Les personnes qui parlent beaucoup pour prouver leur sagesse démontrent en fait leur ignorance

20 février 2017 dans Emotions 0 Partagés

Celleux qui parlent beaucoup pour essayer de prouver leur sagesse ou la vérité universelle ne font que démontrer leur ignorance. Car celui/celle qui gagne les disputes ou a le dernier mot dans une discussion n’est pas intelligent-e. Une personne intelligente, c’est celle qui ne les provoque pas et qui sait mettre de la distance lorsqu’elle prend conscience qu’il y a des batailles qui n’en valent pas la peine.

Il est donc clair que l’art de se disputer a un rapport avec la personnalité de chacun-e. De plus, la manière dont nous menons à bien ce processus est aussi lié à l’éducation reçue et aux dynamiques familiales dans lesquelles nous grandissons. Dans ces micro-univers aussi variés que complexes, nous finissons souvent par croire que celui/celle qui crie le plus fort est celui/celle qui a raison.

« Gardez votre calme dans les disputes car la passion peut transformer l’erreur en manque et la vérité en impolitesse. »

-Herbert Spencer-

Les personnes qui se disputent souhaitent rarement exprimer leur avis ; elles cherchent à désarmer, elles écoutent pour répondre et non pas pour écouter, et amplifient ainsi les malentendus jusqu’à créer une atmosphère de négativité marquée et de tensions. Si enfant, nous avons vu nos parents livrer des batailles basées uniquement sur l’échange de rancœurs, nous comprendrons pourquoi ce type de dynamiques se cristallisent de génération en génération.

Personne ne nous initie à l’art des bonnes discussions. C’est certain. Il n’est pas simple de gérer ces situations si la personne que nous avons face à nous est notre conjoint ou un proche. Car plus nous sommes proche de la personne, plus les effets collatéraux sont grands et les reproches envoyés, blessants.

Nous vous proposons ici de réfléchir à cette question.

gif-rumeurs

La théorie du 5% dans les disputes de couple

Nous savons tou-te-s que les disputes les plus complexes sont celles qui sont menées dans les couples. Il s’agit d’un décor désincarné, amer et intense, où les émotions sont à fleur de peau. Le mépris, l’aveuglement dû à l’envie d’imposer son point de vue et le besoin, un peu désespéré, d’être compris-e font que nos arguments ne sont pas toujours aussi clairs ou constructifs que nous aimerions.

Dans une thérapie de couple, il existe une théorie qui n’échoue jamais concernant les disputes. C’est la règle du 5%. À l’intérieur de ce marasme de tensions et de différences, il existe toujours un petit recoin où l’on peut se retrouver. Trouver ce 5% où les deux personnes tombent d’accord ne signifie pas qu’il faut à tout prix abandonner notre position qui se situe dans les 95%.

C’est « une île refuge », là où le couple peut s’asseoir pour arriver à des accords. Nous ne pouvons pas oublier que l’objectif final dans nos disputes de couple n’est pas de gagner mais de construire. Et nous ne parviendrons à cela que grâce à une bonne intelligence émotionnelle, du respect et le principe de réciprocité.

« Je suis conscient-e que nos difficultés économiques nous inquiètent tou-te-s les deux, mais je pense que tu devrais partager tes pensées avec moi et ne pas te fermer ainsi. Ton isolement me rend de mauvaise humeur et je sais aussi que je te rejette la faute. Nous alimentons tou-te-s les deux un cercle vicieux qui doit se terminer. »

coeur-de-pierre-discussion-entre-conjoints

Les personnes qui se disputent pour avoir raison perdent tout

Vous avez sûrement déjà secoué une bouteillé de soda. Quand vous enlevez le bouchon, le liquide saute et éclabousse tout le monde. C’est la même chose qui arrive dans ces disputes enflammées où en à peine cinq minutes, nous perdons tous nos moyens. Nous laisser emporter par un moment de colère peut déboucher sur toute une vie de regrets.

Les émotions sont comme les sodas. Si nous les retenons, que nous les avalons, en baissant la tête, il arrivera un jour où tout simplement, nous exploserons au pire moment. Réagir de manière inattendue et spontanée amène des effets collatéraux. Se taire et tout supporter n’est pas non plus une bonne chose.

Nous vous proposons de réfléchir aux stratégies que vous pouvez mettre en place pour gérer un peu mieux les disputes.

parler

L’art de se disputer avec sérénité et intelligence

On peut essayer de garder notre calme et de se convaincre que cela n’en vaut pas la peine. Mais, nous avons tou-te-s un bouton d’alarme qui gère notre système limbique. Il s’agit d’une structure cérébrale qui régit notre essence la plus instinctive et nous susurre la chose suivante : « Réagis, tu es face à une menace ».

  • La clé pour se disputer avec intelligence consiste à ne pas permettre aux autres de nous pousser dans nos retranchements. Nous devons éviter ce moment où notre volonté se retrouve aux mains du système limbique. Car c’est là que la colère, le mépris et le manque de contrôle font leur entrée.
  • Ne laissez pas les disputes s’échauffer. Allongez les temps de réponse, visualisez une salle de lumière blanche et sereine où entrer de temps en temps pour prendre de la distance, pour continuer à voir les choses avec clairvoyance.
  • Au moment où les arguments valides n’existent plus et où il n’y a qu’offense, il faut tout arrêter. À ce stade, la dispute n’a plus aucun sens et se transforme une bataille rangée.
  • Qui se dispute avec aplomb, acuité et constructivité cache en réalité tout un apprentissage préalable. C’est quelqu’un qui gère ses émotions et qui, par-dessus tout, a une bonne connaissance et confiance en soi.

Nous savons que dans notre langage, le mot « se disputer » a une connotation négative. Pourtant, il y a des disputes qui en valent la peine si elles sont menées dans le respect et l’attention à l’autre, et qu’elles parviennent à déboucher sur des accords. Et cela n’est possible que si les deux parties investissent dans un trait essentiel : la volonté de bien faire.

A découvrir aussi