Savoir dire adieu : la plus difficile des conversations à avoir avant de mourir

2 novembre 2015 dans Emotions 6957 Partagés

« Personne n’est assez jeune pour échapper au risque de mourir aujourd’hui »

-Francesco Petrarca-


La mort est un passage obligé dans la vie de tous les êtres vivants. Même si on en a conscience, nous, les êtres humains, nous vivons dans une bulle. Nous nous convainquons du fait que l’on ne quittera jamais ce monde.

Cependant, la réalité ne prend pas toujours la tournure que l’on aurait espéré. Parfois, la vie n’est pas très coopérative. Un jour, notre compagon/compagne peut s’en aller, on peut tomber malade, ou notre meilleur ami peut avoir un accident.

De toutes les situations possibles, la plus compliqué à gérer est celle où on sait que la mort d’un proche est latente. Dans ces moments-là, on se fiche de la raison.

Le vrai choc a lieu avant même que ne se présente l’idée de devoir faire face au processus de la mort, sans qu’aucune alternative ne soit envisageable.

Comment se préparer à dire adieu ?


« Garde tes bons souvenirs pour les mauvais moments, et écoute… Sois l’acteur de ta vie, dis ce que tu ressens, montre ce que tu vaux, rêve des choses auxquelles tu aspires, et n’oublie pas d’apprécier ce que tu as. »

-Anonyme-


De nos jours, dans cette société dans laquelle nous vivons, on prend rarement du temps pour nous. Peut-être est-ce pour cette raison si les techniques de méditation sont si populaires. En fait, on voudrait vivre sans interruption.

Quand vous devez dire adieu à un être cher, il est important que vous preniez du temps pour vous. Isolez-vous, et concentrez-vous sur vous. Donnez-vous le temps de ressentir la tristesse, la colère et la frustration.

Passez toutes les étapes nécessaires, et finalement, acceptez que cette personne ne soit plus à vos côtés. Que ressentez-vous ? Qu’avez-vous besoin de dire à cette personne ? Devez-vous vraiment lui dire tout ce que vous pensez ?

shutterstock_247248526

Ne vous y trompez pas, ce sera un moment de grande souffrance, mais cela vous donne aussi la possibilité de changer certaines circonstances.

Il est important de pleurer, de s’énerver, et d’accepter le changement qui se prépare. Vous ne devriez vous présenter à l’autre qu’après avoir médité sur la situation.

Probablement que la personne sur le point de mourir aura davantage besoin de parler que d’écouter. Donnez-lui du temps, permettez-lui de dire ce qu’elle a besoin de dire, et montrez-lui que vous êtes là pour elle et que vous l’accompagnez. En revanche, donnez-lui de l’espoir seulement si la réalité le permet.

Ne lui donnez pas de faux espoirs en lui faisant miroiter de possibles traitements miraculeux. Si de telles possibilités existent, alors elles doivent être mentionnées telles qu’elles sont, sans être enjolivées ou exagérées.

Aider l’autre personne à accepter sa condition


« Après tout, la mort, ce n’est qu’un signe montrant qu’il y a eu de la vie »

-Mario Benedetti-


Une part très important de cette conversation difficile consiste à s’assurer que la personne comprend sa situation. Voici quelques phrases qui peuvent vous y aider :

  • Comprends-tu ton diagnostic ?
  • Quelles sont tes principales inquiétudes ?
  • Veux-tu faire quelques changements ou arrangements ?
  • Comment veux-tu occuper ton temps, à partir de maintenant ?
  • Qui aimerais-tu voir prendre les décisions à ta place quand cela sera nécessaire ?

shutterstock_285296222

Cette conversation n’est pas facile, mais il est important d’écouter quelqu’un qui s’apprête à mourir.

En lui montrant que son opinion compte pour nous, on lui donne le pouvoir sur sa vie, et c’est une chose à laquelle personne ne doit renoncer.

Si vous ne vous sentez pas capable de rendre le processus plus supportable à l’autre, alors contentez-vous d’être là. La compagnie des êtres chers est très importante.

L’importance de cette conversation


« La mort ne nous vole pas les gens qu’on aime. Au contraire, elle nous les garde et nous les immortalise dans le souvenir. C’est au contraire la vie qui nous vole souvent, et définitivement ».

-François Mauriac-


La plupart d’entre nous cherchons toujours à retarder cette conversation. On essaie de nous convaincre du fait qu’il y a encore du temps, mais il n’en est pas toujours ainsi.

Les choses peuvent se produire bien plus rapidement que ce que l’on croit. Souvent, ceux qui ont préféré éviter cette conversation se sentent mal, ou coupables de ne pas avoir su dire ce qu’ils avaient à dire quand il était encore temps.

Si vous avez peur d’aborder le sujet, alors commencez simplement par écouter ce que la personne a à dire. Peu à peu, vous saurez s’il y a quelque chose que vous aimeriez partager avec elle, ou pas.

Certaines de ces conversations peuvent durer quelques minutes, alors que d’autres sont interminables. Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas obligé de dire ou de faire plus que vous ne le vouliez.


Il est toujours mieux de dire adieu à temps

et de ne pas laisser le temps gagner


A découvrir aussi