Sauver des vies peut-il être un délit ?

11 mai 2019
N'est-ce pas là une question des plus paradoxales ?

Sauver des vies peut-il être un délit ? Devrions-nous regarder de l’autre côté quand un drame se produit ? Trois pompiers sévillans de Proemaid ont été jugés à Lesbos. La raison ? Ils ont sauvé la vie de centaines de personnes en Grèce. Les lois, si nécessaires et ajustées dans la plupart des cas, deviennent obsolètes dans les périodes de bouleversements et de changements. Voire déshumanisées.

Les lois, que nous devons tous respecter, vont parfois dans un sens et les gens dans l’autre. C’est le cas de ces trois pompiers qui ont été jugés pour ne pas avoir su fermer les yeux et sauver la vie de ceux qui risquaient de le perdre dans des bateaux à la dérive.

Heureusement que lorsque les lois ne protègent pas les droits de l’Homme, il existe des personnes et des associations qui se consacrent à leur sauvegarde. Des associations telles que Proemaid et Open arms sauvent de la mer ceux qui tentent de rejoindre l’Europe en fuyant la guerre, la persécution ou la pauvreté. Ne pas sauver la vie de ceux qui tombent à l’eau est ce qui devrait être puni.

Enfin, les pompiers qui ont été accusés de traite des êtres humains, alors qu’ils effectuaient des missions de sauvetage de réfugiés en tant que bénévoles d’ONG, se disent « heureux » et « soulagés » après leur libération. « La sentence montre que sauver des vies n’est pas un délit« . C’est ce qu’a déclaré l’un d’entre eux après la décision de la cour.

sauver des vies en mer
Supprimer les droits de l’homme par égoïsme

Tout revient en arrière. Aujourd’hui ce sont eux qui ont besoin d’aide, hier nous étions dans cette situation, demain personne ne sait. Nous ne pouvons pas nous permettre de vivre dans un monde qui ne regarde que son nombril, car même si aujourd’hui nous avons la chance de gagner, demain nous ne saurons pas quelle situation nous devrons traverser. Si nous encourageons un monde où il n’y a ni compassion, ni empathie, ni justice, tôt ou tard, nous subirons le revers de cette médaille. En tant que citoyens et peut-être même en tant que nation.

Derrière les mafias qui se consacrent à la traite des êtres humains se cache un manque de sensibilité dans la société. S’il est plus qu’évident qu’il est nécessaire de lutter contre ces mafias qui déshumanisent les gens en les traitant comme des numéros, l’endroit pour les combattre ne devrait pas être la mer.

La lutte contre ces mafias doit avoir lieu aux points de départ et d’arrivée. Une fois que les gens sont dans un bateau, ce dernier ne doit pas être utilisé comme champ de bataille. Le champ de bataille doit être sur terre. En mer, il met en danger des vies innocentes fuyant la barbarie.

En mer, chaque seconde compte

Comme Albert Einstein l’a dit, le problème de l’homme n’est pas dans la bombe atomique, mais dans son cœur. Dans le cas d’associations qui contribuent au niveau international au sauvetage d’hommes, de femmes et d’enfants dans des circonstances extrêmes, leur cœur ne peut difficilement pas être plus grand. Il vaut mieux pour ces gens agir en s’exposant à la repentance que se repentir de ne rien avoir fait.

L’arrêt de Lesbos clarifie que ces associations ne sont pas dignes de la criminalisation salvatrice à laquelle elles sont actuellement et malheureusement soumises. Dans ce cas et d’autres cas similaires. Il s’agit sans aucun doute d’un travail humanitaire aux fins de l’exonération de responsabilité pénale à laquelle la directive européenne sur la facilitation fait explicitement référence.

Cette phrase n’est pas seulement valable pour ces trois pompiers sévillans. Mais aussi pour tous ceux qui aident à sauver des vies en Méditerranée. Parce que les gens qui aident sont jugés dans nos sociétés. On a tenté de pénaliser la solidarité. On a tenté de criminaliser l’aide humanitaire. Et cet arrêt montre que sauver des vies n’est pas un délit.

« Nous ne sommes qu’une race avancée de singes sur une planète plus petite qu’une étoile très normale. Cependant, nous pouvons comprendre l’Univers. Cela nous rend très spéciaux. »

sauver des vies en Méditerranée

Photographies de www.fitovazquez.es

 

  • Del Ramo, J. L., & Humanes, M. L. (2016). Análisis de contenido de la representación fotográfica de la crisis de los refugiados sirios y su incidencia en el framing visualScire22(2).
  • Dummett, M. A. (2004). Sobre inmigración y refugiados. Cátedra.
  • Müller, E. (2015). Alemania facilita la llegada de refugiados sirios a su territorio. El Pais, 26.