La prudence est l’intelligence des personnes courageuses

· 9 septembre 2017
Le/La courageux-se connaît ses peurs, quand le/la téméraire les sous-estime, voire ne les calcule pas du tout. Voilà pourquoi le/la courageux-se perd rarement, alors que le/la téméraire est souvent victime de sa mauvaise perception des risques.

Nous aimons tou-te-s, d’une manière ou d’une autre, parler de nous-mêmes ou des autres. Mais parfois, nous allons trop loin et nous médisons trop, ce qui peut se retourner contre nous. Au lieu d’améliorer notre capacité à nous socialiser, ces comportements finissent par nous éloigner des autres, physiquement et psychologiquement.


Lorsqu’une personne est imprudente, les autres cessent d’avoir confiance en elle. Si elle n’est pas respectueuse et qu’elle critique des personnes devant les autres, iels vont rapidement se demander si elle ne fait pas la même chose derrière leur dos.

De plus, l’imprudent-e accapare souvent l’attention du groupe tout entier, à cause d’un certain besoin d’être au centre des choses. Derrière ce comportement se cache un besoin irrépressible d’être approuvé-e par les autres, ce qui peut entraîner des dérapages de la part de l’imprudent-e. Alors qu’iel voulait gagner la confiance et le respect des autres, il finit rapidement par perdre les deux.

Quelles sont les caractéristiques des personnes prudentes ?

Les personnes prudentes sont plus respectueuses avec les autres. Elles ne dévoilent pas leurs secrets, elles ne les critiquent pas et ne les met pas mal à l’aise. Généralement, les personnes prudentes sont très appréciées des autres et parviennent à tisser des liens amicaux extrêmement étroits avec les personnes de leur entourage, car ces dernières savent qu’elles peuvent leur faire une confiance absolue.

femme dans un champ

Les personnes qui se montrent prudentes n’ont pas peur des silences. Elles n’ont pas besoin de meubler toutes les conversations avec un monologue superflu pour que les autres s’intéressent à elles. Ce sont généralement des personnes qui savent écouter et qui respectent les temps de parole des autres. Ce sont des qualités importantes pour que les autres puissent apprécier passer du temps avec nous.


Il faut aussi comprendre qu’une personne prudente est une personne qui réfléchit. Elle sait lorsqu’elle doit dire des choses, dans quel contexte et à quel moment. Elle pense aux conséquences que ses propos peuvent avoir.

Parfois, nous sortons des sentiers battus et rien ne se passe. L’erreur est humaine et il est très important d’apprendre de nos échecs, afin d’éviter de les répéter. Même si les souvenirs que nous en avons sont très douloureux, bien plus que ce que nous pouvons dire aux autres, nous ne pouvons éviter de chuter à nouveau si nous ne sommes pas capables d’accepter nos erreurs.

Les personnes qui estiment que la prudence est une valeur fondamentale sont souvent des personnes empathiques. Elles donnent de l’espace aux autres, ce qui leur permet d’établir également des liens bien plus intimes avec les autres. De plus, une personne prudente dispose de qualités directement associées à la prudence, comme le respect et la loyauté.

Comment pouvons-nous être des personnes plus prudentes ?

Comme nous l’avons déjà vu, être prudent est un comportement qui peut nous apporter de nombreux avantages, comme celui de renforcer nos liens sociaux avec les autres. Cela nous permet de montrer aux autres que nous sommes des personnes éduquées, respectueuses et fiables.

La prudence est une capacité qui peut se développer, mais il faut être constant-e et suivre quelques étapes simples pour y parvenir, selon la psychologue Patricia Ramirez. Avec quelques semaines de pratique, nous pouvons rapidement devenir des personnes plus agréables pour les autres.

Demandez-vous si c’est lieu et le moment pour raconter ce que vous voulez raconter

Nous racontons parfois nos secrets les plus intimes à des personnes et dans des contextes qui ne sont pas appropriés. Nous devons nous demander, dans un premier temps, si nos interlocuteur-trice-s sont fiables et s’iels sont les bonnes personnes pour recevoir nos confessions. Si la situation ne paraît pas appropriée, ne se prête pas aux confidences, mieux vaut garder pour nous ce que nous désirons partager.

Demandez-vous si vous trahissez quelqu’un

Si vous êtes sur le point de raconter quelque chose d’intime à quelqu’un, un secret qui vous a été confié par exemple, réfléchissez deux fois avant de le révéler. Si vous allez trahir quelqu’un, vous passerez durant de longues années pour une personne qui ne sait pas garder les secrets, comme quelqu’un de déloyal.

les personnes prudentes ne critiquent pas

Posez-vous la question du degré d’intimité de ce que vous allez raconter

Pensez-vous réellement que nous voulons savoir tous les secrets des autres ? Cela paraît peu probable. Certains sujets ne peuvent pas être abordés avec tout le monde, peu importe le degré de proximité. Nous devons réfléchir aux personnes auxquelles nous pouvons parler ouvertement, et à celles avec lesquelles nous ne pouvons pas.

Demandez-vous si vous avez le droit de raconter ce que vous voulez raconter

Si vous n’avez pas la permission de révéler quelque chose, ne le faites pas. Vous n’êtes pas le/la propriétaire de l’intimité des autres, laissez donc le/la principal-e protagoniste d’une histoire la raconter s’iel le souhaite, mais ne décidez pas à sa place.

Mettez en pratique l’écoute active

Il ne s’agit pas seulement de parler. L’écoute est également extrêmement importante et nous aimons tou-te-s être écouté-e-s par les autres. Ne parlez pas pour parler, n’interrompez pas les autres. Écoutez, puis posez les questions qui vous paraissent pertinentes. N’ayez pas peur du silence, c’est généralement une bonne opportunité pour que les autres se révèlent davantage.

Ne donnez pas votre opinion ou des conseils si on ne vous le demande pas

C’est une erreur trop fréquente. Mieux vaut demander à l’autre personne si elle désire un conseil, avant de donner un avis tranché sur une question précise. Ce qui est utile pour nous ne l’est pas forcément pour les autres. Votre interlocuteur-trice est certainement suffisamment sage pour savoir ce qu’iel doit faire.

les personnes prudentes ne critiquent pas

Ne critiquez pas si vous n’avez rien de constructif à apporter

Si la critique ne profite à personne, pourquoi l’émettre ? Nous avons toute-s quelque chose à dire sur les autres, qu’il s’agisse de critiques gratuites ou de ragots. Mais cela ne sert absolument à rien. Nous devons nous mettre à la place des autres et essayer de les aider en leur donnant des conseils pertinents, pas en les jugeant.

Ne rendez pas des services que vous reprocherez après

Les services que nous rendons doivent être sincères, nous devons vouloir véritablement aider les autres, de manière désintéressée. Nous ne devons pas attendre quelque chose en échange, ni présumer que les autres nous sont redevables.

Qu’attendez-vous pour devenir plus prudent ? Le respect, l’éducation, la loyauté et la confiance sont des valeurs dont nous devons prendre soin, que nous devrions tou-te-s mettre en place. Même si cela peut paraître être une proposition égoïste, cultiver notre prudence peut nous apporter de grands bénéfices et améliorer nos relations avec les autres.