Ton ressentiment ne me fera jamais culpabiliser

24 mars 2017 dans Emotions 220 Partagés

Qui n’a jamais eu un sentiment persistant de dégoût ou de colère vis à vis de quelqu’un car il considérait qu’il était responsable de ses souffrances ? En d’autres termes, qui n’a jamais senti de ressentiment ? Ce sentiment qui, enkysté et aggravé, peut finir par provoquer de la rancœur.

Ces sensations peuvent provoquer une légère gêne temporaire ou un profond mal être qui peuvent rendre difficile ou empêcher les relations avec l’offensant-e. C’est une honte dissimulée qui, si elle veut blesser, ce n’est pas pour embêter ou pour nuire, mais pour ressentir la satisfaction ou le contrôle de la situation ou de la personne que l’on n’a pas réussi à contrôler avant.

Le ressentiment est un venin que je prends en moi, en attendant de faire mal à quelqu’un d’autre.
Partager

Quand les filtres du ressentiment changent le regard

Ce sentiment possède l’un des filtres les plus puissants de l’esprit humain. Quand le ressentiment prime sur nos émotions, nous nous concentrons uniquement sur les aspects négatifs de la personne que nous considérons comme responsable de notre douleur, faisant fi du positif et mettant l’accent sur ces caractéristiques nocives.

Le ressentiment agit comme un protecteur de la douleur, nous rendant le contrôle émotionnel que nous avons perdu. Nous devons donc le comprendre comme s’il était tourné vers nous, après que nous n’avons pas fait ce que d’autres personnes pensaient que nous ferions. Nous avons aussi cru que les autres doivent faire les choses en fonction de notre opinion, et nous avons ressenti une offense ou une souffrance lorsque cela ne se passait pas ainsi.

femme-et-papillons-3

Le ressentiment provient d’une considération personnelle de ce que les autres ne font pas, et les considérations changent selon le prisme avec lequel nous les regardons. Rejeter cet état émotionnel et ce qui l’entoure peut nous permettre de conserver le réel et le positif que ces personnes nous ont apportés, car le bon est aussi réel que le mal.

Pour vivre éloigné-e d’un conflit, il faut changer les filtres du ressentiment, puisqu’il n’y a pas pire filtres que ceux qui gravitent autour de cet état émotionnel. Si nous devons choisir un filtre pour regarder les choses, que ce soit celui de l’affection. Il peut dénaturer aussi les choses mais je vous assure qu’il sera plus productif et vous fera du bien, que ce soit à vous ou à celleux que vous regardez.

On vous fait culpabiliser ? Coupez court à cette manipulation

Provoquer de la culpabilité chez quelqu’un d’autre pour qu’il se comporte comme nous le souhaitons est une manière de manipuler aussi ancienne que l’origine du monde. Culturellement, on nous a appris que « lorsqu’on nous faisons une erreur », il y a une punition à subir, et quelle meilleure manière de provoquer la culpabilité chez les autres en utilisant le ressentiment.

Croire que la culpabilité requiert une punition ou une obligation de compenser à tout prix pour réparer le mal que nous avons pu causer à quelqu’un ne fait qu’alimenter un cercle vicieux. Ce labyrinthe émotionnel rend forte la personne qui, avec son ressentiment, provoque un sentiment de culpabilité si grand en nous que, sans nous en rendre compte et en peu de temps, nous sommes sous sa coupe, sous sa manipulation

Si nous nous sentons coupables à cause des actes que nous avons fait ou cessé de faire, nous ne vivrons pas notre vie avec authenticité. Nous vivrons dans la distorsion du « devoir », « d’avoir l’obligation de », et notre vie deviendra ce que les autres veulent de nous. Et nous renoncerons au chemin de nos propres intérêts.

femme-culpabilisant-une-autre

Nous commettons tou-te-s des erreurs desquelles nous ne sommes pas particulièrement fier-ère-s, mais regarder vers le passé constamment en nous accusant des mêmes choses suppose des dépenses d’énergie non nécessaires, qui n’apportent rien de positif.

Pour cesser de se sentir coupable, il suffit de prendre le contrôle de nos vies et de nos pensées, sans nous juger à partir des filtres du ressentiment et ce que les autres voient en nous, car nous savons que ces filtres sont dénaturés.

L’âme en désordre porte la peine dans la culpabilité.
Partager
A découvrir aussi