Rituels de séparation et d'adaptation : comment aident-ils les enfants à retourner à l'école ?

Les rituels facilitent l'adaptation des enfants à l'école, les aident à dire au revoir à leurs parents et à faire confiance à leurs éducateurs. Dans cet article, nous vous expliquons en quoi ils consistent et comment vous pouvez les mettre en oeuvre.
Rituels de séparation et d'adaptation : comment aident-ils les enfants à retourner à l'école ?
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 18 octobre, 2022

Chaque enfant vit sa rentrée scolaire d’une manière différente. Pour beaucoup, le retour en classe est un motif d’espoir et de joie. D’autres les vivent en revanche comme une véritable source d’angoisse et d’anxiété, surtout s’ils commencent l’école. Aucun parent m’aime voir son enfant souffrir, mais on ne sait pas toujours comment faire. Nous voulons présenterons donc, ci-après, certains rituels de séparation et la façon dont ils peuvent vous aider.

La vérité est que les familles et les écoles sont de plus en plus conscientes et respectueuses des émotions des enfants. A chaque fois on comprend mieux qu’il n’est pas facile pour eux de se détacher de leurs figures d’attachement et de leur environnement et de s’adapter au rythme des cours. Des périodes d’adaptation s’établissent alors pour que certains changements pouvant causer beaucoup d’anxiété soient plus progressifs.

Cependant, cela ne suffit pas toujours. Heureusement, il existe des stratégies qui peuvent aider les tout-petits à franchir cette étape sans trop souffrir.

rituels de séparation
Respecter les rythmes des enfants est essentiel pour une bonne intégration scolaire.

Rituels de séparation et d’adaptation à l’école

Le retour à l’école (à n’importe quel stade de l’enseignement, mais surtout l’année de la rentrée) implique une série de défis pour les enfants. Ceux-ci sont souvent considérés comme une simple formalité. On suppose que l’enfant s’adaptera tôt ou tard. Au contraire, la parentalité d’attachement cherche à comprendre le monde affectif de l’enfant et à respecter ses rythmes et processus vitaux.

Sans aucun doute, l’adaptation à l’école sera beaucoup plus facile dans ce second contexte. Il est vrai qu’il n’est pas possible pour un enfant de passer toutes ses heures d’école à pleurer. Cependant, cela ne signifie pas qu’il cesse de souffrir. Cela peut signifier une acceptation de cette souffrance plutôt qu’une réelle adaptation.

Les rituels de séparation apparaissent comme un outil pour accompagner et faciliter ce processus. Ils commencent au cours des premières semaines ou des premiers mois et peuvent être de différents types.

Rituels de présentation

Lorsque les parents recherchent une école, ils regardent généralement le centre, ses enseignants et sa méthodologie . Ils veulent savoir comment ils sont et comment ils travaillent pour avoir la confiance nécessaire de laisser leurs enfants à charge. Eh bien, les enfants en ont également besoin. Ils nécessitent un temps d’approche, pour partager avec les éducateurs détente et plaisir, pour créer du lien avec eux. Et c’est très compliqué s’ils sont simplement laissés dans la salle de classe jusqu’à l’heure de la sortie.

Les rituels d’introduction se produisent lorsque, au cours de ces premières semaines, les parents, les enfants et les éducateurs partagent l’espace. L’enfant peut alors explorer, découvrir et commencer à entrer en relation avec les enseignants et ses pairs, sachant que leurs figures principales sont présentes et disponibles pour offrir un soutien.

La durée de cette étape dépendra des besoins de chaque enfant. Essentiellement, cette étape d’adaptation ne doit pas être considérée comme une simple augmentation du nombre d’heures que l’enfant passe en classe, mais comme une occasion pour lui de commencer à faire confiance à qui sera son nouveau modèle d’adulte.

Rituels d’adieu

Les écoles amies des enfants anticipent que chaque enfant peut réagir différemment à la séparation. Elles sont prêtes à accompagner avec affection ce moment où les parents quittent la classe. Certains enfants restent calmes en jouant ou en interagissant avec les enseignants et les pairs, mais d’autres peuvent ressentir de la détresse et avoir besoin d’un soutien supplémentaire.

Ces rituels se construisent par chaque enfant et se mettent en mouvement chaque matin au départ de leurs parents. Pour certains il s’agira d’un bisou d’adieu, d’autres voudront accompagner leurs parents jusqu’à la porte, d’autres les voir partir par la fenêtre… En tout cas, quand les enseignants autorisent l’expression émotionnelle (pleurs, colère, peur… ) et se prêtent à suivre ce rituel dont chaque enfant a besoin, ils facilitent la construction de la sécurité et de la confiance.

rituels de séparation
La validation émotionnelle par les parents et les enseignants est essentielle pour que les enfants se sentent plus en sécurité et plus confiants.

Rituels de séparation

Enfin, il est courant que les enfants aient du mal à s’éloigner de leurs parents aussi longtemps et qu’ils aspirent et aient besoin de les sentir proches. Pour cela, durant les premiers jours, les parents peuvent trouver un moyen de leur faire sentir qu’ils sont “toujours connectés”. Par exemple, faire un petit dessin sur la main de l’enfant et laisser l’enfant en dessiner un autre sur la main de papa ou de maman.

Avant de se séparer, on peut lui expliquer que, lorsqu’il a le mal du pays, lorsqu’il a besoin de se souvenir de ses parents, il peut regarder ou toucher ce dessin dans sa main et sentir qu’ils sont liés. Que ce faisant il saura que ses parents pensent aussi à lui, qu’ils l’aiment et qu’ils se reverront très bientôt.

Au lieu d’un dessin, des autocollants, des bracelets ou tout autre élément peuvent également s’utiliser. La clé est qu’il s’agisse de quelque chose que l’enfant puisse porter avec lui toute la journée et qui lui donne cette sécurité qui peut s’affaiblir à un moment donné.

Bref, si nous abandonnons l’adulte-centrisme et analysons les situations du point de vue des plus petits, nous comprendrons mieux ce que signifie commencer l’école ou retourner en classe. Valider les émotions des enfants, respecter leurs rythmes et les accompagner avec respect et affection de la part de la famille et de l’école facilitera grandement leur adaptation. De cette façon, au lieu d’un sentiment de solitude, de peur ou d’abandon, vous pouvez construire la confiance, sécuriser les liens et faciliter l’ouverture au monde.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Mon enfant ne veut pas aller à l’école : pourquoi et que dois-je faire ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Mon enfant ne veut pas aller à l’école : pourquoi et que dois-je faire ?

Lorsque votre enfant vous dit qu'il ne veut pas aller à l'école, au lieu de le gronder, validez ce qu'il dit et ce qu'il ressent.