Biographie d’Alfred Adler, le créateur de la psychologie individuelle

· 30 août 2017

Alfred Adler était un médecin viennois qui a eu un grand impact sur les théories concernant l’esprit humain. Avec Sigmund Freud et Carl Gustav Jung, il referme le cercle des « trois grands » ou, en d’autres termes, des fondateurs de ce qui est connu sous le nom de « psychologie profonde ».

Adler est né à Vienne (Autriche) le 7 février 1870. Il fut le second enfant d’une famille de six. Son père était un vendeur de céréales juif et sa mère une maîtresse de maison. Il passa son enfance dans la banlieue de la capitale autrichienne. Il avait une santé très fragile car il souffrait de rachitisme et fut en outre, une fois, renversé par une voiture.


« L’expérience est l’une des causes du succès ou de l’échec. Nous ne souffrons pas de l’impact de nos expériences, appelées traumas, mais nous les adaptons à nos objectifs. »

-Alfred Adler-


L’un de ses frères mourut de diphtérie quand lui-même avait 4 ans et il ne tomba pas malade, alors qu’ils dormaient dans le même lit. Cependant, à 5 ans, il contracta une pneumonie soudaine qui le marqua pour toujours. Ce fut à ce moment qu’il décida de devenir médecin. En ce qui concerne le reste, il s’agissait d’un petit garçon normal qui se distinguait par son caractère extroverti et joueur. Il n’avait pas de penchant spécial pour les études mais était très compétiteur.

Il reçut son titre de médecin à l’Université de Vienne en 1895. Il commença à travailler en tant qu’ophtalmologue. Il entra en contact avec des personnes qui avaient des déficiences au niveau de la vision et c’est là qu’il commença à forger ses idées sur l’esprit humain. Un peu plus tard, il passa à la médecine générale et s’occupa de gens du cirque, ce qui eut également une incidence sur ses idées à propos de l’infériorité et de la supériorité, idées qu’ils développera par la suite. Il exerça ensuite en tant que neurologue, puis comme psychiatre.

La rencontre entre Alfred Adler et Freud

Grâce à sa pratique de la médecine, Alfred Adler commença à s’intéresser aux phénomènes de l’esprit humain. Sans encore avoir d’objectif clair, le jeune médecin viennois se mit à rassembler du matériel sur les conséquences physiques et psychiques des handicaps ou limites organiques. En 1902, il connut personnellement Sigmund Freud et se sentit très attiré par ses idées.

Freud lui-même l’invita à faire partie de son cercle. Alfred Adler commença à participer aux fameuses réunions dans la maison de Freud, ou la « Société psychologique des Mercredi », qui plus tard s’appellerait « Association Psychanalytique de Vienne ». En 1904, il exprime ses premiers désaccords avec la théorie freudienne mais reste au sein de la société psychanalytique à la demande de son mentor.

En 1910, il se mit à éditer la « Revue de psychanalyse », aux côtés de Freud et de Stekel. Adler était le directeur de publication. Les tensions avec la théorie de Freud grandirent et, en août 1911, il décida de s’écarter pour toujours de la psychanalyse traditionnelle. Il l’annoncera à travers un éditorial dans la revue qu’il dirige.

Les désaccords d’Adler avec la théorie psychanalytique classique

Alfred Adler partageait beaucoup des postulats de Sigmund Freud. En fait, il ne se détacha pas de la totalité d’entre eux. Cependant, il avait de sérieux doutes à propos de certaines emphases et certains points de vue du père de la psychanalyse. Ses désaccords concernaient majoritairement deux grands points :

  • Adler ne croyait pas que l’aspect sexuel était le régulateur essentiel du comportement humain.
  • Il ne croyait pas non plus au déterminisme absolu de l’inconscient.

Contrairement à Freud, Adler pensait que la pulsion basique de l’être humain était la volonté de pouvoir et non l’instinct sexuel. Sa pensée était fortement influencée par la philosophie de Nietzsche. Il était convaincu que la volonté de pouvoir, chez les êtres humains, était aussi importante, voire plus, que l’impulsion sexuelle. Il soutenait que sa frustration donnait lieu à un complexe d’infériorité qui, avec le temps, se transformait en bouillon de culture pour différents troubles psychologiques.

