Sigmund Freud : biographie d’un esprit brillant

8 avril 2016 dans Curiosités 3 Partagés

Lisez cet article, et vous découvrirez le monde si particulier d’un des esprits les plus brillants des temps modernes ; celui de Sigmund Freud.

Cet auteur captivant aux idées controversées nous a permis d’en savoir plus sur l’être humain, ses instincts et ses désirs charnels.

Sigmund Freud a été l’un des hommes les plus ouverts et lucides de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème.

Il n’a pas eu peur de choquer la société bien-pensante de son temps. Il est une référence pour les psychologues d’aujourd’hui, et a laissé à la postérité sa célèbre étude de l’esprit centrée sur la psychanalyse.

L’enfance de Sigmund Freud

L’enfance de Sigmund Freud a été assez rude. Tout d’abord il est né le 6 mai 1856 dans la ville de Freiburg en Moravie, territoire appartenant aujourd’hui à la République Tchèque.

Son père, commerçant de laine, a souffert de la crise ; par conséquent, dès son plus jeune âge, le futur psychanalyste a manqué de plein de choses.

Mais Sigmund Freud a eu la chance d’avoir un bon instinct dès sa plus tendre enfance.

Son père avait plus de 40 ans, sa mère, 20 ans plus jeune, était sa seconde épouse, et son frère, du même âge que sa mère, avait eu un fils qui était né pratiquement en même temps que lui, ce qui lui a permis d’aiguiser son intelligence.


« Il existe deux manières d’être heureux dans la vie ; l’une consiste à se faire passer pour idiot, et l’autre consiste à l’être. »

-Sigmund Freud-


ilustracion-de-freud

La famille de Sigmund Freud était juive, c’est pourquoi plus tard, elle a souffert de l’antisémitisme nazi.

Cependant, bien qu’étant fidèles à leurs coutumes, ils n’étaient pas particulièrement religieux, le père étant un libre-penseur, ce qui a donc mené le jeune Freud à perdre ses croyances dès l’adolescence.

Freud était un étudiant brillant. A seulement 17 ans, en 1873, il finissait ses études secondaires.

Etant donné que ses parents avaient fait d’énormes sacrifices pour lui et puisqu’il avait devant lui une carrière et un futur tout tracés, il décida de poursuivre ses études en médecine, renonçant ainsi au droit.

Cependant, l’intention du jeune Sigmund Freud, ce n’était pas d’exercer la médecine, mais d’étudier la condition humaine par le biais des canons de la science. L’étincelle de la curiosité fit alors déjà son apparition dans l’esprit de l’étudiant.

Les débuts professionnels de Sigmund Freud

Déjà en pleines études universitaires, Sigmund Freud a décidé de concentrer sa carrière sur la recherche biologique.

Il est donc devenu collaborateur dans un laboratoire de Enrst Von Brücke, réalisant alors ses premiers rapprochements avec le cerveau humain.

A la fin des années 1870, il s’est lié d’amitié avec Josef Breuer, qui l’a aidé matériellement et moralement dans ses recherches, devenant ainsi un de ses plus fidèles collaborateurs.

Quelques temps plus tard, il a fait la connaissance de Martha Bernays, qui est rapidement devenue son épouse. Cette femme a occupé une place importante dans sa vie, puisqu’elle venait d’une famille d’intellectuels juifs.

C’est à cette époque, au début des années 1880, qu’il a décidé de mettre un terme à ses études universitaires pour se marier avec Martha Bernays.

Il a également quitté le laboratoire de Von Brücke pour commencer sa carrière professionnelle en tant que médecin, ayant obtenu son diplôme.

Sigmund Freud, le médecin

Même s’il n’avait pas l’intention de devenir médecin, Freud a commencé à travailler pour pouvoir profiter d’une situation financière plus confortable.

Cependant, après avoir exercé dans divers départements hospitaliers de Vienne, il s’est spécialisé en neuropathie, et a dans ce cadre commencé à étudier l’usage thérapeutique de la cocaïne.

