Surmonter la dépression est possible si nous changeons certaines habitudes

12 novembre 2017 dans Psychologie 12 Partagés
femme avec des papillons sur sa chemise

Quand nous nous trouvons face à un problème de plus en plus fréquent, comme c’est le cas de la dépression, il est important d’aller consulter un-e psychologue pour qu’iel nous aide à sortir du puits dans lequel nous sommes tombé-e-s. Pourquoi ? Parce que, contrairement à ce que l’on pourrait penser de l’extérieur, surmonter la dépression requiert plus que de la volonté et que serrer les dents : il faut aussi utiliser différents outils qui nous aideront dans ce processus.

Les fonctions d’un-e psychologue, devant ce cadre, sont multiples. En premier lieu, iel se chargera de confirmer que nous souffrons bien d’une dépression, comme nous le sentions ; ensuite, même s’iel ne peut pas prescrire de médicaments, iel peut recommander le/la patient-e à quelqu’un qui peut lui indiquer un traitement pharmacologique à suivre, ce qui est surtout très positif lors des premières phases de la thérapie ; enfin, iel établira un plan d’action ou un traitement adapté au/à la patient-e et l’accompagnera dans son application. Iel pourra aussi réaliser des ajustements et établir un suivi quand la dépression aura disparu.

Cependant, nous savons tou-te-s que la dépression n’est pas précisément un état dans lequel nous sommes spécialement pro-actif-ve-s pour changer ou acquérir certaines habitudes et les maintenir dans le temps afin qu’elles aient un effet sur nous. La volonté est importante mais ce n’est pas tout : il faut aussi faire preuve d’intelligence et suivre le plan d’action établi par le/la spécialiste ou le traitement pharmacologique.

La dépression s’en va quand nous tirons nos forces d’un endroit où ne nous pensions pas qu’elles se trouvaient afin de faire des petits pas vers cette bonne direction qui nous résiste tant.
Partager

S’isoler peut être nécessaire mais ne nous mènera pas à la solution

Les personnes souffrant de dépression ont particulièrement tendance à acquérir de nouvelles habitudes qui nourrissent la maladie : l’une d’elles consiste à s’isoler des autresNous ne voulons voir personne, nous sommes tristes à longueur de journée et la salle de sport, les cours de peinture, la musique… tout ce qui nous plaisait, nous motivait, nous comblait, ne nous cause maintenant plus que de l’indifférence.

Ce moment de pause et de distance peut être bon dans certains cas, et durant une courte période de temps. Surtout quand la dépression est apparue comme conséquence d’une période prolongée de stress. Cependant, à long terme, rompre avec ce type d’habitudes « mélancoliques » est fondamental pour faire partir la dépression.

jeune femme et mouettes

Surmonter la dépression est possible quand nous commençons à faire le contraire de ce qu’elle nous dicte. Nous ne voulons pas sortir ? Sortons avec nos ami-e-s. Nous n’avons pas envie de faire de sport ? Levons-nous tôt et, sans y réfléchir, prenons notre sac pour aller à la salle de sport ou allons courir dans la nature. Une fois le premier pas effectué, nous verrons que la suite n’est plus si difficile et que cela devient même une activité agréable. Peut-être pas autant qu’avant, d’accord, mais cela la rend encore plus précieuse.

L’important est de sortir de ce cycle vers lequel nous pousse l’inertie ou dans lequel nous sommes tombés. Nous avons déjà vu que rien ne sert de continuer de cette façon, rien ne change, tout fonctionne de la même façon si nous continuons dans la même direction.

Apprendre à méditer, relativiser les problèmes, gérer les émotions, chercher des sources de renfort sont des outils qu’un psychologue peut nous fournir si nous voulons sortir de la dépression.
Partager

Ainsi, l’une des clés pour surmonter la dépression est de commencer à introduire des habitudes différentes ou de récupérer celles que nous apprécions et que nous avons abandonnées. Certaines, par exemple, comme jouer de la musique alors que nous n’aimons plus tant que ça, peuvent être laissées de côté. Il est recommandé de ne pas les récupérer. Malgré tout, il y en a surement beaucoup que nous continuons d’apprécier et que nous ne faisons pas à cause de l’effort initial qu’elles nous demandent ; un effort qui ressemble à une montagne à franchir alors que nous avons l’impression de n’avoir que peu de forces.

Aller à la salle de sport et parler avec des inconnu-e-s ou des connaissances, sortir avec ces ami-e-s pour lesquel-le-s nous inventions toujours des excuses, commencer à manger de manière plus saine (pratiquer ce qui est connu sous le nom de mindful eating) et faire un peu d’exercice modéré seront des pas importants grâce auxquels nous dirons peu à peu « adieu » à la dépression. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils nous feront vivre des moments au cours desquels nous nous sentirons mieux.

femme qui peint le ciel

Ecrire un journal émotionnel pour surmonter la dépression

Très bien. Nous savons que la dépression va avoir tendance à disparaître quand nous récupérerons ou chercherons des activités qui nous feront nous sentir bien, quand nous nous ferons face et quand nous ferons un effort de volonté pour refaire des activités qui nous plaisaient ou pour en incorporer de nouvelles qui pourraient nous plaire. Mais… N’y a-t-il que cela pour nous aider ?

Un peu plus tôt, nous avons dit que l’un des caractéristiques de la dépression est qu’elle a tendance à favoriser l’introspection. Elle nous dit « hé, tu es en crise ! » et nous place dans un état où nous trouvons qu’il est plus simple de penser clairement. Bien, alors nous pouvons en profiter pour essayer de mieux nous connaître et mettre nos émotions en ordre. Oui, notre ordre interne ne fonctionne pas, alors analysons-le et cherchons-en un nouveau.

Ainsi, écrire peut être très positif pour nous décharger au niveau émotionnel et pour effectuer un suivi de notre agitation émotionnelle. Cela nous permet aussi de revenir sur nos mots pour découvrir ce que nous faisons de mal et être plus conscient-e-s de la situation dans laquelle nous nous trouvons.

Beaucoup de professionnel-le-s considèrent l’écriture comme thérapeutique et iels ont bien raison. Parfois, nous ne pouvons pas ou ne voulons pas dire aux autres ce qu’il nous arrive mais nous ressentons quand même le besoin de l’exprimer d’une façon ou d’une autre. Tenir un journal est très important et pas seulement quand nous souffrons de dépression ou d’un autre problème. En faire une habitude sera très bénéfique.

écrire pour surmonter la dépression

Au début, nous aurons du mal à feuilleter les pages sur lesquelles nous avons déversé toute notre douleur. C’est naturel. Cependant, au fil du temps, cela se transformera en besoin afin de ressentir les choses, de revivre et de guérir. Jusqu’au moment où nous pourrons tourner les pages comme lorsqu’on lit un livre, en retrouvant des souvenirs d’une situation qui appartient désormais au passé.

« La victoire est toujours possible pour la personne qui refuse de cesser de lutter. »

-Napoleon Hill-

Une fois arrivé-e-s à ce point, nous savons que surmonter la dépression est possible quand nous changeons certaines habitudes. Malgré tout, le chemin sera dur, long et, très souvent, nous cesserons d’avancer pour faire quelques pas en arrière. En réessayant, en nageant à contre-courant et en suivant les conseils d’un-e psychologue, la dépression finira par disparaître. Parce que c’est comme ça. La dépression meurt aussi quand nous supprimons toutes les sources qui la nourrissent.

A découvrir aussi