Peter C. Gøtzsche et sa critique des produits psychopharmaceutiques

20 novembre 2019
Peter Gøtzsche a mené des enquêtes approfondies qui l'ont amené à dénoncer les pratiques contraires à l'éthique et risquées dans la production de médicaments. Ses travaux ont suscité une grande controverse, mais ils n'ont pas été scientifiquement réfutés.

Peter C. Gøtzsche est un expert en traitements pharmacologiques qui a développé d’importantes recherches dans ce domaine. Son approche du sujet a suscité de sérieuses controverses dans le monde de la médecine et de la psychiatrie. Son environnement, et une bonne partie de la communauté scientifique, se divisent entre ceux qui l’adorent et ceux qui veulent le proscrire.

La chose la plus pertinente au sujet du travail de Gøtzsche est qu’étant un médecin et un scientifique prestigieux, il s’est fortement opposé à l’industrie pharmaceutique. Il ne se base pas sur ses opinions, mais sur des études à long terme qui soutiennent toutes ses affirmations. Le fait qu’un médecin bien informé l’ait fait est un revers majeur pour les fabricants de médicaments.

Peter C. Gøtzsche est devenu célèbre dans les années 1990 lorsque, avec certains de ses collègues, il a fondé le Centre Nordique de Collaboration Cochrane, à Copenhague. Cette organisation est l’une des pierres angulaires dans le domaine de la médecine factuelle. Gøtzsche a été membre de son conseil d’administration jusqu’en 2017. A cette date, ses collègues l’ont expulsé à cause des polémiques exacerbées que ses œuvres ont déclenché.

Peter Gøtzsche et une œuvre controversée

Depuis de nombreuses années, Peter Gøtzsche examine l’efficacité réelle de divers médicaments et procédures médicales. Ses recherches ont permis de recueillir des milliers et des milliers de données. En particulier, deux études ont ébranlé la communauté scientifique : l’une sur la mammographie et l’autre sur les antidépresseurs.

Dans le cas de la mammographie, Gøtzsche a montré qu’elle était fondamentalement inutile. Son travail consistait à évaluer en profondeur huit des études qui appuyaient cette intervention comme mesure de prévention du cancer du sein. Il a examiné des données couvrant une période de 12 ans. Il en est donc venu à la conclusion qu’en bref, les mammographies étaient inutiles. Beaucoup de ses collègues ont réagi avec colère à cette recherche.

D’autre part, Gøtzsche a étudié le sujet des antidépresseurs en profondeur. Après une recherche approfondie, il a déclaré que ce type de médicament causait beaucoup plus de tort que de bien. Il a sévèrement critiqué la façon dont ils ont fini par être massivement prescrits dans le monde. Il a également dit qu’en général, les médicaments psychiatriques finissent par exacerber les symptômes qu’ils sont censés combattre. En outre, il a également dénoncé le fait que plusieurs des psychiatres qui rédigent le DMS sont simultanément employés par des sociétés pharmaceutiques.

Une femme qui prend des médicaments

La grande dénonciation de Gøtzsche

Les conclusions des 40 méta-analyses réalisées par Gøtzsche sur les médicaments ont été reprises dans le livre Médicaments qui tuent et crime organisé. Seul le titre donne une idée des critiques sévères qu’il contient. Fondamentalement, l’industrie pharmaceutique est cataloguée comme une mafia qui s’est emparée de la médecine et qui n’a d’autre objectif que le profit à grand échelle.

Dans cet ouvrage, il déclare qu’« aux Etats-Unis et en Europe, les médicaments sont la troisième cause de décès après les maladies cardiaques et le cancer ». Il donne également une description détaillée de la manière dont il est parvenu à cette conclusion, sur la base d’une méthode scientifique rigoureusement appliquée.

Il a découvert, entre autres choses, que la plupart des études qui servent à appuyer les nouveaux médicaments comportent de graves lacunes. Malgré cela, ils sont toujours sur le marché. La plupart des gens ne connaissent pas et n’ont pas les moyens de connaître les effets néfastes qu’ils causent. C’est pourquoi il parle de « crime organisé » dans ces pratiques.

Peter Gøtzsche faisant un discours

Des perspectives inquiétantes

Ce que Peter Gøtzsche prouve enfin, c’est qu’autour des médicaments, il y a des intérêts économiques gigantesques, qui empêchent même de les poursuivre en justice. Il mentionne, en détail, le cas d’une grande société pharmaceutique américaine. Des enquêtes indépendantes ont révélé de gros mensonges sur les produits qu’elle met sur le marché.

Cependant, les procureurs chargés de l’affaire ont conclu que l’effondrement de l’entreprise entraînerait des effets indésirables et ils ont donc décidé de clore l’affaire. Ils n’ont demandé que le retrait de certains produits du marché et la question a donc été réglée. Cette plainte pour corruption a suscité de vives critiques de la part de Gøtzsche. Il est l’un des professeurs les plus prestigieux de l’Université de Copenhague. Pourtant, on a tenté de faire de lui un indésirable.

Ce que Peter Gøtzsche demande enfin, c’est la rédaction de lois beaucoup plus strictes concernant les essais cliniques des médicaments. Les pratiques commerciales des industries pharmaceutiques doivent également faire l’objet d’une réglementation plus stricte. Qu’il ait raison ou non dans ses dénonciations, cette demande est suffisamment raisonnable pour être prise au sérieux par les sociétés et les gouvernements.

 

  • Gøtzsche, P. (2014). Medicamentos que matan y crimen organizado. Lince, ed. Madrid.