Freud était le cobaye de ses propres expériences ; avec son ami Von Felischl, ils ont frôlé la toxicomanie, ce qui lui a valu les critiques de la communauté médicale et qui a entaché sa réputation.

Après avoir obtenu une bourse, il est parti à Paris, où il a continué à étudier sous la direction de Jean Martin Charcot, grand neurologue de l’époque. C’est à ce moment-là qu’il s’est mis à étudier l’hystérie.

Quelques temps plus tard, il s’est marié avec Martha, malgré de multiples ruptures provoquées par des crises de jalousie de Sigmund Freud, qui se sentait menacé par toute personne qui manifestait de l’affection pour Martha, même sa propre mère.

Sigmund Freud et la neuropathologie

Pendant son mariage, duquel sont nés six enfants, Sigmund Freud ouvre son propre cabinet en tant que neuropathologue, ayant recours à des méthodes telles que l’hypnose ou l’électrothérapie.

Suite à cela, aux côté de Breuer, il crée la psychanalyse, même si ses premières études sont axées sur l’hystérie et basée sur ses premières publications.

C’est à ce moment-là que Freud a commencé à observer le rôle joué par la sexualité dans les troubles psychiques.

A partir de là, Sigmund Freud rompt son amitié avec Breuer, et transforme toute sa méthodologie clinique et thérapeutique en se basant sur des concepts de la psychanalyse tels que la répression, l’inconscience ou le transfert. Ce tournant lui a valu le mépris de la communauté médicale.

Au début du 20ème siècle, il a publié certains de ses plus célèbres ouvrages, toujours étudiés aujourd’hui, comme par exemple L’interprétation des rêves, Introduction à la psychanalyse ou Trois essais sur la théorie sexuelle.

Toutes ces oeuvres furent rééditées, et agrémentées de nouvelles notes du psychanalyste.

La notoriété de Sigmund Freud

A cette époque, Sigmund Freud est de plus en plus populaire au sein de la communauté médicale, son domaine de recherche psychanalytique attirant d’autres spécialistes et patients de la haute société de l’époque.

freud et psycologues

Au milieu des années 1900, d’autres spécialistes s’intéressent à l’oeuvre de Freud, étant invité au Premier Congrès Psychanalytique de Karl Gustav Jung.

Tous deux se sont liés d’amitié, ce qui les a menés jusqu’aux Etats-Unis, où la pensée freudienne a levé un grand intérêt et un certain enthousiasme.

La carrière de Sigmund Freud était alors au sommet, ce qui en 1910 lui a permis de fonder la Société Internationale de la Psychanalyse, qui des années plus tard l’a mené à rompre son amitié avec Jung.

La longue maladie de Sigmund Freud

En 1923, Sigmund Freud est touché par le cancer de la mandibule, et ses problèmes médicaux s’intensifient jusqu’à sa mort, en 1939. Cependant, son activité professionnelle a toujours été très énergique.


« La science moderne n’a jamais produit un médicament calmant aussi efficace que les mots gentils et réconfortants. »

-Sigmund Freud-


Le psychanalyste freudien

Heureusement, Sigmund Freud a laissé une grande quantité d’oeuvres pour la postérité.

Même si nombreux de ses postulats ont été réfutés, il est évident que de son esprit brillant est né le germe qui nous a aujourd’hui permis de mieux connaître notre cerveau et nos désirs les plus enfouis.

L’égo humain, le sur-moi et le moi sont reflétés dans sa grande et brillante oeuvre, qui est devenue un incroyable et passionnant voyage dans l’esprit humain.

Ses études sur la sexualité, la psychanalyse, la névrose, la religion, l’imagination, l’hystérie, la morale, la répression ou la famille sont d’une grande splendeur.

Sigmund Freud continue aujourd’hui d’être un des esprits les plus clairs et audacieux de notre civilisation.

Son oeuvre n’aura jamais de cesse d’être étudiée, et ses idées seront toujours source d’inspiration pour les générations futures.

A découvrir aussi