Connaissiez-vous ces curiosités sur le stress ?

Le stress est l'un de nos plus grands avantages adaptatifs. Cependant, dans le monde dans lequel nous vivons, c'est aussi l'un de nos points faibles. Comment concilier cette contradiction ? C'est ce que nous allons voir dans cet article.
Connaissiez-vous ces curiosités sur le stress ?

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 14 avril, 2023

Le stress est sans aucun doute l’un des grands maux de notre époque. Ceci est parfaitement logique, si l’on tient compte du fait que la vitesse est beaucoup plus élevée dans le monde d’aujourd’hui. De plus, il y a des changements vertigineux qui nécessitent des adaptations continues, ce qui se reflète aussi dans l’augmentation de la demande psychologique des personnes.

De même, les relations sont devenues plus instables et conflictuelles. Nous vivons dans une réalité où nous n’avons aucune sensation de marcher sur un terrain ferme mais, au contraire, d’être soumis à l’imprévu. En outre, on travaille plus qu’à n’importe quelle autre époque. Par conséquent, il n’y a rien d’étrange à ce que le stress soit devenu une marque d’identité du présent.

Ce mécanisme a un côté positif. Il active l’attention et prépare le corps à faire face à des défis, une confrontation qui peut conduire à la lutte ou à la fuite. Le problème est que nous sommes entourés d’une grande variété de stimuli, dont beaucoup sont relativement permanents, que nous en venons à interpréter comme une menace sans le justifier. Ainsi, aujourd’hui, nous voulons parler d’un phénomène aussi naturel que dangereux.

« Aucune passion comme la peur ne prive aussi efficacement l’esprit de la capacité d’agir et de raisonner. »

-Edmund Burke-

Le stress et ses causes

Une recherche menée par le Centre d’études sur le stress humain de Montréal, dirigée par la Dre Sonia Lupien, a examiné les informations fournies par l’imagerie cérébrale de personnes âgées de 18 à 80 ans. De plus, pour le projet, on a eu recours à des études et des expériences antérieures. L’objectif était de déterminer les principales causes de stress.

Après analyse, il a été conclu que les principaux déclencheurs de stress étaient les suivants :

  • L’inconnu. Une situation nouvelle, quelle qu’elle soit, produit plus ou moins de stress chez presque tout le monde.
  • Impuissance. Se sentir hors de contrôle ou dépassé par les circonstances est un facteur de stress. C’est une marque évolutive.
  • L’imprévisible. Les situations dans lesquelles il n’y a pas de chemin clair, pas de résultat prévisible, stressent la plupart des gens.
  • Menaces sur l’ego. Fait intéressant, c’est l’un des facteurs qui angoisse le plus les gens. Tester ses capacités ou sa valeur, surtout en public, provoque un sentiment de menace chez de nombreuses personnes.
Homme stressé pour prendre une décision
Selon des études à ce sujet, les environnements stressants influencent négativement la prise de décision.

Curiosités et conséquences importantes du stress

Nous savons presque tous que le stress provoque un mal-être émotionnel et physique. Une étude dirigée par le Dr Masuma Novak, de l’Université de Göteborg, a révélé que le stress augmentait le risque de diabète de type 2 jusqu’à 45 %. Les scientifiques ont conclu que ce facteur émotionnel affectait de manière significative l’absence de réponse à l’insuline.

Nous savons également que les personnes de plus de 40 ans qui souffrent de stress chronique présentent un vieillissement cérébral plus rapide que celles qui maintiennent une humeur sereine. Cela devient un facteur de risque supplémentaire de développer une démence à un âge avancé.

D’un autre côté, le stress a un impact négatif sur la prise de décision et altère la capacité à traiter les informations reçues de l’environnement. Ainsi, dans des environnements stressants ou qui dépassent la tolérance individuelle, il est plus difficile de faire des choix fructueux.

Femme au lit ayant des difficultés à dormir
Les hommes stressés font souvent des cauchemars liés aux catastrophes et les femmes aux conflits interpersonnels.

Autres curiosités

Le stress a la capacité d’activer les cellules immunitaires de la peau. Pour cette raison, les personnes stressées sont plus sujettes aux démangeaisons et aux grattages fréquents. De plus, chez les femmes stressées, il y a un changement qui les rend plus sensibles au bruit : elles tolèrent donc moins l’intensité des sons. Si vous leur parlez à plus de 60 décibels, elles l’interpréteront presque comme une agression.

Dans ce contexte, il a été souligné que les cauchemars des hommes stressés sont davantage liés à des catastrophes, alors que dans le cas des femmes, des problèmes tels que les conflits interpersonnels, l’impuissance et un sentiment d’humiliation apparaissent. Dans tous les cas, une personne stressée aura tôt ou tard du mal à dormir paisiblement.

Une autre des curiosités du stress est qu’il s’agit d’un état hautement contagieux. Apparemment, le fait de voir une personne stressée ou une vidéo de celle-ci augmente le taux de cortisol chez celui qui l’observe. Tout ce qui est dit dans cet article amène à une seule conclusion : il est important et nécessaire de prendre des mesures pour gérer le stress, en évitant qu’il ne devienne chronique.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Cote Rengel, L., García Becerra, A. (2016). Estrés como factor limitante en el proceso de toma de decisiones: una revisión desde las diferencias de género. Avances en Psicología Latinoamericana, 34(1), 1928. http://www.scielo.org.co/pdf/apl/v34n1/v34n1a03.pdf
  • Pruessner, J. C., Dedovic, K., Pruessner, M., Lord, C., Buss, C., Collins, L., Dagher, A., & Lupien, S. J. (2010). Stress regulation in the central nervous system: evidence from structural and functional neuroimaging studies in human populations – 2008 Curt Richter Award Winner. Psychoneuroendocrinology35(1), 179–191. https://doi.org/10.1016/j.psyneuen.2009.02.016
  • Novak, M., Björck, L., Giang, K. W., Heden‐Ståhl, C., Wilhelmsen, L., & Rosengren, A. (2013). Perceived stress and incidence of Type 2 diabetes: a 35‐year follow‐up study of middle‐aged Swedish men. Diabetic medicine, 30(1), e8-e16. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/dme.12037

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.