Sally Horner, la triste histoire de l’authentique Lolita de Nabokov

· 17 octobre 2018

Sally Horner avait 12 ans lorsqu’elle fut séquestrée par Frank LaSalle, un pédophile connu qui sortait tout juste de prison. Il garda la petite enfermée pendant 21 mois avant qu’elle ne puisse s’enfuir et parvenir à appeler sa famille. Cette histoire, obscure et tragique, inspira Vladimir Nabokov pour écrire l’une des œuvres les plus connues de la littérature : Lolita (1955).

On dit souvent qu’il existe très peu de livres renfermant tant de contradictions. La qualité littéraire de cet ouvrage est inégalable. C’est le cas également de l’atmosphère ancrée dans un voyage impossible entre un homme d’âge moyen et une fillette. Nous y sommes témoins de la société américaine la plus décadente, frivole, trouble et dénuée de valeurs. 

Son personnage Humbert Humbert (mot qui joue sur le terme « ombre » en français) est un personnage avec lequel il est difficile de s’identifier. Nous parlons de quelqu’un qui s’est échappé d’Europe car il a abusé d’une fillette. Il conduira Lolita dans ce même univers sombre afin de satisfaire sa fascination pour celles qu’il définit comme les « nymphales », jeunes adolescents.

Le livre de Nabokov ne se cache pas, il ne camoufle pas les tromperies. L’auteur n’a pas souhaité cela. Avec Humbert, il a souhaité montrer au monde le profil du pervers le plus classique. Quelqu’un qui, à un moment donné, n’a pas hésité à tuer. La brutalité de l’histoire est inégalable et inconfortable. La controverse se trouve dans chaque détail et chaque page.

Même malgré cela, nous rendre à cette prose nous est facile. Nous nous rendons à cette atmosphère et à cette histoire où l’on ne nous montre rien de plus qu’un pédophile séquestrant une fillette de 12 ans.

C’est un fait qui s’est lamentablement inspiré de personnages très concrets.

« Une personne sentimentale peut être totalement bestiale dans ses moments libres. Une personne sensible ne sera jamais cruelle ». 

-Vladimi Navokov-

sally horner

L’histoire de l’authentique Lolita, Sally Horner

Frank LaSalle était un mécanicien de 52 ans connu par la police pour avoir abusé de fillettes de 12 à 14 ans. Il  venait de sortir de prison lorsqu’il décida de s’installer en New Jersey et de refaire sa vie. Cependant pour ce type de profil,  il n’est pas simple de maintenir sous clé le chasseur qui ne respecte que le choix de ses instincts. Ainsi, au début du mois de mars 1948, LaSalle retourna sur son terrain de chasse après avoir ressenti une obsession pour une fillette : Sally Horner.

Fille d’une mère veuve, il était commun de la voir sortir du collège aux côtés de ses amies. Comme toute pré-adolescente n’ayant pas peur du monde, elle avait confiance et s’éveillait peu à peu. Pour cela, elle ne se rendit pas compte du fait qu’elle était quotidiennement traquée. LaSalle la suivit jusqu’à trouver l’opportunité de satisfaire ses désirs et de tomber une fois de plus dans l’ordre du délit. Sally venait de voler un cahier à 5 centimes dans une boutique. C’était un gage que lui avait imposé ses amies du collège afin de pouvoir s’unir au groupe. Une farce infantile qu’elle n’oubliera jamais.

Frank LaSalle l’atteint en quittant le commerce et il affirma qu’il était du FBI. Si elle souhaitait que sa mère ne se rende pas compte de ce qu’elle venait de faire, elle devait le suivre. Sally, apeurée et désolée accepta. Ils montèrent ensemble dans un bus et tout commença alors. Ils voyagèrent dans l’ensemble du pays pendant près de 2 ans : Atlantic City, Blatimore, Dallas, Californie… Un périple qui les mena d’hôtel en hôtel, de motels de route aux campings, en se faisant toujours passer pour un père et sa fille.

Sauvetage et tragédie postérieure

Personne ne soupçonnait rien. Personne ne concentra son attention sur ce père obsédé qui ne laissait jamais sa fille seule. Personne jusqu’à ce que le gérant de l’hôtel, intrigué par l’attitude apeurée et triste de la fille finit par réussir à la séparer de LaSalle pour lui demander si elle allait bien. Sally s’effondra et lui demanda de l’aide : elle souhaitait uniquement appeler chez elle.

La police ne tarda pas à arriver et à ramener la fillette chez elle auprès de sa mère. Elle put alors raconter le drame vécu, les abus sexuelles, l’humiliation, la peur… Et Frank LaSalle fut condamné à 35 ans de prison par un juge qui le définit comme « lépreux immoral ».

Néanmoins, le plus triste se déroula 2 ans plus tard. Sally Horner mourut dans un accident de voiture en emboutissant un véhicule agricole. Frank LaSalla décéda 16 ans plus tard en prison. Depuis laquelle il envoyait toutes les semaines un bouquet de fleurs sur la tombe de la fillette.

sally horner

Nabokov et le voyage d’un pédophile

Toutes ces données et détails sont regroupés dans le livre The Real Lolita : the kidnapping of Sally Horner de la journaliste Sarah Weinman. Il s’agit d’une recherche longue et détaillée où se trouvent des détails très parallèles rapprochant Sally et la Lolita de Vladimir Nabokov. C’est une récit de voyage entre un pédophile et une fillette, une adolescente fille de veuve.

Le livre fut publié dans un but clair : faire justice. Justice à Sally Horner et à tous les enfants séquestrés par des pédophiles. Justice aux histoires déchirantes qui font la une des médias à certaines périodes. Ainsi, l’autrice évoque aussi l’oeuvre nabokovienne; où sont récurrents les personnages adultes ayant de l’intérêt pour les fillettes (Un conte de fée, Rire dans l’obscurité…).

Ainsi, nous devons également nous rappeler que lorsque Nabokov finit Lolita, il ne trouva pas d’éditeur aux Etats-Unis. C’était un livre inconfortable, incorrect. Ce fut une maison d’édition française spécialisée en contenu pornographique qui publia l’ouvrage. Des problèmes survinrent également sur le tournage du film de Stanley Kubrik. Gary Grant par exemple rejeta l’idée de faire partie d’un projet similaire lorsqu’on lui proposa d’incarner Humbert Humbert. Après l’avoir accepté, James Mason eut des regrets.

Dans l’actualité, les rééditions de Lolita évitent de présenter cette adolescente éhontée qui semblerait ainsi coupable de son propre destin. Nous trouvons désormais des couvertures où cette femme fatale n’apparaît pas, cette jeune provocatrice avec des lunettes de soleil en forme de cœur. Nous voyons une jeune manipulée, une fillette remplie d’ombre, victime d’un pédophile comme ce fut le cas de la petite Sally Horner.