5 caractéristiques inquiétantes de la « génération smartphone »

7 janvier 2018 dans Psychologie 136 Partagés
génération smartphone

La « génération smartphone » est une étiquette qui, d’une manière ou d’une autre, englobe tous ceux qui sont nés après 1995 dans un pays occidental. Nous les appelons ainsi parce que la plupart d’entre eux ont vécu leur adolescence avec un téléphone à la main. La vérité est que la plupart d’entre eux ont du mal à imaginer comment il serait possible de vivre dans un monde où cette technologie n’existerait pas.

Ils font partie de ce que nous pourrions appeler des « jeunes hyperconnectés ». Jean Twenge, docteur en psychologie et professeur à la San Diego State University, vient de publier une étude sur le sujet. Elle a réussi à enquêter sur 11 millions de jeunes aux États-Unis et à réaliser plusieurs interviews approfondies. Sa conclusion est que ces jeunes sont plus tolérants et moins rebelles. Egalement plus malheureux et moins préparés à assumer les responsabilités de la vie adulte.

La simple existence de mobiles intelligents peut-elle marquer à ce point la pensée et le comportement ? Les données indiquent que oui. La « génération smartphones » a brisé de nombreux modèles traditionnels de communiquer avec le monde. Les jeunes sont plus statiques. Ils ont l’illusion qu’ils manipulent la réalité à partir du téléphone. En effet, ils présentent des caractéristiques inquiétantes. Nous traiterons ici de cinq d’entre elles.

2. La technologie occupe une haute priorité dans leur vie

En moyenne, les membres de la « génération smartphones » passent 6 heures par jour sur Internet. La plupart du temps, ils ne font qu’envoyer des messages et jouer. Par conséquent, ils passent beaucoup moins de temps avec leurs amis dans des rencontres face à face.

La technologie occupe alors une place centrale dans leur vie. L’une des punitions les plus redoutées pour eux est que nous leur quittions leurs téléphones ou leur interdisions de se connecter via l’ordinateur. Ils trouvent un sens à leur existence grâce à la connexion.

3. Moins de compétences sociales et cognitives

Le fait que les membres de la « génération smartphone » passent moins de temps avec leurs pairs a plusieurs effets. Le premier d’entre eux est que le développement de leurs compétences sociales s’effectue de manière limitée. Il existe une grande différence entre être derrière le téléphone pour communiquer et le faire de visu. Ils présentent une certaine appréhension à l’égard de ce dernier.

Par ailleurs, selon la recherche du Docteur Twenge, il semble qu’ils ont moins de compétences pour la lecture et l’écriture. Peut-être que cela a à voir avec la pauvre richesse sémantique qu’ils utilisent dans leurs messages pour communiquer. En outre, ils communiquent souvent en utilisant des phrases incomplètes.

génération smartphone

4. Plus anxieux et déprimé

La même chercheuse attire l’attention sur un fait inquiétant. Ces jeunes semblent avoir des niveaux plus élevés d’anxiété et de dépression. Elle indique que le suicide a triplé chez les jeunes de ces âges au cours des 10 dernières années. Cela pourrait être lié à un faible contact social et à un niveau d’activité physique plus faible.

En réalité, ces effets d’anxiété et de dépression ne résultent pas du fait qu’ils restent aussi longtemps connectés. Il s’agirait plutôt d’une conséquence de ce qu’ils arrêtent de faire parce qu’ils sont connectés. Si l’équilibre entre les deux aspects était meilleur, ils bénéficieraient certainement d’une plus grande stabilité.

5. Ils apprécient la sécurité et sont plus conscients

Contrairement aux « Millenials« , les membres de la « génération smartphone » sont plus réalistes. Ils ne possèdent pas de grandes attentes et ils apprécient la sécurité avant tout. Ils sont davantage disposés à travailler dur. Ils ne sont pas attirés par des activités comportant trop de risques.

Il est frappant de constater que ces jeunes soient également plus conscients de leur situation. Ils savent que le temps passé sur leur téléphone ne leur apporte pas de grands avantages. Cependant, ils soulignent également qu’ils ne savent pas comment vivre différemment.

La « génération smartphones » est le produit des changements culturels induits par les nouvelles technologies. Peut-être qu’ils ont davantage besoin de leurs parents pour les orienter vers d’autres façons de vivre. Comme ils le disent eux-mêmes, ils ne savent pas comment ils pourraient vivre autrement, ils ne connaissent pas d’autres alternatives et il s’agit peut être de la raison pour laquelle ils ne les prennent pas en considération. Finalement, ces jeunes peuvent ne pas causer autant de problèmes que les générations qui les ont précédés, mais ils semblent aussi avoir perdus une partie de leur énergie, de leur désir d’expérimenter ou de changer le monde. Ils sont tristes et ne trouvent pas d’autre issue que de s’adapter passivement à la réalité qui leur est proposée.


A découvrir aussi