Quand rentrer à la maison après avoir vécu dans un autre pays devient un défi

· 9 juin 2017

Si vous êtes déjà allé-e vivre dans un autre pays à la culture très différente, vous vous êtes sûrement rendu-e compte que s’adapter se révèle souvent être une tâche difficile. Un choc culturel, une langue différente, de nouvelles personnes… Cependant, ceci n’est que le début d’une période d’adaptation. Or, on ne parle jamais de la réadaptation quand il faut rentrer la maison, une chose qui peut être extrêmement difficile si nous avons été absent-e pendant très longtemps.

Quand vous êtes loin de chez vous, il est normal que vous vous sentiez nostalgique. Malgré tout, vous n’avez sûrement jamais pensé que vous auriez à vous réadapter quand vous rentreriez à la maison. Ce doit être une sensation étrange de se sentir étranger-ère dans sa propre maison. Un choc culturel inversé et réapprendre à vivre dans son propre pays. Cette sensation est plus banale que vous ne le pensez.


M’adapter à un nouveau pays a été difficile, mais le plus dur a été de rentrer à la maison et de me rendre compte que ma place n’était plus là.


Du temps et des efforts pour s’adapter

Au moment où vous arrivez dans un nouveau pays, vous devez vous adapter à tout ce qu’il offre. Cela n’implique pas seulement les coutumes mais aussi les paysages, les endroits et les personnes. Pour cela, la patience et les efforts seront fondamentaux. Vous devez faire face à ce défi de vous connecter à l’endroit où vous vivrez pendant un certain temps.

Mais vous le savez bien. Cependant, vous ignorez que tout le travail que vous accomplissez devra être effectué à nouveau quand vous rentrerez chez vous. Cela peut paraître étrange mais il n’y a pas de pire sensation que celle de se sentir comme un-e étranger-ère dans un lieu que vous pensiez connaître, celui où vous avez grandi mais que vous trouvez désormais si différent.

Ne vous préoccupez pas trop si vous vous sentez perdu-e ou si les doutes à propos de votre identité affluent dans votre tête. Il s’agit d’une chose totalement naturelle qui est liée au choc culturel inversé dont vous faites l’expérience. Vous vous sentirez maladroit-e et un peu étrange en compagnie de toutes ces personnes qui constituent votre famille : la distance et le peu de contact avec elleux vous ont fait vous habituer à leur absence.


Nous ne devons pas considérer le choc culturel inversé comme quelque chose d’anti-naturel car tout le monde qui a voyagé ou a construit sa vie à un autre endroit l’a ressenti.


Vous commencez à penser à vos ami-e-s et à tou-te-s celleux que vous avez perdu-e-s. Et où est cet endroit où vous adoriez aller manger ? Il a changé d’adresse, de nom ou a fermé. Beaucoup de choses changent avec le temps et si vous souffrez du choc culturel inversé, voir à quel point rien n’a l’air d’être à sa place supposera une double dose de stress.

Apprendre à revivre dans notre pays

La frustration se fera noter en raison des nouvelles coutumes acquises dans un pays que vous considériez auparavant comme un pays étranger mais que vous considérez désormais comme beaucoup plus familier que celui où vous avez grandi. Vous vous rendrez compte que les supermarchés ont des produits différents, que les heures de repas ne sont plus les mêmes et vous pourrez ressentir un grand mal-être.

Mais cette sensation ne durera pas longtemps. Repensez au nombre de jours que vous avez mis pour apprendre à vivre dans le pays où vous êtes parti-e. Qu’avez-vous fait en premier ? Vous avez sûrement cherché à ne pas être seul-e. Sortir, connaître de nouvelles personnes et de nouveaux endroits sera essentiel pour vous libérer de cette barrière qui vous entrave.

Ouvrez les bras à cette nouvelle manière de vous réconcilier avec votre ville d’origine et profitez-en pour découvrir des endroits que vous n’aviez jamais découverts. Ne tournez pas le dos à la nouvelle identité que vous avez acquise dans le pays où vous êtes parti-e, n’essayez pas de l’effacer. Cela serait très néfaste pour votre estime de vous-même car partir vous a permis d’être plus ouvert d’esprit et ceci est une chose très positive.

Rentrer à la maison peut être une expérience gratifiante si vous réussissez à faire partir tous ces sentiments négatifs qui essayent de s’emparer de vous. Vous voyez désormais le monde depuis deux perspectives différentes et vous êtes un-e expert-e pour surmonter les chocs culturels. Ne cherchez pas à les éviter, ils sont naturels. Vous devrez certainement aussi récupérer une certaine fluidité dans votre langue maternelle et cesser peu à peu de penser à celle que vous parliez dans l’autre pays.


Rentrer à la maison et sentir que vous n’êtes pas à votre place ne doit pas être quelque chose de négatif mais plutôt une nouvelle expérience qui vous apportera beaucoup de choses positives.


La majorité des personnes qui, comme vous, passent beaucoup de temps hors de leur pays d’origine doivent réapprendre à y vivre quand ils y retournent. C’est une chose tout à fait naturelle qui ne doit pas vous rendre triste, même si vous pouvez ressentir une grande nostalgie en pensant au pays dans lequel vous viviez.

Vous avez sûrement encore beaucoup d’ami-e-s à contacter et, si ce n’est pas le cas, vous pourrez toujours vous en faire des nouveaux/nouvelles. Agissez comme si vous arriviez à un nouvel endroit et profitez de cette nouvelle expérience. Vous verrez, cela vous apportera beaucoup.

Images de Brandon Kidwell