Stress métabolique : définition, causes et conséquences

Qu'est-ce que le stress métabolique et pourquoi apparaît-il ? Comment le provoquer ? Comment est-il lié à l'exercice physique et à l'augmentation de la masse musculaire ? Ne restez pas dans le doute !
Stress métabolique : définition, causes et conséquences

Dernière mise à jour : 15 février, 2021

Connaissez-vous le concept de stress métabolique ? L’associez-vous à l’exercice physique ? Ce concept fait allusion à un processus organique et, en même temps, à un facteur qui nous permet de gagner de la masse musculaire (c’est-à-dire d’augmenter la taille du muscle). Il s’agit donc d’un processus qui conduit à une hypertrophie musculaire.

L’hypertrophie musculaire est une croissance musculaire, c’est-à-dire une augmentation de la taille du muscle, une augmentation du nombre de myofibrilles (composées de filaments d’actine et de myosine) qui composent le muscle, ou les deux variables. Mais que savons-nous d’autre sur le stress métabolique ?

Pourquoi apparaît-il et quelles sont ses conséquences ? Suffit-il à augmenter la masse musculaire ? Peut-on recourir à d’autres processus ?

Une femme qui soulève des poids.

Stress métabolique et hypertrophie musculaire

Comme nous l’avons vu dans l’introduction, le stress métabolique est un processus organique qui facilite l’hypertrophie musculaire. On pourrait dire que l’hypertrophie est ce que recherchent les culturistes ou les personnes qui travaillent pour augmenter leur masse musculaire. En résumé, nous pourrions obtenir cet effet grâce à :

  • Des dommages musculaires
  • Du stress métabolique
  • Du stress mécanique

Le stress mécanique produit des dommages musculaires et une réponse inflammatoire, qui serait celle qui favoriserait la libération des facteurs de croissance musculaire. Ainsi, le muscle s’élargit. D’autre part, le gain maximal de masse musculaire est obtenu par le biais du stress métabolique sans perte de tension mécanique.

Comment se produit le stress métabolique ?

Le stress métabolique apparaît lorsque nous augmentons les charges de travail sur un muscle ou un certain groupe de muscles. Cela entraîne une augmentation progressive de la croissance musculaire.

Sur le plan chimique…

Autrement dit, nous chargeons le muscle et générons un processus appelé glycolyse anaérobie, qui produit de l’adénosine triphosphate (ATP). L’ATP est l’énergie nécessaire à la formation. C’est ce processus qui permet d’obtenir l’énergie nécessaire pour effectuer les contractions musculaires à partir de molécules de glucose, dans un état de privation ou d’insuffisance d’oxygène.

Pourquoi tout cela se produit-il ? La vitesse à laquelle nous avons besoin de cette énergie est supérieure à la vitesse à laquelle le glucose est oxydé par l’oxygène ; il s’agit donc d’un processus fondamentalement anaérobie.

L’accumulation des métabolites

Plus précisément, le stress métabolique que nous attribuons à l’exercice, apparaît comme une conséquence de l’accumulation des métabolites. Les métabolites sont des composés produits par la dégradation des nutriments.

Leur fonction est de fournir au corps le type d’énergie dont il a besoin, en particulier lors d’un entraînement d’endurance. Tout cela provoquerait la réaction d’hypertrophie musculaire.

Le principal métabolite qui s’accumule par le processus de stress des métabolites est le lactate, un métabolite du glucose produit par les tissus de l’organisme dans des conditions d’approvisionnement en oxygène insuffisant. Les autres métabolites trouvés dans ce processus sont : le phosphate, l’hydrogène et le métabolite du glucose (glycolyse anaérobie), entre autres.

Les conséquences

Que se passe-t-il lorsque ces substances s’accumulent dans l’organisme ? Selon une étude de Takarada et al. (2000), cela pourrait augmenter la sécrétion de plusieurs hormones anabolisantes.

Les hormones anabolisantes sont : la testostérone, la somatotropine ou hormone de croissance (STH ou GH) et l’insuline. D’autre part, selon une étude d’Ebbeling et al. (1989), l’augmentation des déchets associée à une carence en substrats énergétiques (ATP) peut entraîner des lésions musculaires.

L’importance de faire des répétitions

L’une des pratiques récurrentes des athlètes dans leur entraînement, en particulier des culturistes, est d’effectuer des répétitions dans leurs exercices, en plus d’un niveau d’entraînement intense. Mais que se passe-t-il lorsque nous nous entraînons à des niveaux très intenses ?

La demande d’oxygène dépasse l’offre. On pense que le manque d’oxygène, également appelé hypoxie, dans certaines cellules musculaires, est un facteur clé qui expliquerait pourquoi certains intervalles de répétition des exercices entraînent une plus grande croissance ou hypertrophie musculaire lorsque nous nous entraînons.

Par conséquent, effectuer des répétitions pendant les exercices, ainsi que réduire les pauses (à quelques minutes) peut être intéressant si nous voulons que cette accumulation de métabolites soit beaucoup plus importante et, par conséquent, que la réponse anabolique soit également plus importante. L’hypertrophie obtenue serait également plus importante.

Un homme qui soulève des poids.

Dernières réflexions sur le stress métabolique

Comme nous l’avons vu, lorsqu’il s’agit de gagner de la masse musculaire ou d’atteindre une hypertrophie musculaire, ce n’est pas seulement le stress métabolique qui est utilisé, mais aussi d’autres processus. Il s’agit notamment d’exercer une tension musculaire et de provoquer des lésions musculaires suffisamment intenses pour stimuler la croissance musculaire.

Le stress métabolique est un processus organique qui expliquerait, en partie, pourquoi l’hypertrophie musculaire se produit. Vous avez pu en apprendre ici un peu plus sur le fonctionnement de ce processus, mais si vous souhaitez vous former de la manière la plus saine et la plus efficace possible, il est préférable de vous adresser à un professionnel spécialisé dans ce domaine.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quels sont les différents types de stress ?
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Quels sont les différents types de stress ?

Connaissez-vous les différents types de stress ? Les connaître vous permettra de créer des stratégies efficaces pour les affronter.



  • Ebbeling CB, Clarkson PM. Exercise-induced muscle damage and adaptation. Sports medicine (Auckland, NZ). 1989 Apr;7(4):207-34. PubMed PMID: 2657962. Epub 1989/04/01. Eng.
  • Takarada Y, Nakamura Y, Aruga S, Onda T, Miyazaki S, Ishii N. (2000). Rapid increase in plasma growth hormone after low-intensity resistance exercise with vascular occlusion. Journal of applied physiology (Bethesda, Md: 1985). Jan;88(1): 61-5. PubMed PMID: 10642363. Epub 2000/01/21. Eng.