Tout sur le syndrome de l'enfant du milieu

Bien que l'on dise souvent que le syndrome des frères et sœurs du milieu n'est qu'un mythe, de nombreuses personnes s'identifient à ces effets associés au rang de naissance. Dans l'article suivant, nous vous en disons plus à ce sujet.
Tout sur le syndrome de l'enfant du milieu
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 23 juin, 2023

Le syndrome de l’enfant du milieu est pour certains un peu plus qu’une légende urbaine ; pour d’autres, une réalité évidente. La vérité est que grandir dans une famille où cette position intermédiaire est assumée n’est pas toujours facile. Souvent, le frère aîné symbolise cette figure sur laquelle ils placent tous les renforts positifs, tandis que le petit reçoit les soins et les soins.

C’est le psychothérapeute Alfred Adler qui a introduit la théorie du frère cadet, soulignant comment ces enfants perçoivent leur position dans la constellation familiale de manière plus complexe. Selon les Adler, ils se sentent généralement un peu délaissés, plus seuls et développent une personnalité particulière. Qu’est-ce qui est vrai et qu’est-ce qui est faux dans cette perspective ? Nous l’analysons ci-dessous.

Le fait que de moins en moins d’enfants naissent signifie que le phénomène de l’enfant du milieu apparaît moins fréquemment. Cependant, ceux qui ont grandi dans une famille avec plusieurs frères et sœurs déclarent souvent avoir souffert de cette caractéristique.

Syndrome de l’enfant du milieu : définition et caractéristiques

Le syndrome de l’enfant du milieu fait référence à l’expérience de négligence que certains enfants ressentent en raison de leur rang de naissance. Certains – soi-disant – regardent avec agacement comment leurs frères plus âgés et plus jeunes prennent tous les renforts et les soins.

Depuis qu’Alfred Adler a introduit ce concept dans son livre Problems of Neurosis (1964), le sujet n’a pas manqué de susciter un intérêt incalculable. Il est également important de noter que nous ne traitons d’aucun état ou trouble psychologique enregistré dans le DSM-V. D’un autre côté, bien que la science étudie cette question depuis des années, elle ne trouve pas toujours un soutien solide à la théorie.

Un échantillon de ceci est un travail récent publié dans Heliyon, où il a été conclu que l’ordre de naissance n’a pas d’impact sur la manière de se relier au sein de la dynamique familiale. Cependant, au-delà de la littérature scientifique, dans la réalité quotidienne, certaines personnes s’identifient à cette perspective. Passons en revue les facteurs et les preuves à cet égard.

Les enfants du milieu montrent “une certaine distance” avec leurs parents

L’une des premières enquêtes sur le syndrome de l’enfant du milieu a été celle parue en 1998 dans le Journal officiel de la Human Behavior and Evolution Society. Dans ce travail, il a été mis en évidence qu’être le frère du milieu pouvait affecter le lien parental. Quelque chose qui a été vu, c’est que lorsqu’il s’agit de demander de l’aide, certains préfèrent leurs propres frères et sœurs à leurs parents.

De même, il a également été mis en évidence qu’en moyenne, la proximité affective qu’ils ressentaient envers leur mère n’était pas au même niveau que leurs frères et sœurs plus âgés et plus jeunes ; celle de ce dernier était plus importante. Tout cela pourrait se résumer au fait que l’ordre de naissance affecterait l’attachement et l’interaction avec les parents eux-mêmes.

Cependant, il convient de noter que cette étude n’a pas été revue et que nous ne disposons pas de données mises à jour.

Le syndrome de l’enfant du milieu décrit une personnalité différente

La psychologie clinique accorde une grande importance à la dynamique parentale et au concept d’attachement. Dans le syndrome de l’enfant du milieu, l’idée que ces personnages ne reçoivent pas autant d’attention émotionnelle que les autres frères et sœurs est limitée. Par conséquent, si les expériences psycho-affectives sont inégales, il est possible que cela affecte le comportement et la personnalité de l’enfant.

Quels traits et caractéristiques définiraient une personne élevée dans un contexte avec ces dynamiques ? Regardez ce qui suit :

  • Personnalité compétitive et rebelle. L’enfant du milieu grandit en ayant besoin de rivaliser avec ses frères et sœurs pour l’attention parentale. Cela trace parfois un caractère plus rebelle et habile en termes de comportement compétitif.
  • Bonnes aptitudes sociales. Souvent, la tentative de l’enfant du milieu d’approcher les adultes pour attirer l’attention facilite le développement précoce de l’affirmation de soi, d’une bonne communication et de compétences de négociation.
  • Le poids de la jalousie et du stress. Ce syndrome défend l’idée qu’en général, c’est le frère aîné et le cadet qui sont les “favoris” des parents, favorisant les expériences de jalousie et de souffrance émotionnelle.
  • Ils ont tendance à prendre des risques. Le fait que les parents accordent plus d’attention au reste de la fratrie rend l’enfant du milieu plus libre de s’engager dans des comportements à risque. Ce manque d’encadrement renforce en eux un esprit plus exploratoire et risqué.
  • Indépendant et décisif. La journaliste Katrin Schumann a un livre intitulé The Secret Power of Middle Children (2011). Dans son travail, il est souligné que grandir dans un scénario où être au milieu signifie recevoir moins de renforts, c’est peut-être un avantage. Ces enfants peuvent devenir plus indépendants, décisifs et créatifs.
  • Perception d’abandon et de solitude. Grandir en voyant que les autres frères et sœurs captent presque toute l’attention des parents, laisserait l’empreinte de ces blessures. Nous en avons un exemple dans l’Indian Journal of Psychological Medicine ; leur article soutenait que les frères et sœurs plus âgés démontrent des traits plus perfectionnistes en raison de la pression parentale.

