Psychologie de la couleur : sens et spécificités

20 août 2017 dans Psychologie 302 Partagés

Parler de psychologie de la couleur, c’est parler des émotions. C’est un langage capable d’évoquer des sensations de plaisir, de bien-être, d’inquiétude ou de vitalité. C’est un univers qui va au-delà du monde du marketing et qui nourrit souvent ses racines d’expériences personnelles, de l’enfance et d’un symbolisme psychologique que la science a toujours essayé de percer à jour.

Claude Monet avait pour habitude de dire que le monde de la couleur était son obsession quotidienne, sa joie et aussi son tourment. S’il n’est pas simple pour un artiste de réussir à capter la subtilité de chaque ton et de chaque association, il est encore plus difficile de pouvoir définir de quelle manière chaque tonalité a un impact sur l’être humain et son comportement.

“Qu’est-ce que l’être face à la couleur du monde ? La couleur du monde est plus grande que le sentiment de l’homme.”

-Juan Ramón Jimenez-

À tel point que beaucoup de gens la voient comme une pseudo-science, ce qui a une part de vérité. Mais il est clair que la couleur a un lien avec nos préférences personnelles, avec nos expériences, notre éducation et même nos différences culturelles. Cependant, et c’est là le plus intéressant, nous disposons d’une grande quantité d’études qui nous expliquent comment les personnes réagissent face à certaines couleurs ou lesquelles sont les plus appréciées en général. 

Ainsi, l’un des livres les plus intéressants sur le sujet est “Psychologie de la couleur : effets et symboliques” de la psychologue, sociologue et professeure de la théorie de la communication Eva Heller. Ce travail intéressant est le résultat d’années de recherches, d’enquête et d’observations dont les conclusions passionnantes coïncident avec les investigations qui ont été réalisées avant et après.

Pour commencer, nous pouvons vous donner une donnée : la couleur la plus appréciée en général est le bleu.

Psychologie de la couleur : quelle est sa finalité ?

La couleur stimule notre cerveau de nombreuses formes différentes. À tel point que dans le passé, les Égyptien-ne-s et les Chinois-es se sont servi-e-s des effet de la couleur dans l’idée de guérir, de favoriser certains états de conscience et pour généré un état émotionnel déterminé. L’art ancien prenait aussi bien soin du choix des couleurs. Le rouge était, pour les Égyptien-ne-s, le reflet de la vie, de la terre, de la victoire mais également de la colère ou la furie des dieux hostiles comme Seth ou Apophis.

La couleur, dans son essence, est beaucoup plus qu’un phénomène optique. Toutes ont leur sens propre, toutes créent un impact déterminé sur notre cerveau, et c’est pour cela que la psychologie de la couleur est aujourd’hui un outil de base et essentiel pour le neuromarketing. Comprendre de quelle manière le consommateur réagit face à certaines stimulations chromatiques peut faire que l’indice d’achats augmente, et même si l’effet n’est pas fiable à 100%, on observe des modèles de réaction similaires qui viennent démontrer qu’effectivement, la psychologie des couleurs a son utilité.

De même, il ne faut pas oublier l’effet que la couleur a dans le monde de l’art et du cinéma. David Lynch, par exemple, est l’un des réalisateurs les plus obsédés par le fait d’échapper au monde de la logique pour se plonger dans le kaléidoscope subtile des émotions, d’où le fait que dans ses productions, il utilise toujours des contrastes entre le blanc et le noir. Selon lui, ils symbolisent la fuite du monde réel vers l’onirique.

“La couleur est donc un moyen d’exercer une influence directe sur l’âme. La couleur est la touche. L’oeil est le marteau. L’âme est le piano aux cordes nombreuses.

-Wassily Kandiski-

Van Gogh choisissait également délibérément des tons pour manifester ses états émotionnels, laissant toujours les tonalités les plus vives comme le jaune ou le bleu donner forme à ses champs et à ses nuits étoilées.

Sens et spécificités de chaque couleur

Pour se plonger dans l’univers psychologique de chaque couleur, on suivra les études que la docteure Eva Heller a menées dans son livre, ainsi que les travaux actuels de la psychologue et professeure de Stanford Jennifer Aaker, qui a récemment élaboré une analyse intéressante des couleurs appliquées au monde du neuromarketing.

Le bleu

  • C’est la couleur bleue la plus utilisée dans les entreprises, car elle est productive et non invasive.
  • C’est une couleur qui suggère sensation de sécurité et de confiance dans un cadre donné.
  • Il a été démontré que le bleu supprime l’appétit, et on l’évite donc quand on fait la publicité des aliments.
  • C’est la couleur de l’harmonie, du bonheur et de la sympathie.
  • C’est la couleur la plus froide mais même ainsi elle véhicule aussi le concept de spiritualité et le fantasme.
  • Il existe 111 tons de bleu.
  • C’est une couleur primaire et pour les peintres, la tonalité la plus appréciée de bleu était le “bleu outremer”. C’était la plus chère mais qui donnaient aux tableaux une vivacité exceptionnelle.

Le rouge

  • Le rouge est aussi l’une des couleurs les plus utilisées dans le marketing : il se distingue des autres couleurs, il a plus de prégnance et permet d’attirer l’attention.
  • Il augmente le rythme cardiaque et crée un besoin d’urgence, de danger et d’immédiateté.
  • Il représente l’amour mais également la haine.
  • C’est la couleur des rois, de la joie et du danger.
  • Il représente le sang et la vie.
  • C’est une couleur dynamique et séductrice capable de réveiller notre côté le plus agressif.

