Tu mens ! Ton langage corporel te trahit

· 9 mai 2018

Sommes-nous capables de savoir si quelqu’un ment uniquement en observant son langage corporel ? Nos gestes et comportements nous trahissent-ils ? Il n’est pas toujours facile de savoir si la personne se trouvant en face de nous est en train de nous mentir. Nous avons tous un souvenir du conte infantile de Pinocchio, l’enfant qui, chaque fois qu’il mentait voyait son nez grandir encore et encore.

Bien que dans la vie réelle il ne soit pas si simple de déceler les mensonges, il existe des experts nous permettant de résoudre ce dilemme. En fait, ils nous indiquent les situations dans lesquelles notre langage corporel est le plus à même de nous trahir. Ainsi, le mensonge ne se détecte pas uniquement au travers du langage parlé. Observer ceux qui nous entourent et étudier leur langage corporel peut nous permettre de distinguer les personnes qui sont sincères avec nous des autres personnes.

« 90% de notre communication est constituée par le langage non-verbal, c’est pourquoi notre corps en dit beaucoup plus de nous que ce que nous exprimons au travers des mots. »

D’autre part, il est certain que nous commençons à mentir très jeunes. Le mensonge est une conduite apprise et intrinsèque chez l’être humain. Si le jeune enfant finit par comprendre que la récompense qu’il obtient lorsqu’il ment est plus importante que celle obtenue lorsqu’il dit la vérité ; il est normal qu’il approfondisse sa découverte de ce monde inventé qui lui procure a priori de nombreux bénéfices.

le langage corporel comme preuve du mensonge

Dire que vous êtes malade le jour d’un examen que vous n’avez pas préparé, se vanter de connaître une langue lorsque vous la comprenez à peine, justifier votre retard par le trafic… Ces mensonges sont des conduites que nous menons tous les jours, avec une naturalité totale.

5 gestes de notre langage corporel qui nous trahissent

Plus nous étudierons le langage corporel de ceux qui nous entourent, plus nous serons à même de percevoir les gestes qui accompagnent leurs mensonges. Bien qu’il n’existe pas de signaux universels permettant de détecter le mensonge, 5 signaux paraissent les plus communément perceptibles :

Tendance à se gratter le nez

La personne qui ment tend à se frotter le nez comme un acte réflexe et de manière involontaire. La réalisation de ce geste s’explique par des picotements dans les capillaires nasaux liés à l’augmentation d’adrénaline sécrétée suite à l’expression du mensonge.

Un exemple très connu est celui de Bill Clinton : il se frotta le nez lorsqu’il nia son affaire avec Monica Lewinsky. Ce geste fut interprété comme la révélation de son mensonge.

Corps en position rigide

Les muscles ont tendance à être tendus ce qui provoque l’incapacité à contrôler certains tics, tels que la contraction des épaules ou de légers spasmes dans les pieds et le cou. L’expression physique devient alors limitée, avec une tendance à garder les bras collés au corps.

Au contraire, lorsque la personne est sincère, il est naturel qu’elle se montre détendue. Ses gestes sont alors apaisants et elle manifeste un langage corporel décontracté. D’autre part, il est important de faire attention lorsque nous interprétons cette rigidité : il se peut que la tension soit la conséquence d’autres circonstances. Elle peut provenir d’une préoccupation totalement extérieure à la discussion, ou être générée par l’anticipation de notre réaction en apprenant une certaine vérité.

La respiration et le rythme cardiaque s’accélèrent

Le rythme respiratoire se modifie ; on respire de manière moins légère. Cela engendre une modification du rythme cardiaque directement liée à l’altération brutale de la fréquence respiratoire. Dans ce cas, il est bon de prendre en compte l’éventuelle rigidité corporelle de l’individu.

les signes du langage corporel qui sont associés au mensonge

Regard statique

Figer le regard est une protection émotionnelle. Lorsque nous mentons, nous nous plaçons dans une position de vulnérabilité consciente. Une fois le mensonge énoncé, le doute peut nous trahir, c’est pour cela que la rigidité dans le discours se ressent bien souvent dans celle du corps, et par logique, dans celle du regard.

Micro-expressions faciales

Le clignement des yeux devient plus intense et fréquent avec une tendance à nous frotter les yeux. Les joues commencent à rougir comme la conséquence de l’augmentation de l’adrénaline. Enfin la bouche et les lèvres se froncent ce qui indique une tension émotionnelle plus importante.

Nous pensons que les causes qui justifient notre mensonge peuvent être nombreuses et diverses, mais elles ont finalement toutes un objectif commun : nous souhaitons éviter de dire la vérité.

L’évidence du langage corporel

Le langage corporel est une forme de communication non-verbale. Grâce à des gestes et des mouvements, nous transmettons les messages que nous souhaitons faire parvenir à nos interlocuteurs. Ces actions sont souvent menées de manière inconsciente. Pour cette raison il est très difficile de dissimuler l’expression d’un mensonge et de réaliser des gestes corporels en adéquation avec ce que nous souhaitons exprimer. En fait, il est difficile d’imposer à notre corps d’accompagner notre discours de la même manière lorsque nous mentons et lorsque nous disons la vérité.

D’autre part, comme nous l’avons dit, l’interprétation du langage non-verbal doit se faire avec précaution puisqu’il existe une multitude de facteurs environnementaux pouvant avoir une influence sur celui-ci. Imaginez que vous observez chez votre interlocuteur un excès de sueur sur le front, vous ne devez pas systématiquement l’associer à une tentative de mensonge. En effet, il se peut qu’il fasse très chaud dans la salle où vous vous trouvez ou que votre interlocuteur souffre d’un hyperhidrose.

langage corporel et mensonge

Pour interpréter le langage non-verbal, il est nécessaire de tenir compte des variables du contexte, des antécédents de la personne, de son caractère et de l’importance de ce qu’elle exprime au travers de son discours. L’idéal est d’observer le langage corporel dans son ensemble et d’identifier les possibles facteurs externes qui peuvent expliquer ce comportement et qui n’ont donc rien à voir avec l’expression d’un mensonge.

« N’importe quel idiot peut dire la vérité. Pour mentir, il faut de l’imagination. »

-Perich-