Pourquoi soupirons-nous ?

On dit souvent que les soupirs rafraîchissent nos souvenirs les plus profonds. Cependant, quelle fonction physiologique ont-ils ?
Pourquoi soupirons-nous ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 22 octobre, 2022

Pourquoi soupirons-nous ? Cet acte a parfois quelque chose de romantique, comme si dans cette expiration nous laissions tomber notre tristesse, le regret de nostalgie ou le désir de tomber amoureux. Le soupir est pour beaucoup un autre langage de l’amour et est même souvent défini poétiquement comme la plainte de l’âme. Cependant… y a-t-il une part de vérité dans tout cela ?

En fait, très peu. Malgré cela, il y a un aspect sur lequel nous devons être très clairs : le soupir est un processus physiologique décisif. Cela est décisif pour la santé pulmonaire, mais aussi pour l’aspect émotionnel. Qui plus est, le cerveau en a besoin au point que de nombreux neurologues définissent ce mécanisme comme le bouton « mental reset ».

Découvrons cela plus en détails …

“Nos pleurs sont une si petite chose, nos

soupirs sont une si petite chose… Cependant, vous et nous mourrions pour de si petites choses.”

-Emily Dickinson-

Fille aux yeux fermés devant le soleil se demandant pourquoi soupirons-nous ?

Les soupirs, une réflexion vitale

Soupirer pour vivre. Cela ressemble à une phrase tirée d’une publicité, mais ce n’est pas le cas. Aujourd’hui, on comprend beaucoup mieux ce mécanisme, au point que dans un article publié dans la revue Nature, il est défini comme un réflexe vital. Il a été découvert que nous avons deux petits groupes de cellules nerveuses dans le tronc cérébral qui orchestrent ce processus.

  • Cet ensemble de cellules a pour tâche principale de s’occuper automatiquement de la respiration, du sommeil et du rythme cardiaque. Maintenant, nous savons qu’il active également le mécanisme du soupir.
  • Et dans quel but ? Si on se demande pourquoi on soupire, la réponse est simple : pour éviter que les alvéoles ne dysfonctionnent. Il y a des moments où ces petites poches qui constituent les poumons et contrôlent l’échange entre l’oxygène et le dioxyde de carbone se coincent.
  • Ce que fait le soupir, c’est gonfler les alvéoles déficientes avec plus d’air que la normale pour réactiver leur fonctionnement.
  • Si nous ne le faisions pas, nous commencerions à souffrir d’insuffisance pulmonaire.
  • L’auteur de cette recherche, le Dr Jack Feldman, professeur de neurobiologie à la faculté de médecine de l’Université de Los Angeles, nous dit quelque chose d’intéressant. Le cerveau active différents types de respiration grâce aux neuropeptides, qui interviennent dans la respiration normale, le bâillement, la toux, le rire, les pleurs…

Les soupirs sont également régulés par un peu plus de 200 neurones. Un tout petit groupe de cellules nerveuses capables de remplir une mission vitale pour notre survie.

Garçon sur le terrain pensant pourquoi nous soupirons

Nous soupirons davantage lorsque nous sommes stressé

Les soupirs nous semblaient jusqu’à il n’y a pas si longtemps être de simples respirations longues et profondes associées à la tristesse, à l’inconfort émotionnel. Et bien on sait maintenant que son rôle est de remplir d’air les alvéoles. Cependant… est-ce sa seule fonction ? La vérité est qu’ils accomplissent plus de tâches pour nous.

  • Les soupirs augmentent en fréquence lorsque nous souffrons de stress et même de certaines affections psychiatriques : trouble bipolaire, schizophrénie, psychose… Tout état dans lequel notre état émotionnel est d’une grande intensité, des soupirs apparaîtront. Ils le font pour relâcher la tension, pour laisser aller l’anxiété à laquelle l’esprit et le corps sont soumis.
  • En revanche, des études comme celles menées à l’Université de Louvain, en Belgique, nous indiquent autre chose. À la question de savoir pourquoi nous soupirons, nous devons ajouter une autre réponse : rétablir l’équilibre dans le cerveau. C’est comme réinitialiser l’esprit, comme apporter de l’oxygène à l’intérieur pour éliminer la négativité.

Cela explique pourquoi nous ne pouvons pas nous empêcher de pousser de longs soupirs lorsque nous sommes saisis par la frustration, la déception, la tristesse, le désir et même l’ennui. Un soupir n’étire pas seulement les alvéoles des poumons en les remplissant d’air. Ce faisant, une sensation de soulagement mental est également générée, nous nous oxygénons, nous nous calmons et notre corps tout entier retrouve sa précieuse homéostasie.

On a donc affaire à un mécanisme que le cerveau active automatiquement sans qu’on s’en rende compte. Cependant, nous avons aussi la capacité de les exécuter, de bénéficier de cet apport d’air supplémentaire qui nous renouvelle et nous réactive à l’intérieur. En fait, quelque chose d’aussi simple que de pratiquer une respiration profonde combinée à de longues expirations crée le même effet calmant et relaxant.

Rappelez-vous : vous devez soupirer plus pour mieux vivre.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce qu’un soupir ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Qu’est-ce qu’un soupir ?

Nous envisageons souvent le soupir de manière poétique. Cependant, ce merveilleux phénomène est bien plus que de la poésie.



  • Li, P., Janczewski, W., Yackle, K. et al. The peptidergic control circuit for sighing. Nature 530, 293–297 (2016). https://doi.org/10.1038/nature16964
  • Vlemincx E, Van Diest I, Lehrer PM, Aubert AE, & Van den Bergh O (2010). Respiratory variability preceding and following sighs: a resetter hypothesis. Biological psychology, 84 (1), 82-7 PMID: 19744538
  • Li, P., Janczewski, W. A., Yackle, K., Kam, K., Pagliardini, S., Krasnow, M. A., & Feldman, J. L. (2016). The peptidergic control circuit for sighing. Nature530(7590), 293-297.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.