Je suis mère, et ma fille est atteinte d’Alzheimer

· 30 septembre 2017

« Maman, j’ai Alzheimer et je veux te dire au revoir car bientôt je ne pourrai plus le faire » ; c’est ce qu’a dit Mari à sa mère après avoir découvert qu’à 48 ans à peine, elle souffrait de cette maladie. Alzheimer a toujours été une maladie associée à la vieillesse. Cependant, elle est de plus en plus présente chez les jeunes.

Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui cause la détérioration cognitive et la dégénération de certaines fonctions vitales. Sa conséquence principale est la perte de la mémoire qui, à mesure que la maladie avance, provoque des oublis plus graves tels que l’incapacité de reconnaître les membres de sa propre famille. Ce sont les personnes de plus de 65 ans qui sont les plus à mêmes de contracter cette maladie.


Les jeunes personnes atteintes d’Alzheimer ont entre 40 et 60 ans.


Il y a quelques années, on se disait que c’était les enfants qui verraient leurs parents souffrir de cette maladie et que ça ne pouvait se passer que dans ce sens-là, mais les rôles ont changé et nombreux sont aujourd’hui les parents qui doivent s’occuper de leurs enfants atteints d’Alzheimer.

Le syndrome d’Alzheimer précoce vous arrache à la vie

Jason était un jeune américain de 36 ans à peine, très vif et très travailleur. Cependant, à ses 35 ans, il a commencé à devoir écrire des notes sur ses mains pour se souvenir des choses, il n’arrivait pas à respecter les horaires, et un jour il s’est même perdu en rentrant chez lui. En 2012, il n’a même pas réussi à décorer sa maison des lumières de Noël.

Il se sentait très confus, il commençait à douter de tout, et il a alors pris la décision d’aller consulter un-e psychologue, qui l’a redirigé vers un neuro-psychologue. Après de nombreux tests, le diagnostic était clair : Jason était atteint d’Alzheimer à l’âge de 36 ans. Finalement, à partir de là les choses sont allées très vite et il est mort un an plus tard, en 2013.

jeune homme préoccupé par la maladie d'Alzheimer

Les cas de Jason et de Mari ne sont pas isolés ; en effet, le syndrome d’Alzheimer précoce arrache à la vie de nombreuses jeunes personnes qui viennent de fonder une famille, qui ont déjà atteint leurs buts et que la maladie frappe alors qu’elles regardent le futur les yeux emplis d’illusion de vivre de nouvelles expériences.

Cependant, cette maladie peut commencer à se manifester par de petits oublis ainsi que des problèmes de mémoire que l’on considère comme normaux. Cependant, ce peut être un signe préliminaire d’un diagnostic dont les causes ne sont pas encore claires.


Aujourd’hui, Alzheimer est une de ces maladies contre lesquelles il n’existe aucun traitement ni aucun remède.


Une autre question importante quant à Alzheimer, c’est son origine ; il existe différentes controverses, puisque rares sont les personnes qui, en raison de la génétique ou d’antécédents familiaux, souffrent de cette maladie. Cependant, c’est quelque chose dont on peut tenir compte. Aussi, Alzheimer peut être associé à un événement traumatique, aussi bien physique que psychologique, ou au diabète de type 2.

Les premiers symptômes d’alerte

« Je ne sais pas ce que je veux », « J’oublie très rapidement les choses », « Quand on me demande pourquoi je pose plusieurs fois la même question, j’ai honte et je m’enferme dans la salle de bain pour pleurer » ; voilà ce qu’explique Carmen Garcia, professeure d’université de 54 ans, quant à son expérience de la maladie.

arbre en forme de tête et oiseaux qui s'en envolent représentant la mémoire des personnes atteintes d'Alzheimer

Les premiers symptômes d’alerte peuvent être très subtils, si tant est qu’on leur accorde l’importance qu’ils méritent. Cependant, on doit y prêter attention, car ils peuvent être le signe préliminaire de l’apparition de cette maladie à un âge précoce. A quoi devons-nous nous fier ?

  • On oublie les informations récemment apprises et on a de plus en plus besoin d’aide pour se souvenir des choses (dates, événements, etc)
  • On a du mal à se concentrer, à résoudre les problèmes et à faire des choses rapidement
  • On rencontre des problèmes pour conduire ou pour régler les factures
  • On est désorienté-e, aussi bien dans le temps que dans l’espace
  • On a du mal à manier le vocabulaire, à trouver un synonyme ou même à dire un mot
  • On ne prend plus d’initiatives et on présente des sauts d’humeur

Le soutien de la famille sera fondamental, car la personne atteinte d’Alzheimer ressent de la frustration, de la confusion, de la tristesse, de l’impuissance, de l’isolement et de l’incompréhension.


Pour beaucoup de parents, le monde s’effondre autour d’eux lorsqu’ils apprennent que leurs enfants ont Alzheimer. Même s’ils ont conscience de la réalité, ils ne peuvent s’empêcher de pleurer. Alzheimer est une maladie très compliquée pour laquelle il n’existe à ce jour toujours pas de traitement efficace. Avant, c’était les personnes âgées et uniquement les personnes âgées qui en souffraient, mais maintenant, les jeunes générations sont également touchées.