Thyroïde et humeur : quelle est leur relation ?

7 décembre 2017 dans Emotions 584 Partagés
thyroïde et l'humeur

Une augmentation subtile ou une légère diminution des hormones thyroïdiennes peut complètement changer le comportement des personnes. Nos préférences, notre comportement sexuel, notre appétit ou nos attitudes s’en trouvent grandement affectés. Par conséquent, la relation entre la thyroïde et l’humeur est très étroite.

De la taille d’un gland et en forme de papillon, la glande thyroïde est l’une des plus importantes du corps humain. Dès lors, si nous commençons à souffrir de problèmes liés à cette dernière, il est très probable qu’apparaissent des troubles physiques et émotionnels. Voulez-vous savoir quelle est la relation entre la thyroïde et l’humeur ?

Fonctions et dysfonctionnements de la thyroïde

La thyroïde est la glande qui est responsable de réguler le métabolisme et de fournir à notre corps la quantité d’énergie dont il a besoin pour accomplir ses fonctions de base. En d’autres termes, il s’agit de la glande qui établit à quelle vitesse nos cellules brûlent des calories et la vitesse à laquelle bat notre cœur.

Elle est située sur le devant du cou, juste en dessous du larynx, et sécrète trois types d’hormones. D’une part, la calcitonine, qui régule le taux de calcium dans le sang. Elle est utilisée pour traiter des maladies telles que l’ostéoporose dans la mesure où elle favorise le dépôt de ce minéral dans les os.

La thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3), d’autre part, qui accélèrent le métabolisme des cellules produisant une augmentation de la chaleur corporelle. La T4 est la forme principale de l’hormone thyroïdienne dans le sang. La T3 influence la croissance et le développement du système nerveux et la fréquence cardiaque.

thyroïde et l'humeur

Les deux problèmes thyroïdiens les plus courants sont :

  • L’hypothyroïdie (thyroïde lente) : la glande est peu active et produit une quantité insuffisante d’hormones.
  • Hyperthyroïdie (thyroïde hyperactive) : la glande est trop active et produit une quantité excessive d’hormones.

Bien que les deux proviennent d’une altération du fonctionnement normal de cette glande, ces deux conditions ont un effet très différent sur les personnes qui en souffrent, tant sur le plan physique que psychologique.

Symptômes physiques des troubles thyroïdiens

Par conséquent, selon que nous parlons de l’une ou l’autre altération, les indications physiques que nous observerons seront différentes. Souvent opposées même. Bien évidemment, les deux coïncident dans la stimulation insuffisante des différents organes du corps.

  • Les symptômes physiques de l’hypothyroïdie : gain de poids, incapacité à tolérer des environnements froids, des périodes de menstruations irrégulières, plus faible fréquence cardiaque, fatigue, constipation, peau sèche, perte de cheveux, fissuration des ongles et crampes musculaires.
  • Les symptômes physiques de l’hyperthyroïdie : distraction, perte de poids, intolérance à la chaleur, rythme cardiaque plus élevé ou irrégulier, goitre, fatigue ou faiblesse musculaire, diarrhée, nausées et vomissements, troubles du sommeil et des tremblements.

Comment se reflètent-ils sur l’humeur ?

Nous l’avons évoqué antérieurement, la relation entre la thyroïde et l’humeur est très étroite. Les variations des niveaux hormonaux affectent directement non seulement la dimension physique, mais également cognitive et émotionnelle. C’est pourquoi les symptômes psychologiques et les altérations de l’humeur qu’elles produisent sont tout aussi importants.

En effet, les troubles psychologiques sont la principale raison pour laquelle les patients atteints d’hypothyroïdie consultent un professionnel de santé. Les patients se plaignent ici d’une perte progressive d’initiative et d’intérêt, lesquels résultent d’un ralentissement généralisé des processus mentaux.

Cela les amène à manifester des problèmes de mémoire, une détérioration intellectuelle, des difficultés d’attention et de concentration (surtout dans les tâches de calcul) et une pensée qu’ils définissent comme confuse. La thyroïde est très sensible aux stimuli psychologiques. Par conséquent, les patients présentant une faible activité disposent d’une humeur proche de la tristesse, de la nostalgie, de la mélancolie et même de la dépression .

Dans les cas les plus graves n’ayant pas été pris en charge correctement, le trouble peut conduire à la démence. Pour sa part, l’hyperthyroïdie génère habituellement de l’irritabilité, de la nervosité, de l’hyperactivité, de l’impatience et des sautes d’humeur soudaines. Elle est associée à une augmentation de l’anxiété, de l’agitation mentale, de la labilité émotionnelle (les patients pleurent facilement et ne peuvent pas se contrôler) et de l’insomnie. Le fait est que si ces troubles ne sont pas arrêtés, des délires et des hallucinations peuvent apparaître, ainsi que de très graves problèmes cardiaques, osseux, musculaires et reproductifs.

femme préoccupée

Dépression et thyroïde

Certaines des émotions qui sont le plus liées à la thyroïde sont la colère, la rage ou la haine. Par ailleurs, l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie ont un point commun : la création d’une symptomatologie manifestement dépressive.

C’est pourquoi nous devons prendre des précautions particulières car il est habituel de confondre la dépression avec un problème de la glande thyroïde. Autrement dit, bien qu’il existe des signes naissants de dépression, cela ne signifie pas que cette dernière existe en soi.

Dans le cas de l’hypothyroïdie, le cadre clinique dépressif est plus perceptible. En effet, à mesure que la production d’hormones et le métabolisme diminuent, les taux de sérotonine, de norépinéphrine et d’acide gamma-aminobutyrique (GABA) dans le cerveau diminuent également.

Nous constatons donc que les oscillations et les changements de la fonction thyroïdienne peuvent s’accompagner de troubles psychologiques graves, autour desquels une origine erronée peut être établie. Par conséquent, avant de commencer un traitement visant à soigner la dépression, il est nécessaire de déterminer quelle est l’activité thyroïdienne. 

La thyroïde et l’humeur sont étroitement liées

Il est difficile de présenter des taux d’hormones thyroïdiennes altérés et de ne pas remarquer une importante instabilité physique et émotionnelle. Ainsi, nous constatons habituellement que certains troubles psychologiques ou psychiatriques s’améliorent et peuvent même disparaître lorsque nous traitons les dysfonctions thyroïdiennes. La relation entre la thyroïde et l’humeur est une réalité de plus en plus évidente. D’où l’importance de la prévention et du diagnostic précoce pour une résolution satisfaisante.

Il existe de nombreux signes et symptômes qui nous informent que quelque chose dans notre corps ne fonctionne pas correctement. Des changements radicaux dans les niveaux de fatigue avec des degrés d’effort similaires, une irritabilité ou une irascibilité prononcée, ou des problèmes pour s’endormir, correspondraient à certains de ces changements. Dès lors, face au moindre soupçon, il est préférable de consulter un spécialiste. Prenons conscience qu’avec une simple analyse sanguine nous pouvons savoir comment fonctionne notre thyroïde.


A découvrir aussi