Quand le couple nous sépare de nos amis et proches

09 octobre, 2020
Souvent, lorsque notre partenaire de vie nous sépare de nos amis et de notre famille, ce n'est pas par amour. C'est par nécessité de posséder et de nous rendre dépendant, afin qu'il puisse nous retenir si cela s'avérait nécessaire.

Lorsque le couple nous sépare de nos amis et de notre famille, il nous érige une prison avec des barreaux invisibles et douloureux. Il s’agit souvent d’un isolement subtil mais progressif.

On peut se dire que c’est de l’amour, que rien n’est aussi romantique que de vivre exclusivement l’un pour l’autre… Mais petit à petit on découvre que cette prison nous dépouille de tout notre réseau de soutien.

Nous savons que le sujet n’est pas nouveau. Le contrôle des partenaires est peut-être un sujet très répétitif. Cependant, le problème est toujours là. Il est présent tous les jours sans distinction d’âge, de statut ou de culture. Il est récurrent et touche plus fréquemment la population plus jeune, nos adolescents.

Les modèles de violence entre partenaires intimes ne sont pas toujours aussi clairs que nous le pensons. La maltraitance ne se limite pas toujours à un simple coup, une insulte, une agression dont les dégâts peuvent clairement être identifiés.

Il existe des dynamiques silencieuses tout aussi inquiétantes qui sont souvent confondues avec de l’amour. Ce sont des tactiques subtiles qui se caractérisent par un contrôle excessif, en vue de savoir qui on voit, à qui on parle, pendant combien de temps, etc.

Aussi frappant que cela puisse paraître, les effets dévastateurs de ce contrôle ne rendent pas ce type de poison plus visible. De plus, il y a ceux qui le justifient, qui voient dans ce besoin de contrôle un signe d’amour, d’inquiétude et d’affection sincère.

Or, une chose est claire : ces réalités sont des pièges marqués par du machiavélisme et des abus psychologiques et qui font chaque jour des milliers de victimes.

Quand le couple nous sépare de nos amis, il nous emprisonne.

Quand le couple nous sépare de la famille et des amis, comment cela se passe-t-il ?

Lorsqu’une personne isole son partenaire de son environnement, elle le fait généralement progressivement. Elle y parvient grâce à un arsenal de techniques et d’outils qui passent inaperçus au début. Le partenaire fera d’autres interprétations. Et c’est le plus gros problème.

Examinons donc certaines de ces stratégies.

La manipulation émotionnelle

L’un des moyens les plus courants de façonner l’isolement est le chantage émotionnel. L’amour devient conditionnel et nécessite une série de tests qui doivent être satisfaits et démontrés.

Ce type de phrases sont récurrentes : “Il est clair que tu aimes passer plus de temps avec tes amis qu’avec moi.”, “Si tu m’aimes, tu devrais arrêter de voir tant de tes amis”, etc.

La culpabilité, l’outil du conjoint qui nous sépare de notre entourage

Le recours à la culpabilité est directement liée à la manipulation émotionnelle. Cependant, il convient de noter que ce type de technique est la “reine” du cadre psychologique de la maltraitance.

Le fardeau de l’être cher qui nous reproche de le négliger, de le rabaisser, de ne pas passer suffisamment de temps avec lui finit par générer un impact évident.

Peu à peu, une dissonance cognitive se crée et nous finissons par croire que ces idées sont vraies afin d’éviter les contradictions. Nous cédons et peu à peu nous voyons beaucoup moins nos proches afin de ne plus ressentir le poids de la culpabilité.

J’ai le droit de surveiller ta vie parce que tu m’appartiens et je t’appartiens

Lorsque le couple nous sépare de la famille et des amis,l’amour” nous enferme dans une cage. Cet amour est destructeur et invalidant.

Une chose est claire : ce que recherche celui qui contrôle et isole est de posséder son partenaire, de limiter sa réalité pour que son monde n’ait que quatre murs, ceux du foyer.

Cela signifie que les phrases typiques de “tu es à moi”, “nous sommes un”, “ton monde est à moi” ou “tu m’appartiens et je suis à toi” ne manquent pas.

Ces expressions peuvent susciter la passion et la fascination au début, mais c’est un mirage très dangereux dans lequel tous nos faits et gestes sont observés, (portable, réseaux sociaux, etc.)

L’épuisement mental et émotionnel

Au sein de l’Université de l’Alabama (États-Unis), le Dr Tyrone C. Chenga mené une étude sur l’impact de la violence et des abus psychologiques sur les personnes. Des facteurs tels que l’isolement, chose malheureusement courante dans les relations de ce type, laissent la victime dans une position très vulnérable.

Tout à coup, tout ce réseau de support qui était auparavant disponible est mis de côté. Lorsque le couple nous sépare de nos amis et de notre famille, nous perdons cette partie de notre identité qui est façonnée par les personnes que nous aimons.

Les sources de soutien, d’écoute, de loisirs, de compagnie, de contact émotionnel sont limitées… Tout cela est dévastateur et il n’est alors pas étonnant qu’un trouble anxieux ou une dépression fasse son apparition.

L'isolement du couple peut être néfaste.

La chose la plus frappante est l’épuisement de la victime. La victime est constamment en lutte et en contradiction. Elle doit faire en sorte de ne pas contredire ou nuire à son partenaire. Elle perd ainsi son identité, son estime de soi et même sa dignité. Ce sont des états de grande usure dont il faut beaucoup de temps pour récupérer.

De plus, dans le cas où la personne trouve de la force (et que son environnement prend la responsabilité d’agir en son nom) pour mettre fin à cette relation, le processus de récupération et de “reconstruction” émotionnelle et psychologique sera lent et délicat. Il faut un certain temps pour reconstruire chaque valeur perdue, chaque manipulation subie.

Pour conclure, lorsque le couple nous sépare de la famille et des amis, il faut agir. Il nous fera douter de nous-même, il nous fera peser le poids de la culpabilité, l’ombre de la peur et le sentiment constant que nous n’aimons pas assez notre partenaire.

Ne vous laissez pas berner, car l’amour authentique ne provoque pas cette douleur, ne crée pas de conditions : il nous laisse vivre librement pour grandir en tant que personne et nous laisse cultiver des liens avec les personnes que nous aimons.

  • Carton, H., & Egan, V. (2017). The dark triad and intimate partner violence. Personality and Individual Differences105, 84–88. https://doi.org/10.1016/j.paid.2016.09.040
  • Harway, M., Geffner, R., Ivey, D., Koss, M., Murphy, BC, Mio, JS, y O’Neil, JM (2002). Abuso de pareja íntima y violencia de pareja. Asociación Americana de Psicología , (División 45), 0.
  • Cheng, TC (2013). Violencia de pareja íntima y participación en el bienestar: un análisis causal longitudinal. Diario de Violencia Interpersonal , 28 (4), 808-830. https://doi.org/10.1177/0886260512455863