Tech-neck : pourquoi survient-il et comment l'éviter ?

19 mars, 2021
Le tech-neck englobe une série de symptômes, comme une douleur au cou et une raideur cervicale, qui viennent du fait de regarder son téléphone pendant des heures en penchant le cou en avant. Comment pouvons-nous l'éviter ?

Avez-vous entendu parler du teck-neck ? L’utilisation des nouvelles technologies s’est de plus en plus ancrée dans notre quotidien. Nous nous servons pratiquement tous de téléphones, d’ordinateurs portables et de tablettes au fil des jours, que ce soit pour des raisons professionnelles ou par pur loisir.

Or, nous n’en faisons pas toujours un bon usage, au niveau physiologique et de la posture. C’est de là que viennent les dénommées « maladies technologiques », dont le tech-neck fait partie.

En effet, selon une étude publiée par la CBS News, nous passons une moyenne de 2 à 4 heures avec le cou penché, à cause de l’utilisation de ce type de dispositifs électroniques. Cela équivaudrait à environ 700-1400 heures par an, ce qui peut dériver vers des syndromes comme le tech-neck.

Mais en quoi consiste ce syndrome et quels symptômes implique-t-il ? Pourquoi apparaît-il ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Douleur au cou devant un ordinateur.

Tech-neck : qu’est-ce que c’est et pourquoi se survient-il ?

Le tech-neck, aussi appelé « syndrome du text neck », est considéré comme une maladie technologique due au fait de pencher le cou de façon réitérative au moment d’écrire des messages sur son téléphone. Cette mauvaise posture, répétée plusieurs fois par jour, peut déboucher sur de grandes gênes physiques, comme ce syndrome.

Il apparaît aussi quand nous passons beaucoup d’heures à regarder notre téléphone (pas forcément en écrivant), par exemple pour consulter les informations, les réseaux sociaux, etc. Par conséquent, ce problème surgit à cause de mauvaises positions et d’habitudes inadéquates dans notre quotidien.

Les symptômes du tech-neck

Comme nous pouvons le voir, le tech-neck dérive de cette inclinaison récurrente de notre cou quand nous consultons notre téléphone portable (ou un autre dispositif similaire). Il s’agit d’une pratique qui peut déboucher sur de véritables problèmes au niveau physique.

Ainsi, les symptômes les plus caractéristiques du tech-neck sont la douleur et la raideur cervicale, la mauvaise posture, les céphalées et le dos endolori. Il peut aussi générer d’autres pathologies, comme une tendinite (trouble du tendon qui entraîne une douleur empirant avec le mouvement, en plus d’une inflammation et d’une détérioration de sa fonction).

Ainsi, ce trouble peut mener à des dysfonctionnements dans le système neuro-musculo-squelettique au niveau cervical. Si la colonne vertébrale ne travaille pas correctement, l’alignement articulaire peut s’altérer, ce qui provoquerait des troubles comme une hernie discale, une arthrose cervicale, des contractures et les symptômes mentionnés.

Autres problèmes liés

Au-delà du tech-neck, l’utilisation excessive du pouce peut générer un stress articulaire ainsi que d’autres types de maux. Par exemple : une ténosynovite de Quervain (un type d’inflammation) ou encore une rhizarthrose du pouce, une arthrose fréquente chez les femmes qui cousent.

Les physiothérapeutes mettent en garde

Les physiothérapeutes ont lancé un signal d’alarme face à la grande vague de symptômes de tech-neck qu’ils voient dernièrement lors de leurs consultations. Ce syndrome est de plus en plus généralisé.

Mónica Rodríguez, physiothérapeute en Catalogne, explique que de plus en plus de personnes consultent pour ce motif. Ainsi que pour d’autres maladies technologiques dérivées d’une utilisation prolongée et inadéquate des smartphonesdes tablettes, des ordinateurs portables et des ordinateurs en général.

Comment pouvez-vous éviter le tech-neck ?

Comment pouvons-nous éviter le tech-neck ? Pour éviter l’apparition de ce problème et d’autres maladies technologiques, les experts recommandent les conseils suivants :

  • Placer l’écran du téléphone, de la tablette ou de l’ordinateur légèrement en dessous des yeux. Cela permettra aux cervicales de se retrouver dans une position neutre, non fléchie.
  • Garder une posture droite, mais sans forcer.
  • Au moment d’envoyer des messages, prioriser les notes vocales par rapport à l’écriture.
  • Utiliser les deux mains pour écrire, en faisant en sorte que le poignet ait une position neutre.
  • S’asseoir correctement.
  • Réduire le temps d’utilisation de ce type de dispositifs.
  • Dans le cas des ordinateurs, placer le clavier et la souris de façon à ce que le poignet ne se ferme pas, c’est-à-dire en appuyant les avant-bras et en mettant un coussin sous le poignet. Selon les experts, idéalement, le clavier devrait se situer à un niveau inférieur à la hauteur des coudes.
  • Si nous travaillons sur l’ordinateur, faire des pauses toutes les trente minutes.
  • Faire des étirements actifs qui nous permettent d’étirer notre poignet.
  • Réaliser des étirements actifs du dos.
Posture correcte devant un écran.

Veiller aux petites habitudes

La routine et les habitudes conditionnent la santé, dans une large mesure. Comme nous l’avons vu, un acte aussi « banal » que consulter son téléphone peut être déconseillé pour la santé corporelle mais également mentale, car l’un des symptômes du tech-neck est la céphalée, par exemple.

Logiquement, si nous appliquons les conseils livrés et si nous réduisons la consommation de ce type de dispositifs, nous pouvons réussir à prévenir le tech-neck et d’autres « maladies technologiques ». Néanmoins, si nous avons déjà développé le syndrome, le mieux sera de consulter un physiothérapeute pour retrouver notre bien-être physique et mental.

« La santé du corps et de l’esprit est une grande bénédiction, si nous sommes capables de la supporter. »

-John Henry Newman-

  • Haneen, M. (2018). Effects of texting on neck muscle activity and neck flexion in college students. Honors Theses. 669.