Le jaune

  • Dans le marketing, il représente l’optimisme et la jeunesse.
  • Il montre de la clarté et est utilisé pour attirer l’attention vers certains produits dans les vitrines.
  • Il ne faut pas abuser de cette couleur dans les magasins car elle fatigue rapidement la vue. Ainsi, elle est plus utilisée sur les étagères périphériques que sur les étagères centrales.
  • Certaines études démontrent que les tons jaunes intense entraînent les pleurs des bébés.
  • Pour les expert-e-s en psychologie de la couleur, le jaune est une couleur contradictoire : il représente en même temps le bon et le mauvais, l’optimisme et la jalousie, la compréhension et la tradition.
  • Il illumine et favorise la créativité.
  • C’est une couleur masculine et en Chine, il représente les institutions impériales.

Le vert

  • Le vert est la couleur de la croissance, du renouvellement et de la renaissance.
  • Il est associé à la santé, à la nature, à la fraîcheur et à la paix.
  • Il favorise la résolution de problèmes, ainsi que la liberté, la guérison et la tranquillité.
  • Le vert opaque représente l’argent, l’économie et la bourgeoisie.
  • Il existe plus de 100 tons de vert, les intermédiaires étant les plus favorisants pour le moral.
  • Il représente également l’amour naissant.
  • C’est une couleur qui sert à se détendre, et de fait, elle est très utile pour les personnes qui traversent une dépression.

Le noir

  • La couleur noire est associée à l’élégance, au secret, au mystère et également au pouvoir.
  • Le noir génère des émotions fortes, c’est une couleur autoritaire.
  • Dans le monde de la mode, on considère qu’il stylise et apporte de la sophistication.
  • Il existe 50 tons de noir.
  • Il symbolise également la fin de quelque chose, la mort et la perte.
  • Dans le passé, il a représenté les curés, aujourd’hui il représente les conservateurs.
  • Dans le monde de la physique, le noir est la couleur qui a la propriété d’absorber 100% de la lumière incidente et ne se voit donc nulle part dans le spectre, ce qui lui a valu d’être vu comme une couleur liée au danger, au mal et bien pire encore.

“Il y a des choses dans la couleur qui surgissent en moi quand je peins. Des choses grandes et intenses.”

-Van Gogh-

La blanc

  • La couleur blanche symbolise l’innocence et la pureté.
  • Il représente le début, la volonté de commencer quelque chose de nouveau.
  • Il apporte de l’amplitude et de l’honnêteté à un espace, ainsi qu’une sensation de paix, de guérison et de tranquillité.
  • Il est associé à la perfection.
  • Il y a 67 tons de blanc.
  • Le col blanc sur les vêtements symbolise le statut élevé.

Le violet

  • Dans le marketing, on utilise souvent le violet pour les produits de beauté ou anti-âge.
  • Il apporte le calme.
  • Il est souvent utilisé pour représenter la créativité, l’imagination et la sagesse.
  • Il est associé au féminin, à la magie et à la spiritualité.
  • Il existe 41 tons de violet.
  • Utilisé de manière intense, il génère de l’ambivalence : il n’est pas recommandé de peindre des pièces, des chambres ou des magasins avec cette couleur.
  • Le violet symbolise le pouvoir mais également l’ambigu.

Le orange

  • Dans le marketing, il est associé à l’enthousiasme dans les achats. Il reflète l’émotion et la chaleur.
  • Cependant, si on utilise un ton de orange intense, il peut être associé à l’agression. Il faut donc faire attention à ce que le ton soit doux, amical et confortable.
  • C’est l’un des préférés dans le monde de la publicité car il incite à l’achat.
  • Il est associé à la transformation et au Bouddhisme.
  • Le orange favorise non seulement les émotions positives mais également les sensations de “goût”.

Le rose

  • Il symbolise l’enchantement et la politesse.
  • Dans le marketing, il est lié au monde de l’enfance ou romantisme.
  • C’est la couleur de la tendresse érotique.
  • Il symbolise le tendre, l’enfant ou le petit.
  • C’était la couleur préférée de Madame de Pompadour.

Pour conclure, il est fort possible que vous ne vous soyez pas identifiée-e à ces descriptions. Comme nous l’avons signalé au début de l’article, l’impact de chaque couleur répond parfois à une partie de nos expériences personnelles. Cependant, d’un point de vue commercial et artistique, ces fondements sont toujours utiles et efficaces.

De même, nous savons que dans cette liste, il manque d’autres couleurs, comme le marron, l’or, l’argent ou le gris. Nous nous sommes limité-e-s à décrire celles qui ont le plus d’impact sur nous, celles que le monde de l’art et le neuromarketing utilisent fréquemment et qui, sans nous en rendre compte, décorent notre vie en nous influençant secrètement.

Lisez aussi : 5 comportements qui révèlent le manque d’intelligence émotionnelle

Références bibliographiques

  • Heller, Eva (2009) Psychologie de la couleur : effets et symboliques”.
  • Birren Faver (2000) “Color psychology and color therapy”. Express NY
  • Wong, Wucius (1987), Principles of color design.

Images de Sakimichan et Marina Melvik

A découvrir aussi