu’à un moment donné, votre (supposée) incompétence sera révélée est certainement troublant.

En revanche, un aspect qui nous permettra sans aucun doute de mieux comprendre ce phénomène psychologique est de connaître les différents types de syndrome de l’imposteur. Il est très probable que beaucoup d’entre nous s’identifient à l’un d’entre eux…

Aussi curieux que cela puisse nous paraître, de nombreuses personnes ignorent qu’elles souffrent du syndrome de l’imposteur. Cependant, ils correspondent à ce profil car ils pensent que leur succès est dû à la chance, à la peur de faire des erreurs et à la dévalorisation de leurs réalisations.

1. Le perfectionniste : tout doit s’arranger pour moi !

Existe-t-il une forme de souffrance plus destructrice que de vouloir être parfait ? Cette approche mentale nous soumet jour après jour à l’abîme de l’angoisse, à l’obsession des nuances sans importance et à l’insatisfaction perpétuelle. Soyons clairs, quiconque ne se sent jamais satisfait de son travail, de ce qu’il fait ou de ce qu’il est est voué à être un éternel imposteur (pour lui-même).

2. L’expert : il doit tout savoir !

C’est une chose d’aimer accumuler des connaissances et c’en est une autre de penser qu’on n’en sait jamais assez pour être vraiment compétent, même si on est déjà un expert. Il est vrai qu’il convient toujours de pratiquer l’humilité intellectuelle.

Cependant, il y a des gens qui se sentent imposteurs alors qu’ils ont déjà démontré leur intelligence, leur bonne maîtrise dans un domaine. L’expert imposteur est celui qui a besoin de continuer à se former et qui hésite à appliquer ce qu’il sait par peur de l’échec.

3. Le super-héros ou la super-héroïne : je le fais pour vous !

Parmi les types de syndrome de l’imposteur, c’est le plus courant. Il définit les personnes qui doivent faire plus que les autres pour se prouver qu’elles sont compétentes. Un exemple de ceci est le travailleur qui passe plus d’heures dans sa journée de travail. Aussi à ceux qui ont besoin de s’occuper des tâches de toute leur famille et de leurs connaissances pour se sentir utiles et bien dans leur peau.

4. Le génie frustré : il doit savoir tout faire !

Il y a des hommes et des femmes qui aimeraient être l’individu classique de la Renaissance, un Léonard de Vinci maîtrisant tous les arts. Ce qui est curieux, c’est qu’ils sont déjà des figures exceptionnelles dans leurs domaines de connaissance respectifs. Cependant, l’idée de ne pas être compétent dans de nombreuses dimensions au-delà de leur propre discipline les met mal à l’aise et leur fait penser qu’ils ne sont vraiment bons à rien.

Un exemple de ceci pourrait être le mathématicien qui se sent frustré parce qu’il n’est pas doué pour traduire du grec. Ou l’économiste qui regrette de ne rien connaître à l’astronomie. Parmi les types de syndrome de l’imposteur, c’est sans aucun doute l’un des plus frappants.

Certaines des personnes les plus prospères de l’histoire et d’aujourd’hui présentent le syndrome de l’imposteur, comme Jodie Foster ou Michelle Obama.

Femme ennuyée au travail pensant aux différents types de syndrome d'imposteur
Il y a des gens qui ressentent une grande anxiété et peur quand quelqu’un les considère comme un expert et attend certains objectifs de leur part.

5. Le solitaire : si je demande de l’aide, mon incompétence sera exposée

Certaines personnes refusent de demander de l’aide ou de poser des questions parce que leur fierté pèse une tonne. D’autres, en revanche, ce qui pèse sur eux, c’est le syndrome de l’imposteur. C’est vrai, il y a beaucoup d’hommes et de femmes définis par la typologie solo qui préfèrent ne rien consulter avec personne. Ce sont eux qui évitent de travailler en équipe, ceux qui fonctionnent le mieux dans un relatif isolement.

La raison en est pas du tout la fierté. Ils craignent qu’à un moment donné, quelqu’un découvre qu’ils ne sont pas aussi brillants que la plupart le supposent. Ils optent pour la distance comme mécanisme de protection afin de ne pas s’exposer, afin qu’on ne découvre pas qu’ils sont des imposteurs (apparents).

Pour conclure, comme nous pouvons en déduire, il existe de nombreuses façons de se dévaloriser et de se sous-évaluer. Ce qui est frappant, c’est que cette caractéristique est présente chez les personnes les plus brillantes, celles qui, si elles éteignaient légèrement cette voix intérieure, pourraient donner beaucoup plus d’elles-mêmes. Travailler sur l’estime de soi, les croyances irrationnelles, ainsi que l’obsession d’être parfait atténuerait cette réalité épuisante.

Cela pourrait vous intéresser ...
TDAH et consommation de substances, comment sont-ils liés ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
TDAH et consommation de substances, comment sont-ils liés ?

Souffrir de TDAH multiplie jusqu'à trois la probabilité de souffrir d'une dépendance. Dans cet article, nous vous expliquons pourquoi.



  • Clance, P. R., & Imes, S. A. (1978). The imposter phenomenon in high achieving women: Dynamics and therapeutic intervention. Psychotherapy: Theory, Research & Practice, 15(3), 241–247. https://doi.org/10.1037/h0086006
  • Feenstra S, Begeny CT, Ryan MK, Rink FA, Stoker JI, Jordan J. Contextualizing the Impostor “Syndrome”. Front Psychol. 2020 Nov 13;11:575024. doi: 10.3389/fpsyg.2020.575024. PMID: 33312149; PMCID: PMC7703426.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.