Qu'est-ce que le syndrome de la mauvaise mère ?

Le syndrome de la mauvaise mère amène de nombreuses femmes à se sentir constamment dépassées et coupables de ne pas s'intégrer dans le moule que la société attend et qu'elles assument. Maintenant, quelles implications ce phénomène a-t-il ?
Qu'est-ce que le syndrome de la mauvaise mère ?

Dernière mise à jour : 03 novembre, 2021

Nous vous invitons à faire un petit test. Pensez, pour vous, qui est une bonne mère, quels attributs a-t-elle ? Vous avez probablement pensé à une femme gentille, compréhensive, accommodante et dévouée.

Vous n’avez peut-être pas ajouté d’autres éléments ; une femme heureuse, satisfaite et émotionnellement saine. Cependant, ce sont précisément ces derniers traits qui profitent le plus à la parentalité.

Si votre conception de la maternité se rapproche davantage de celle de la première option, vous souffrez ou venez probablement de souffrir du syndrome de la mauvaise mère. Ce terme ne renvoie pas à la performance de la femme en termes objectifs, mais à la manière dont elle se perçoit par rapport à l’exercice de son rôle.

Des millions de mères dans le monde se sentent constamment coupables, dépassées et stressées de ne pas entrer dans le moule que les autres attendent et qu’elles assument. Et cela finit par avoir un impact négatif sur votre santé et votre vie de famille. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce phénomène, nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Mère épuisée pensant au syndrome de la mauvaise mère

Qu’est-ce que le syndrome de la mauvaise mère ?

Le syndrome de la mauvaise mère reflète l’image négative que les femmes ont de leur rôle maternel et les émotions négatives qui en découlent. En définitive, il entre en jeu lorsque vous sentez que vous ne vous en sortez pas bien, que vous n’êtes pas à la hauteur et que vous n’êtes pas en mesure de respecter les normes imposées.

Il s’agit d’un phénomène relativement récent, car étroitement lié aux changements sociaux. Il y a seulement quelques décennies, le rôle des femmes était avant tout d’être mère, d’éduquer leurs enfants, de s’occuper d’eux et de s’occuper de la maison. Bref, se sacrifier en tant qu’individu au profit de la dynamique familiale.

Ces derniers temps, et après l’incorporation des femmes, cette conception a changé sur le marché du travail. Désormais, une femme doit réussir sa carrière, cultiver ses amitiés, rester en forme, se développer personnellement et prendre soin de sa relation. Et tout cela sans renoncer à ses anciens rôles de mère dévouée et de femme au foyer permanente.

Ce scénario est épuisant et impraticable. Malgré le fait que les hommes soient de plus en plus impliqués dans les tâches parentales et domestiques, une règle non écrite reste toujours en vigueur dans l’imaginaire collectif qui indique qu’il s’agit de tâches éminemment féminines et que les hommes peuvent se limiter à aider. Cela crée une surcharge physique et mentale que les mères ont évidemment beaucoup de mal à supporter.

Comment savoir si je souffre du syndrome de la mauvaise mère ?

Si vous n’avez jamais entendu parler de ce concept, il est probable que vous vous rendez compte que c’est précisément ce qui vous arrive. Voici quelques signes qui peuvent vous alerter que vous avez ce syndrome :

  • Vous vous inquiétez constamment de votre performance en tant que mère. Vous essayez de rester informé et vous vous efforcez de vous améliorer chaque jour et pourtant vous avez toujours l’impression que toutes les décisions que vous prenez sont mauvaises. Vous ne le faites jamais assez bien.
  • Vous vous sentez coupable de travailler et de laisser vos enfants à la garde d’autres personnes.
  • Lorsque vous consacrez du temps à vous-même, à vos amis ou à votre partenaire, vous ne pouvez pas vous amuser, car vous sentez que vous devriez être ailleurs : avec vos enfants.
  • Le temps que vous passez à la maison est passé à essayer de tout couvrir : vous nettoyez, cuisinez, organisez, vous occupez et assistez ; et il vous est très difficile de demander de l’aide.
  • La culpabilité vous amène parfois à aller à l’encontre de vos propres principes éducatifs. Pour dédommager vos enfants de vos absences, vous finissez par être plus permissif que vous ne le souhaiteriez ou essayez de couvrir leur « manque » avec des biens matériels.

Les clés pour l’éviter

Vous êtes-vous identifié aux points précédents ? Donc, pour votre bien et celui de votre famille, il est temps pour vous de vous arrêter et de faire quelques changements de concept. Pour arrêter de souffrir du syndrome de la mauvaise mère, il est important que vous vous concentriez sur les points suivants :

  • Gardez les pieds sur terre. Analysez et comprenez qu’il est matériellement impossible de tout couvrir et que vous ne devriez pas vous en culpabiliser. Essayez de réduire vos exigences envers vous- même.
  • Vous êtes plus qu’une mère. Il n’y a rien de mal à vouloir prospérer dans d’autres domaines de votre vie au-delà de la maternité ; Ce n’est pas égoïste mais naturel et nécessaire. En effet, vous devenez ainsi une femme plus heureuse, en meilleure santé et plus satisfaite, capable d’offrir à ses enfants le meilleur d’elle-même et de servir d’exemple sain.
  • Vous avez le droit de déléguer et de demander de l’aide, vous n’êtes pas obligé de pouvoir tout faire seul. Votre partenaire et vous devez collaborer dans l’éducation et à la maison de manière équitable, en répartissant également la charge mentale et pas seulement la charge physique. De plus, il est valable d’embaucher une baby-sitter, d’inscrire vos enfants à l’école maternelle ou de recevoir une aide aux tâches ménagères.
  • Concentrez-vous sur chaque instant. Lorsque vous êtes avec vos enfants, profitez-en ; Mais quand vous travaillez ou faites d’autres activités, profitez-en aussi, ne vous culpabilisez pas en pensant que vous devriez être ailleurs.
  • Soyez clair sur votre style éducatif et respectez-le. Ne laissez pas la culpabilité vous transformer en la mère que vous ne voulez pas être. N’ayez pas peur de mettre des limites à vos enfants, ne les abusez pas ou ne les surprotégez pas pour compenser. Cela ne leur fera aucun bien.
femme travaillant

Une maman heureuse

En fin de compte, se libérer du syndrome de la mauvaise mère prend du temps, car ces croyances sont bien ancrées dans la société.

Vous pouvez recevoir des critiques de votre environnement parce que vous êtes une mère qui travaille et que vous cultivez d’autres domaines de votre vie ; Et votre propre voix intérieure est susceptible de vous jouer des tours en essayant de vous remettre dans le même jeu.

Cependant, n’oubliez pas que vous vous débrouillez bien, que vous êtes humain et que vous avez des limites. Enfin, ce dont vos enfants ont besoin, c’est d’une mère heureuse.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’art de rendre la vie amère selon Paul Watzlawik
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’art de rendre la vie amère selon Paul Watzlawik

Comment faire en sorte de ne pas vivre une vie amère ? Nous vous donnons nos conseils selon Paul Watzlawik.



  • Miller, C. L., & Strachan, S. M. (2020). Understanding the role of mother guilt and self-compassion in health behaviors in mothers with young children. Women & health60(7), 763-775.
  • Soto, I. F., Amarís, M., & Puentes, R. C. (2000). El rol del padre en las familias con madres que trabajan fuera del hogar. Psicología desde el Caribe, (5), 157-175.