Quand la famille ne vient pas en aide dans les moments difficiles

C'est dans les moments difficiles que nous apprécions le plus le soutien sincère et chaleureux de nos proches. Cependant, il arrive parfois qu'au lieu de nous apporter son aide, la famille nous rabaisse encore plus par son attitude froide ou par ses critiques.
Quand la famille ne vient pas en aide dans les moments difficiles

Dernière mise à jour : 03 juin, 2021

Lorsque la famille ne nous vient pas en aide dans les moments difficiles, il n’y a qu’une seule chose à faire : accepter cette décision. Parfois même, certains membres de la famille ont tendance à intensifier la souffrance en portant des jugements et des critiques. Ils sapent ainsi davantage nos ressources psychologiques pour affronter les difficultés.

Léon Toltstoi dit au début d’Anna Karénine que “toutes les familles heureuses se ressemblent, mais que chaque famille malheureuse est malheureuse à sa manière”. Il n’y a aucun doute là-dessus.

Ce micro-univers qu’on appelle la famille, nous est donné par défaut. En effet, on ne choisit pas sa famille lorsque nous venons au monde. De plus, chaque famille a ses particularités propres. À tel point qu’il n’existe pas deux familles identiques. Parfois même, elles agissent contre nature.

Ainsi, loin de favoriser la sécurité et le bonheur de ses membres et de les nourrir de ses propres valeurs, la famille brise certains de nos potentiels et provoque même des blessures. Ces marques seront alors portées tout au long de nos vies.

Comme nous le savons très bien en tant qu’adultes, pour pouvoir mûrir et pour se réaliser en tant qu’individu, il faut couper le cordon ombilical de la cellule familiale. Et ce, afin d’exercer sa propre liberté et de créer une vie basée sur ses propres décisions.

Lorsque la famille nous vient en aide face à l’adversité, nous lui sommes toujours reconnaissants pour sa compréhension. Cependant, il y a des familles qui, au lieu de soutenir, rabaissent. Ces familles découragent, dévalorisent et se montrent froides sur le plan émotionnel.

“Celui qui est bon avec sa famille est aussi un bon citoyen.”

-Sophocle-

Un homme qui regarde l'horizon.

Quand la famille ne vient pas en aide : la négligence émotionnelle

On dit souvent que les gens sont otages de leur famille. Ce que nous vivons chaque jour avec les membres de nos familles fait partie de notre bagage émotionnel et psychologique. Et ce, pour le meilleur comme pour le pire.

De plus, le fait de ne pas avoir d’endroit à soi exacerbe cette influence. Dans tous les cas, nos pères, nos mères, nos frères ou nos oncles continuent toujours d’avoir un ascendant sur nous.

Il est donc courant que de certaines personnes suivent une thérapie psychologique parce qu’elles traînent des conflits non résolus avec leur famille. Nous faisons référence aux blessures vécues dans des familles dysfonctionnelles dans lesquelles les reproches, les abus, les critiques et les désaccords sont fréquents.

Salvador Minuchin, thérapeute structurel renommé, a déclaré que les principales responsabilités d’une famille sont d’inculquer la tolérance, l’engagement et le soutien. Lorsque ces valeurs font défaut, tout s’effondre ; lorsque la famille ne vient pas en aide et ne fait pas preuve d’empathie envers l’un de ses membres, ce micro-univers s’effondre.

Dans les moments difficiles, au delà de l’aide de la famille, nous avons besoin de nous sentir accompagnés

Lorsque nous sommes confrontés à une difficulté, nous n’avons pas nécessairement besoin que notre entourage qui résolve nos problèmes. De plus, les difficultés ne peuvent pas toujours se résoudre avec de l’argent ou des ressources matérielles. Ce qui est essentiel, c’est le fait d’être accompagné.

Une étude menée par le psychologue Thomas Wills à l’université de Manoa, à Hawaï, a démontré une chose intéressante. Le type de soutien qui procure le plus de réconfort psychologique aux personnes en difficulté est celui qu’on ne voit pas. En d’autres termes, l’amour de nos proches. En effet, il est réconfortant de sentir que l’on est apprécié, et compris.

C’est donc l’attachement sincère de nos proches qui apporte le plus de bien-être. Par conséquent, lorsque la famille ne nous vient pas en aide ou, pire, lorsqu’elle nous tourne le dos et nous laisse dans un vide affectif, la douleur ne peut être que très intense.

Une mère et sa fille.

Les familles qui pensent aider mais qui font le contraire

Il y a un autre type de situation tout aussi néfaste. Tout comme il y a des familles qui peuvent laisser leurs proches dans un certain abandon en les privant de soutien et de présence, il y a celles qui aident mal. Ces familles déploient alors toute une série d’actions et de mécanismes qui tendent à accentuer encore plus la souffrance.

Il faut savoir que le fait d’apporter de l’aide est en réalité un art. Cependant, tout le monde ne sait pas le pratiquer. Il vaut alors mieux ne rien faire que de le faire mal. Faire preuve de discernement c’est savoir ce qu’il faut faire. Mais aussi, ce qu’il faut dire et ce qu’il ne faut pas dire.

Cela requiert des compétences que tout le monde ne possède pas. Ainsi, au sein de la famille, on peut vite se retrouver dans des situations où l’on finit par être davantage écrasé par un parent, par un frère ou par une sœur qui pense pourtant faire de son mieux.

Alors, en cas de besoin, vers qui se tourner pour obtenir de l’aide ?

Dans notre culture, la famille reste une institution. Il s’agit d’une icône presque sacrée qui transcende toute chose. Pourtant, c’est dans ce cadre souvent galvaudé que naissent la plupart des conflits, des désaccords, des déceptions et aussi des traumatismes. Comme l’a dit à juste titre Tolstoï, le monde est divisé en familles heureuses et malheureuses.

Alors, que faire quand l’adversité se présente à nous ? Que faire si la famille ne nous vient pas en aide ?

D’une certaine manière, l’expérience nous apprend déjà qui nous aide et qui ne le fait pas. Chacun d’entre nous a son propre parcours et il faut faire preuve d’intelligence lorsqu’on demande du soutien. Parfois, on peut trouver ce précieux soutien auprès de personnes avec qui nous ne sommes pas nécessairement liés par le sang.

Il est enfin important de se rappeler une chose. Il vaut toujours mieux se passer de soutien que d’en avoir d’une personne clairement instable psychologiquement. Dans les moments de besoin et de difficulté, il est bon de maintenir une lucidité suffisante pour savoir sur quelle épaule il est préférable de se reposer. Réfléchissez-y.

Cela pourrait vous intéresser ...
“Tu peux compter sur moi” : ces personnes qui nous aident à sortir du trou
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
“Tu peux compter sur moi” : ces personnes qui nous aident à sortir du trou

"Tu peux compter sur moi", cinq mots qui nous donnent de la force lorsque nous avons perdu patience. Nous abordons ici l'importance du soutien.



  • Shrier, D. K. (2003). The Resilient Self: How Survivors of Troubled Families Rise Above Adversity. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry36(2), 298. https://doi.org/10.1097/00004583-199702000-00025
  • Willis, T. A. (1985). Supportive functions of interpersonal relationships. In S. Cohen & S. L. Syme (Eds.), Social Support and Health (pp. 61–82). Orlando: Academic Press.