Que peuvent faire les parents des enfants atteints de troubles de l’attention ?

30 juin 2017 dans Psychologie 0 Partagés

De nos jours, on parle continuellement du TDAH. De nombreux enfants sont diagnostiqués et traités pour ce trouble, mais le débat continue : est-ce qu’il existe vraiment ? D’un autre côté, combien d’enfants n’ont pas été diagnostiqués comme tels alors qu’ils en souffrent ?

Le fait est que le bilan et le diagnostic doivent être faits par des professionnel-le-s dûment qualifié-e-s, qui sachent interpréter le cas et les critères diagnostiqués.

Une fois qu’on a effectué le diagnostic de TDAH, la question est : que pouvons-nous faire si ce sont nous les parents ? Au départ, c’est une situation nouvelle qui peut nous mettre très mal à l’aise. Généralement, nous ne savons pas très bien comment agir dans ces cas-là… Lisez ce qui suit et voyez ce que l’on fait essayer de faire !

“En matière d’éducation, il n’y a pas de distinction de classes.”

-Confucius-

Que doit on faire en premier lieu si notre enfant souffre de TDAH ?

Il faut tout d’abord nous informer. Après une évaluation psychologique adéquate et un diagnostic précis, nous devons savoir ce qu’a notre enfant. Comment ? En posant toutes les questions possibles aussi bien aux psychologues qu’aux médecins qui vont participer dans le traitement de l’enfant.

Mais en plus de cela, nous pouvons aussi lire sur le sujet. Il est surtout important de chercher des sources d’information fiables. Nous devons faire attention à ce que nous pouvons lire, car le contenu spéculatif peut parfois être traité comme quelque chose de certain.

Nous parviendrons ainsi à mieux comprendre ce qu’a notre enfant. En plus, nous le comprendrons mieux et nous nous ferons une idée plus juste des difficultés particulières qu’il peut rencontrer. Nous nous donnerons ainsi plus de courage pour entamer le chemin qui nous reste à parcourir.

Dites-vous qu‘il est recommandé de disposer de toute l’information possible, de façon à ce que nous mettions en marche les modèles adéquats pour aider l’enfant.

“Dis-moi et j’oublie, apprends-moi et je me souviens, implique-moi et j’apprends.”

-Benjamin Franklin-

Établissez des modèles familiaux !

Quand l’enfant est petit, il est bon de faire en sorte qu’il évolue dans des environnements ordonnés. Cela veut dire une chambre rangée, mais également une routine ou gérer la façon dont il accède à l’information.

En faisant attention à l’ordre, nous faciliterons le fait qu’il acquière des habitudes routinières par rapport au sommeil, à l’hygiène et à l’alimentation. Il est bon aussi qu’il participe à des jeux qui stimulent son attention, comme les puzzles.

À part l’acquisition d’habitudes quotidiennes, il est extrêmement bon d’enseigner à nos enfants de respecter des normes. Aussi bien les enfants que les adolescent-e-s atteint-e-s de TDAH doivent savoir ce que l’on attend d’elleux. De ce fait, les parents doivent se mettre d’accord par rapport aux règles à suivre à la maison et expliquer aux enfants les conséquences s’ils ne les respectent pas.

Il est très important que les parents apprennent à donner des ordres, à faire des demandes ou à récompenser dans un environnement de confiance. Pour cela, nous devons appeler l’enfant par son nom quand il est près de nous et le regarder dans les yeux. Ainsi, nous nous assurons de son attention et il intégrera beaucoup mieux les messages.

Il faut faire toutes nos demandes sur un ton doux, avec des instructions claires et précises, qui établissent clairement ce qui est important et ce qui est secondaire. Il est aussi conseillé de lui demander les choses une par une.

Si nous lui demandons plusieurs choses en même temps, en plus de se contredire, nous allons embrouiller notre enfant. Il faut éviter d’élever le ton de la voix et de le sermonner, mais aussi le contact physique. Pour finir, nous demanderons à l’enfant de reproduire à nouveau ce que nous lui avons demandé – si possible avec d’autres mots – pour être sûr-e-s qu’il nous a compris-es. Cette manière d’échanger peut paraître forcée, mais à force de pratique, elle deviendra pour nous tout à fait naturelle.

Comment encourager des attitudes positives et faire diminuer les négatives ?

Une fois que nous avons établi les normes à la maison et que nous nous sommes entendu-e-s entre parents sur ce que l’on doit faire ou non, comment réussir à ce que les enfants atteints de TDAH respectent cela ? Pour que les petits changent leur attitude, nous devons mettre l’accent sur ce qu’ils font bien et faire disparaître ce qu’ils font mal.

“Il faut éviter deux excès dans l’éducation de la jeunesse : trop de sévérité et trop de douceur.”

-Platon-

Pour encourager les comportements positifs, nous devons trouver des récompenses qui soient significatives pour les petit-e-s. Elles peuvent être quelque chose de tangible, mais gardez en mémoire que l’approbation sociale est une motivation très utile. En effet, si nous félicitons notre enfant chaque fois qu’il fait quelque chose de positif, nous allons favoriser le fait qu’il le fasse de plus en plus.

De façon complémentaire, nous pourrons utiliser un système de récompense matérielle. Les enfants recevront alors des bons points toutes les fois où ils auront bien agi. Postérieurement, que ce soit à la fin de la journée ou de la semaine, ils peuvent échanger les points contre un autre type de récompense. Il est important, si on utilise cette technique, que les normes et les récompenses soient bien établies au préalable.

Mis à part mettre l’accent sur le positif, nous devons faire disparaître les comportements négatifs. Comment ? En ne prêtant pas attention aux attitudes qui nous dérangent. Pour les faire diminuer, nous pouvons utiliser aussi la punition, que ce soit en donnant à l’enfant une chose qu’il n’aime pas (comme une réprimande), ou bien en lui enlevant quelque chose en retour (en lui faisant perdre quelque chose qu’il avait gagné préalablement) ou bien en privant l’enfant d’une situation qui lui plaît, comme regarder la télé, par exemple.

Il est très important que la punition soit proportionnelle à ce qu’a fait l’enfant. C’est ainsi qu’il comprendra pourquoi on l’a puni et ce que l’on attend de lui. La punition doit s’appliquer immédiatement et ne doit pas être accompagnée de contact physique ou de dispute. Il faut mettre en place ces modèles dans la continuité, car si on les applique un jour et pas le suivant, ils ne seront pas aussi efficaces et ils n’amélioreront pas le comportement de notre enfant.

A découvrir aussi