Questions indiscrètes sur la vie privée et le travail : où fixer la limite ?

Les questions indiscrètes vous font vous demander : jusqu'où cela peut-il aller ? Ces types de questions enfreignent les règles de base de la conversation et peuvent vous faire vous sentir mal. Vous ne voulez pas répondre, mais vous ne voulez pas blesser l'autre... Découvrez ici comment gérer ce type de situation.
Questions indiscrètes sur la vie privée et le travail : où fixer la limite ?

Dernière mise à jour : 27 août, 2021

Il y a des questions indiscrètes auxquelles nous ne savons pas comment répondre, et d’autres qui, selon nous, ne sont pas appropriées. Ce sont des questions liées à notre intimité, qui ne correspondent pas au degré de confiance que nous avons en l’autre.

Beaucoup d’entre elles peuvent même ressembler à des reproches. Ce que ces questions ont en commun, c’est qu’elles nous mettent mal à l’aise, et nous poussent souvent à adopter une attitude défensive.

Les questions indiscrètes n’ont pas vraiment d’intérêt pour l’autre. Ce sont des questions du type : combien facturez-vous par mois ? Allez-vous avoir plus d’enfants ? Vous ne voulez pas changer d’étage ? Parfois, ces questions prennent la forme de commentaires inutiles.

Devrions-nous les autoriser ? Si nous devons donner une réponse, comment pouvons-nous le faire intelligemment ?

Répondre aux questions indiscrètes.

Questions indiscrètes : quand on ne sait pas “à quoi sert” une question

En règle générale, nous préférons la connaissance à l’ignorance. Il est ainsi normal que les personnes veuillent en savoir plus sur les autres. En ce sens, l’intimité des autres peut susciter une grande curiosité. Comme pour les phénomènes naturels, nous aimons connaître l’origine de ce qui se passe et cette origine, chez les personnes, réside souvent dans leurs motivations.

Le sentiment désagréable apparaît lorsque l’autre essaie d’aller au-delà de ce que la relation permet. Les questions indiscrètes violent alors une série d’étapes, de protocoles et de prémisses nécessaires.

Il y a des questions qu’il vaut mieux ne pas poser à quelqu’un que nous venons de rencontrer ou en présence d’autres personnes. Une règle qui a à voir, avant tout, avec l’éducation.

L’exposition sur les réseaux sociaux ou le fait que presque tout le monde ait un profil public peut projeter le sentiment que ces règles qui prévalaient auparavant sont devenues en quelque sorte obsolètes. Cependant, les interactions en face à face n’ont pas évolué dans ce sens.

Les questions indiscrètes les plus fréquemment posées sont les suivantes : Combien d’argent gagnez-vous ? Quel âge avez-vous ? Vous vous mariez bientôt ? Et les enfants ?

Comment réagir face aux questions indiscrètes ?

Les questions indiscrètes génèrent des situations désagréables. Vous devez répondre à une question inattendue. Vous comprenez que l’autre n’a peut-être pas voulu vous donner ce sentiment, alors vous essayez de vous écarter du chemin en essayant de lui faire comprendre que vous ne souhaitez pas répondre, mais sans qu’il se sente offensé.

Les questions indiscrètes ne sont généralement pas posées pour nous provoquer. La façon dont nous répondons la première fois influera sur le fait qu’elle continue ou non à poser ce type de questions.

À ce stade, il est acceptable de dire à l’autre que nous ne voulons pas répondre. Peut-être qu’au début, notre réponse coupera le dialogue et soulèvera une sorte de barrière, mais cela n’a pas à affecter la relation à long terme.

Bonne humeur et affirmation de soi : la réponse la moins problématique

Imaginez que vous êtes en compagnie d’un inconnu. Vous parlez de vos derniers voyages et cette nouvelle connaissance vous demande sur quoi vous travaillez “pour gagner autant d’argent et voyager autant”. Vous ne voulez pas ignorer la question, mais vous ne voulez pas partager les informations demandées

Vous pouvez alors répondre par un simple : “Je travaille sur quelque chose de très intéressant et je le fais bien.” Ou vous pouvez être encore plus affirmée et dire “je fais un travail qui me plaît”.

Quel âge avez-vous ? Êtes-vous marié ? Combien gagnez-vous ? Ce ne sont certainement pas des questions que nous aimons, mais nous pouvons toujours répondre avec un  “eh bien, je ne me souviens pas bien” ou un sourire. C’est mieux qu’avec un “de quoi vous mêlez-vous ?”.

Questions indiscrètes entre amis.

Répondre de manière désagréable ne fera qu’augmenter la tension de tout l’environnement. Inversement, répondre de façon détournée avec humour et un sourire créera des limites à partir du respect et non de la confrontation. Après tout, nous ne sommes pas responsables du peu ou manque d’éducation des autres, mais nous pouvons nous assurer qu’ils ne gâchent pas notre journée.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le cerveau bilingue
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Le cerveau bilingue

Comment le cerveau d'une personne bilingue fonctionne-t-il ? Comment le fait d'apprendre una autre langue affecte le cerveau ?