En même temps, Alfred Adler rejetait l’idée selon laquelle les premières expériences se fixaient dans l’inconscient et devenaient les déterminants de la vie psychique. Il donnait, au contraire, une énorme valeur à la capacité de l’individu à diriger sa vie et à lui donner un sens dans l’ici et maintenant.

Adler posa les bases de sa théorie en se basant sur ce qu’il avait observé chez ses patients. Beaucoup parmi eux avaient un lourd passé de limitations physiques. Il remarqua ainsi que, tandis que certains transformaient ces expériences en motivation suffisante pour développer des manières originales de compenser leurs limites, d’autres restaient ancrés dans leurs frustrations et ne parvenaient pas à avancer. À partir de cela, Adler donna une énorme importance à la volonté humaine pour surmonter les difficultés.

La psychologie individuelle d’Alfred Adler

Adler fonda en 1911 la « Société Psychanalytique Libre » qui, en 1912, prit le nom de « Société de Psychologie Individuelle ». Le nom de psychologie individuelle peut sembler contradictoire étant donné qu’Adler concède une grande importance aux facteurs sociaux et environnementaux dans la formation et le bien-être des personnes. Ainsi, l’étiquette « individuelle » s’ajuste et s’identifie à Adler car celui-ci pensait que, même si cette influence sociale était grande, elle avait un effet distinct chez chaque personne. Un raisonnement semblable à celui que nous faisions auparavant avec le handicap.

L’un des premiers concepts énoncés par Alfred Adler fut celui de la « compensation ». Il était basé sur le modèle de « pathologie constitutionnelle » et affirmait que le corps, en lui-même, offre une compensation à n’importe quelle insuffisance organique. Cette compensation, en principe, avait lieu dans l’esprit et se traduisait ensuite dans le corps. En tant qu’ophtalmologue, il avait lui-même noté que certain-e-s patient-e-s avec d’importants problèmes de vision devenaient d’excellent-e-s lecteur-trice-s.

La principale force de chaque individu est la volonté de pouvoir, selon Adler. Cependant, quand cette pulsion se frustre, on voit apparaître le dénommé « complexe d’infériorité ». Il s’agit d’une sensation névrotique d’incapacité ou d’incompétence, qui provient des expériences et de l’entourage. Pour compenser cette condition, un « complexe de supériorité » surgit également et l’individu développe donc des perceptions et des désirs disproportionnellement élevés pour sa propre personne.

Dans ce cas, le processus de compensation fait apparaître deux options. La première est que l’individu compense son sentiment d’infériorité à travers le développement de nouvelles potentialités. La seconde est que l’individu reste bloqué dans son sentiment d’infériorité et développe un complexe de supériorité malsain qui le mène au cynisme, à la frustration, à l’indolence, voire même au crime.

L’héritage d’Alfred Adler

Les théories d’Alfred Adler eurent un grand impact à son époque. Elles eurent une grande popularité en Europe mais aussi aux Etats-Unis, où il fut un brillant conférencier dans de prestigieuses universités, même si ses livres et ses idées furent proscrits dans sa terre natale et dans divers pays européens au moment de l’ascension du nazisme.

L’emphase sur la volonté de l’individu et la capacité à modifier son destin eut un grand impact sur les courants postérieurs, comme la psychologie humaniste, la psychanalyse sociale d’Erich Fromm et la logothérapie de Viktor Frankl. Beaucoup de ses postulats sont également employés de façon récurrente par la psychologie d’aide personnelle.

Les idées basiques de la psychologie individuelle furent consacrées dans l’oeuvre « Le caractère névrotique », publiée en 1912. D’autres oeuvres qui reprennent l’héritage d’Adler sont « La pratique et la théorie de la psychologie individuelle » (1920), « Connaissance de l’homme » (1926), « Compréhension de la nature humaine » (1928-1930), « L’éducation des enfants » (1929), « La science de vivre » (1957) et « Supériorité et intérêt social » (oeuvre posthume de 1965).