Souffrez-vous de dépression liée au chômage ?

23 décembre, 2020
Pour les jeunes ou les moins jeunes, l’absence d'emploi est dévastatrice et a un impact important sur le plan psychologique. A tel point que beaucoup de chômeurs traversent souvent une période de dépression sans même le savoir. En voici les symptômes.

La dépression liée au chômage est un phénomène de plus en plus fréquent dans notre société. En dépit de son apparition lente mais progressive, elle reste une réalité rarement diagnostiquée et bien souvent non prise en charge.

Nous ne sommes pas encore conscients de l’impact important que cela peut avoir sur la santé physique et mentale des personnes qui en souffrent. Que savons nous en réalité sur cette situation ?

Certains d’entre nous savent peut-être ce que cela signifie de se lever tous les jours sans avoir de visibilité sur la journée qui commence et encore moins sur ce qui pourrait se passer demain si on ne trouve pas de travail. De plus, la recherche d’emploi elle-même devient souvent épuisante.

Il s’agit d’un étrange mélange de désespoir et d’incertitude. Il est nécessaire de faire preuve d’ingéniosité et se dire chaque jour qu’il faut garder confiance, et que quelque chose de positif finira par sortir de tout cela.

Mais parfois, les jours passent et on s’habitue aux formules toutes faites du genre “on vous rappellera” ou tout simplement au silence, à l’absence de réponse, à une boîte aux lettres électronique vide et à un téléphone qui reste muet. Beaucoup de jeunes aspirant à de nouvelles opportunités restent ainsi piégés dans cette recherche d’un emploi.

Le problème du chômage est immense et il constitue alors un terreau fertile pour les problèmes de santé mentale. Nous approfondissons ici le sujet.

Un homme triste assis sur un canapé.

Dépression liée au chômage : symptômes et stratégies

Ce travail que nous faisons tous les jours et pour lequel nous sommes payés, est un appui psychologique. Il nous permet non seulement de subvenir à nos besoins fondamentaux, de nous loger, de nous nourrir ou encore de payer nos factures, mais aussi de renforcer notre estime de nous même, de nous sentir compétents, utiles et satisfaits de nous-mêmes.

Ainsi, comme on peut l’imaginer l’absence de travail génère toute une série de difficultés psychologique comme on peut l’imaginer. Lorsqu’on demande à un enfant ce qu’il veut faire plus tard, à aucun moment il ne lui vient à l’esprit de répondre “être au chômage”.  Ce statut donne lieu à une rupture avec nos rêves et nos efforts pour être utile et se sentir bien.

Ainsi, nous ne sommes pas surpris d’apprendre ce que nous révèlent des études telle que celle menée à l’université de Leipzig, par exemple. Le chômage est un facteur incontestable de détérioration de la santé mentale.

Le risque de dépression est alors très élevé dans une situation de chômage prolongé. De plus, comme nous l’a expliqué Erik Erikson, spécialiste en psychologie du développement, le fait même de pouvoir construire une personnalité saine et un état émotionnel équilibré est étroitement lié à l’aspect professionnel.

Saviez-vous que la dépression liée au chômage est étudiée depuis les années 30, à savoir depuis l’époque de la Grande Dépression (Eisenberg et Lazarsfield 1938). Voyons maintenant quels sont ses symptômes.

Comment savoir si on souffre de dépression lorsqu’on est sans travail ?

Lorsqu’une personne commence à présenter des symptômes de dépression liée au chômage, elle ne prend pas toujours la peine de demander l’aide d’un expert. Elle va chez le médecin pour des problèmes de sommeil, de la fatigue, des maux de tête

Elle suppose, qui plus est, que ses émotions sont normales. “Il est normal que je me sente mal, car je n’ai pas de travail“, se dit-elle. Découvrons les principales caractéristiques de la dépression liée au chômage :

  • Un sentiment permanent de peur, de frustration, d’angoisse…
  • La principale différence entre une personne déprimée et une qui ne l’est pas est ce sentiment d’espoir et de détermination. La personne déprimée n’est donc plus convaincue que sa situation va s’améliorer. En fait, elle est même persuadée que les choses vont aller en s’empirant.
  • A cela s’ajoute à un sentiment d’inutilité. Ce constat a un grand impact au niveau familial.
  • Un sentiments de colère et d’injustice. Il est faux d’imaginer que les personnes souffrant de dépression liée au chômage sont systématiquement des personnes tristes. En réalité, le plus souvent la personne concernée est de mauvaise humeur, peu patiente et très irritable.
  • Les habitudes de sommeil et d’alimentation changent. Les personnes concernées dorment alors soit beaucoup ou se reposent à peine. Elles perdent leur appétit ou mangent de façon compulsive.
  • Parfois, cela conduit à des comportements de dépendance. Par exemple, on peut voir des anciens fumeurs se remettre au tabac ou encore des anciens buveurs se remettre à l’alcool, etc.
  • Souvent, la personne au chômage a des idées suicidaires.
Une thérapie psychologique permet de combattre la dépression liée au chômage.

Comment affronter la dépression liée au chômage ?

Une chose est claire. Il sera plus difficile de trouver un emploi si vous souffrez d’un trouble de l’humeur. Une dépression non prise en charge s’aggravera. Il ne faut donc pas négliger par exemple le taux élevé de suicide chez les personnes qui ont perdu leur emploi. Que peut-on faire dans ces cas-là ?

  • La priorité est de disposer d’une aide spécifique et, en retour, d’un soutien social. En effet, pouvoir compter sur sa famille, ses amis et avoir quelqu’un à qui parler est essentiel.
  • Parfois, le fait de pouvoir partager son expérience avec quelqu’un qui se trouve dans la même situation que soi ou qui est passé par là peut s’avérer très utile. Ce qui est important c’est de se débarrasser de ce sentiment d’échec et de cette impression d’être inutile.
  • Les buts et objectifs sont un carburant qui devraient nourrir notre esprit chaque jour. Il est donc essentiel de continuer d’avoir des objectifs dans la vie. En effet, grâce à eux nous trouvons la force de nous lever chaque jour.
  • Suivre une routine permet également de mieux gérer son temps.
  • En même temps, il est aussi essentiel de s’offrir des moments de loisirs, de repos.
  • Enfin, il est bon de consacrer quelques heures par semaine pour faire du sport.

Contrôler ses pensées, bien gérer ses émotions et, surtout, bénéficier d’un bon soutien sont les meilleurs moyens de surmonter cette situation qui peut arriver à chacun d’entre nous. Gardons cela à l’esprit.

  • Eisenberg, P., & Lazarsfeld, P. F. (1938). The psychological effects of unemployment. Psychological Bulletin35, 358-390.
  • Feather, N. T. 1982. Unemployment and its psychological correlates: A study of depressive symptoms, self-esteem, Protestant ethic values, attributional style and apathy. Australian Journal of Psychology,34(3), 309-323.
  • Zuelke, A. E., Luck, T., Schroeter, M. L., Witte, A. V., Hinz, A., Engel, C., … Riedel-Heller, S. G. (2018). The association between unemployment and depression–Results from the population-based LIFE-adult-study. Journal of Affective Disorders235, 399–406. https://doi.org/10.1016/j.jad.2018.04.073