Que veut dire le sourire d’un bébé ?

· 12 avril 2018

La majorité des gestes ou des sons que produit un nouveau-né sont déjà attendrissants en eux-mêmes. Mais il y en a un en particulier qui se détache au niveau de la dimension de tendresse : le sourire d’un bébé. Les sensations produites par les éclats de rire d’un si petit être ont le pouvoir de réveiller notre côté le plus sentimental, en même temps qu’un puissant effet contagieux.

Mais que veut nous dire un bébé lorsqu’il sourit ? Curieusement, en fonction de l’âge qu’il a et de la situation au cours de laquelle se produit le sourire, il peut essayer de nous transmettre une chose ou une autre. Cela fonctionne un peu comme les pleurs. Les bébés l’emploient en tant que moyen de communiquer leurs intentions et leurs besoins, à défaut de pouvoir parler.

Certaines fois, Bébé pleure pour demander à manger. D’autres, parce qu’il a des gaz. Ou parce qu’il veut qu’on lui change sa couche, parce qu’il a de la fièvre, parce qu’il a sommeil… Tout comme il convient de connaître la cause de ses pleurs, il est bon de savoir ce que signifie le sourire d’un bébé.

Les premières semaines, le sourire est inné

Selon de nombreuses études, au cours des premières semaines de vie, le sourire est un acte reflet. Il surgit de manière innée, involontaire et automatique car c’est une chose pour laquelle les personnes sont génétiquement prédéterminées. Le muscle responsable de l’esquisse de ce geste est le risorius, qui n’est présent que chez les êtres humains.

Cela veut dire que le petit sourit sans qu’il y ait forcément quelque chose qui le fasse rire. Il lui suffit d’entendre un son agréable, de noter une petite chatouille ou de voir le visage de sa mère. Très souvent, un regard plein de tendresse est suffisante pour lui faire ébaucher un sourire.

Au fur et à mesure que le petit grandit, le sourire se transforme en une réponse à un stimulus concret. C’est-à-dire qu’il commence à avoir un élément déclencheur très spécifique et qu’il surgit comme une manière d’exprimer d’infinies nuances émotionnelles. Voyons maintenant à quoi obéit le sourire d’un bébé au fur et à mesure que les mois s’écoulent.

nouveau-né

À deux mois, le sourire d’un bébé exprime du bien-être

Deux ou trois mois après sa naissance, le sourire du bébé commence à être l’expression d’un bien-être. Il l’affiche quand il est satisfait et uniquement quand tous ses besoins élémentaires sont assouvis. Il s’agit d’un véritable signe d’harmonie et de bonheurPar conséquent, si votre petit sourit, vous pouvez être rassuré-e: tout semble aller à merveille.

Par ailleurs, il s’agit d’une réponse flexible car il peut le montrer lors de multiples circonstances. Par exemple, après lui avoir donné le sein, lorsqu’il note qu’il est rassasié. Ou après une douche chaude car il se sent propre et a une bonne odeur. En se réveillant le matin s’il s’est bien reposé la nuit ou lorsque ses parents le prennent dans leurs bras pour jouer avec lui.

À partir du quatrième mois, il s’agit d’un sourire conscient

Après 100 jours de vie et jusqu’au sixième mois environ, on voit apparaître le « sourire conscient », qui est déjà sélectif et anticipatif. En d’autres termes, il s’agit d’une réponse à un stimulus extérieur qui lui génère du plaisir ou de la reconnaissance. Cela signifie qu’il s’habitue petit à petit à une routine de soins quotidiens.

Ce sourire peut être causé par la voix de sa mère, une chanson ou un visage qui s’approche de lui et lui sourit. Il faut souligner qu’à cet âge, le bébé sait déjà faire la différence entre un visage familier et un autre qui lui est étranger. C’est pour cela qu’ils ne sont pas si amicaux avec les inconnus et qu’ils réservent leur sourire aux personnes familières.

Supposons que le bébé aime quelque chose et qu’il sourit. À ce moment, si l’adulte recommence ce qu’il faisait, il sourira à nouveau. Peu à peu, ce geste se transformera en une mélodie sonore et joyeuse. La première action qui cause normalement cet éclat de rire chez le bébé est le fameux jeu consistant à faire des « prouts » sur son corps. Ensuite, les gestes ou le jeu de « coucou! » au cours duquel l’adulte se cache derrière ses mains et les retire rapidement.

Tout comme ce geste agréable surgit de manière consciente, le contraire apparaît aussi à 4 mois. C’est le moment où le petit apprend aussi à s’exprimer à travers les pleurs pour manifester son mal-être.

À 6 mois, il a une variété de sourires

Une fois passés les six premiers mois, les bébés peuvent montrer différents types de sourire en fonction de ce qu’ils souhaitent exprimer: joie, amusement, approbation… Au fur et à mesure qu’il grandit, ses perceptions et sensations deviennent plus précises: la variété de sourires est donc une preuve supplémentaire de cette richesse émotionnelle qu’il est en train d’acquérir. Grâce à cette évolution, on voit apparaître les éclats de rire que nous aimons tellement et qui sont si contagieux.

Peu à peu, il apprend à faire rire les autres à travers ses vocalisations, ses balbutiements, ses gestes ou son langage corporel. En faisant cela, il renforce progressivement ses capacités sociales et commence à vouloir être le protagoniste ou à faire partie de tout type de jeux.

bébé qui sourit

De 9 mois à un an, le sourire est pleinement conscient

À 12 mois, le sourire d’un bébé s’enrichit à tel point qu’il l’utilise déjà de façon volontaire pour répondre à des stimuli prédéterminés. C’est un sourire complètement social car il s’en sert pour exprimer aux autres ce qui lui produit du bonheur, de l’amusement ou un état de surprise. Il sait également à quel moment il ne doit pas l’employer: quand il a peur, quand il est angoissé, quand il est en colère…

Il est important, quand le bébé sourit, que l’adulte lui réponde de façon agréable et amicale. À travers un autre sourire, une caresse, un câlin, une étreinte ou en jouant. C’est la meilleure manière de forger ce lien affectif et d’attachement et également un excellent moyen d’apprendre au petit que la figure qu’il a en face de lui est celle de quelqu’un de différent.