Qu'est-ce que la plupart des gens regrettent?

02 septembre, 2020
La plupart des gens ne regrettent pas leurs erreurs, mais ce qu'ils n'ont pas fait.

Plusieurs enquêtes ont été menées pour répondre à la question suivante : qu’est-ce que la plupart des gens regrettent ? L’une d’elles est très célèbre. Elle a été réalisée auprès de personnes proches de la mort. Soit en raison d’une maladie en phase terminale, soit en raison de leur âge avancé.

Bronnie Ware, une infirmière australienne experte en soins palliatifs auprès de patients en phase terminale, a décidé de poser directement la question à ces derniers. Elle savait que les gens sont beaucoup plus honnêtes et mûrs quand ils sentent que la vie touche à sa fin. Face à cette question, la réponse de la plupart des gens a presque toujours été la même. A savoir, ne pas avoir assez vécu.

Pour Ware, toutes ces réponses ont été une grande révélation. Elle a décidé d’écrire un livre dans lequel elle a compilé les propos de ses patients. Elle a constaté qu’il y avait 5 faits particuliers que les gens regrettaient. Depuis, sa vie a changé.

La plupart des gens regrettent…

Lorsque Bronnie Ware a questionné ses patients, presque toutes les réponses incluaient l’amorce “J’aurais aimé pouvoir faire…”. En d’autres termes, la plupart des gens regrettent ce qu’ils n’ont pas fait, plutôt que ce qu’ils ont fait.

personne âgée et tourterelle

Les 5 réponses les plus fréquentes montrent que les principaux regrets sont les suivants :

  • Ne pas avoir eu le courage de faire ce qu’on voulait vraiment, mais suivre ce que ses obligations nous imposaient
  • Avoir consacré tant de temps au travail : de nombreux patients de Ware ont déclaré que les années les plus précieuses de leur vie s’étaient déroulées entre les quatre murs d’un bureau
  • Ne pas avoir exprimé leurs sentiments, avoir gardé le silence alors qu’ils auraient du parler : cela inclut les sentiments positifs et négatifs
  • Ne pas avoir demandé à ses anciens amis de parler de leur vie : les amis d’enfance, ou les plus proches, sont souvent laissés de côté
  • N’avoir pas su se battre pour être plus heureux

Comme nous le voyons, la plupart des regrets concernent des choses qui n’ont pas été faites. Dans la liste précédente ne figure aucun regret pour ce qui a été mal fait, ni pour les erreurs commises, mais pour ce qui n’a pas été fait.

Le moi idéal et le devoir d’être

Des chercheurs de la Cornell University ont mené une étude plus structurée sur les sentiments de repentance des gens et leurs motivations. Comme dans le cas des entretiens informels de Bronnie Ware, la plupart des gens ont répondu qu’ils regrettaient de ne pas avoir fait quelque chose. Dans le cas présent, les chercheurs sont allés plus loin et ont analysé les raisons pour lesquelles il en a été ainsi.

la plupart des gens regrettent ce qu'ils n'ont pas fait

Selon Thomas Gilovich et Shai Davidai, qui ont dirigé la recherche, tout est lié au concept du “devoir d’être” et du “moi idéal”. Comme son nom l’indique, le devoir d’être est lié à ce que chaque personne pense être juste et moralement souhaitable. C’est la sphère du devoir éthique, selon les croyances et les valeurs de chaque personne.

D’autre part, le moi idéal correspond à ce que l’on veut être. Que cela coïncide ou non avec ce qui devrait être. Dans le moi idéal, il y a des rêves, des illusions et, bien sûr, des idéaux. C’est le modèle que l’on souhaiterait intimement suivre.

Les gens regrettent pour des raisons concrètes

En se basant sur les concepts du “devoir d’être” et du “moi idéal”, les chercheurs de Cornell ont réussi à tirer une conclusion intéressante. Lorsqu’on trahit le devoir d’être, on subit une sorte de “charge de conscience” immédiate. C’est pourquoi les gens cherchent à réparer ou à traiter cette repentance, par des mesures concrètes.

Imaginez par exemple que quelqu’un ne soit pas allé rendre visite à un oncle mourant alors qu’il savait qu’il avait besoin de son soutien. À sa mort, il éprouve un profond regret de ne pas avoir respecté ses obligations. Il examine alors les raisons pour lesquelles il ne l’a pas fait. Peut-être pleurera t-il à l’enterrement. Ou demandera t-il symboliquement pardon pour ce qu’il n’a pas fait.

Avec le “moi idéal”, cela ne se produit pas. Les gens ne font pas un rituel pour se pardonner de ne pas avoir été l’astronaute le plus célèbre ou de ne pas avoir décidé de partir sur un navire qui se dirigeait vers l’Antarctique. Cela reste dans votre conscience simplement sous la forme d’une illusion qui n’a pas pris forme. À la fin de votre vie, vous regrettez de ne pas l’avoir réalisée. Car une telle repentance est une façon de traiter ce qui ne l’a jamais été et qui ne sera jamais.