Il y a des adultes qui ont grandi en étant le frère du milieu et qui développent parfois des problèmes pour établir des relations sûres.

Sensibilité au rejet à l’âge adulte et relations précaires

Parfois, l’enfant du milieu grandit dans un territoire quelque peu complexe, où il manque de reconnaissance et de soutien parental. Ainsi, il se développe en témoignant que ses autres frères et sœurs reçoivent plus d’affection, de sécurité et d’attention. Si ces dynamiques se réalisent, elles auront un impact à l’âge adulte.

Une enquête publiée par la Revue internationale en ligne des sciences de l’éducation souligne que cette éducation inégale dans laquelle on ne se sent pas pleinement aimé laisse des séquelles. La caractéristique la plus évidente est la peur constante d’être rejeté. Ils ont peur de vivre les mêmes expériences affectives que dans l’enfance et cette angoisse nuira sans doute à la qualité de leurs relations interpersonnelles.

Ainsi, à partir de la psychologie clinique, nous relions cette dernière réalité aux théories de l’attachement. L’Université du Minnesota, par exemple, souligne comment cette éducation plus vulnérable dépourvue d’un lien émotionnel sûr augmente le risque que les relations amoureuses à l’âge adulte découlent d’un attachement anxieux ou peu sûr.

Comment prévenir le syndrome de l’enfant du milieu ?

À ce stade, peut-être plus d’un se demande-t-il encore si le syndrome de l’enfant du milieu est réel. Nous insistons sur le fait que la littérature scientifique ne trouve pas de données concluantes. En fait, le dictionnaire de l’American Psychological Association (APA) le décrit comme une condition hypothétique.

Malgré cela, il est un fait qu’une éducation discriminatoire en matière de soins et d’affection entraînent parfois l’apparition de certains effets tels que ceux déjà décrits. De même, il a également été vérifié que l’ordre de naissance médiatise des dimensions telles que l’intelligence.

À cet égard, le magazine PNAS a partagé un article précisant que les frères et sœurs plus âgés ont des scores plus élevés dans ce facteur. Cela pourrait être associé à un plus grand nombre de renforts et d’attention des parents envers ledit frère ou sœur.

Par conséquent, si nous voulons que nos enfants grandissent dans le bonheur, avec le même potentiel et aient les meilleures opportunités, il est important de ne négliger aucun d’entre eux et de leur accorder la même attention de manière égale. Voici quelques stratégies de base.

Attention et renforts émotionnels égaux

Les parents de familles nombreuses ne sont pas toujours conscients de ces petites inégalités en matière de garde d’enfants. Il est vrai que les petits demandent plus de soins et que de grands espoirs sont portés sur les premiers-nés. Maintenant, il faut faire attention, car les enfants du milieu sont ceux qui se sentent le plus délaissés.

  • Abritons en chacun d’eux les mêmes illusions.
  • Offrons les mêmes possibilités d’apprentissage.
  • Apportons un renforcement et une validation émotionnelle à tous les enfants de la même manière.
  • Il est essentiel que nous nous intéressions à savoir comment chacun d’eux est, ce qu’il aime, quels sont ses rêves.
  • Nous comprenons que chaque enfant est unique et que chaque frère ou sœur aura des besoins particuliers.

Evitons les comparaisons

Essayons de ne pas comparer les frères entre eux. Cette pratique a tendance à laisser des cicatrices et à faire l’objet de ressentiments ultérieurs. Si l’un des enfants montre un avantage dans un domaine, ne minimisons pas les autres pour ne pas montrer cette particularité. Chaque frère aura ses vertus.

Du temps de qualité avec tout le monde de la même manière

Ce qui se passe dans l’enfance construit la personne que l’on sera demain. Ainsi, le temps partagé avec les enfants agit comme ces fondations qui restent imprégnées dans la mémoire émotionnelle. Essayons de passer du temps de qualité avec les enfants, ensemble et aussi séparément.

Une escapade amusante uniquement avec les enfants du milieu, de temps en temps, renforce le lien et ce sont des moments dont on se souviendra toujours.

Gardez à l’esprit le syndrome de l’enfant du milieu

Peu importe que pour certains ce soit un mythe. Il est évident que les frères et sœurs du milieu sont parfois perçus comme ces enfants invisibles sur le radar affectif de leurs parents. Gardons-le à l’esprit chaque jour et essayons de brouiller cette perception, de l’étouffer et d’empêcher l’enfant de développer un tel sentiment.

L’amour aide le syndrome de l’enfant du milieu à ne pas germer

L’attention, la présence et les renforts émotionnels désactiveront le syndrome de l’enfant du milieu. Bien que personne ne puisse nier que le parcours d’éducation est un défi, rappelons-nous qu’au-delà de la nourriture, des vêtements et des cadeaux, ce dont ils ont le plus besoin, c’est de notre amour.

Sans aucun doute, les aimer est le meilleur nutriment pour que cette dimension décrite ne germe dans aucun petit.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.