Quand mon perfectionnisme me rend malheureux

· 10 décembre 2015

« Souvent les personnes perfectionnistes et efficaces

oublient l’importance de l’efficacité »

(Ismael Diaz Lazaro)


 

Vous avez probablement déjà fréquenté des personnes perfectionnistes. Le comportement qu’elles ont vous semble curieux et, parfois, amusant.

Les perfectionnistes ont besoin d’atteindre la perfection dans tout ce qu’ils font.

Au petit-déjeuner, il ne faut pas que la tasse soit ne serait-ce qu’un peu décalée vers la droite. Ils ont besoin qu’elle soit au centre, parfaitement positionnée. Un esprit perfectionniste peut atteindre de tels extrêmes.

Pourquoi suis-je perfectionniste ?

De nombreux facteurs peuvent vous mener à développer une personnalité perfectionniste.

D’ailleurs, le perfectionniste est reconnu comme étant un syndrome portant le nom de « Syndrome Perfectionniste », ou « Trouble Obsessionnel de la Personnalité ».

Certains experts considèrent que le perfectionnisme peut être dû à une prédisposition génétique.

Au contraire, pour d’autres experts, la cause la plus probable du perfectionnisme correspond à divers facteurs environnementaux :

  • Votre estime de vous-même dépend de la quantité de compliments que vous font les autres.
  • Vous avez été humilié pendant votre enfance et aujourd’hui, vous voulez être accepté socialement.
  • Vos parents ont été très autoritaires.
  • Vous avez grandi entouré de personnes qui réussissent, mais vous n’avez pas pu connaître le même succès qu’elles.
  • Vous ne tolérez que très peu l’échec. 
  • Vous êtes conscient du fait que la société est hautement compétitive.
shutterstock_96798010

Depuis notre naissance, on est exposé à des stimulations continues qui vont nous marquer pour le reste de notre vie.

Si vous avez vécu une des situations précédemment évoquées, alors cela a forcément eu ses conséquences.

La société dans laquelle nous vivons a ses normes, ses lois, ses modes, sa façon de voir la vie, et nous pousse à être meilleur que les autres.

Le fait d’être quelqu’un qui échoue n’est pas bien vu. La société considère que le véritable bonheur réside dans le succès.

Mais, peut-on vraiment vivre sous une telle pression ? C’est alors que le perfectionnisme commence à être un problème.

 


« Atteindre le succès, c’est apprendre à aller d’échec en échec sans perdre espoir »

(Winston Churchill)


La perfection ne me rend pas meilleur

Le fait d’être bon en tout, de faire les choses bien et de pas sortir du chemin, ne vous rend pas meilleur. Pensez, par exemple, que plus vous vous efforcez d’être une personne parfaite, moins vous l’êtes.

Les gens ne sont pas parfaits, et on doit voir nos imperfections comme quelque chose qui nous rend unique.

Il n’y a qu’en embrassant l’imperfection que l’on pourra atteindre le bonheur parfait. Ce n’est pas en se forçant à être quelqu’un que l’on n’est pas que l’on réussira à être heureux. Un tel comportement ne fera que nous frustrer et nous stresser.

A quoi peut donc bien ressembler le quotidien d’une personne perfectionniste ? Tout d’abord, une personne perfectionniste a constamment une faible estime d’elle-même, si bien que même les compliments que peuvent lui faire les autres ne lui permettent pas pour autant de se sentir bien dans sa peau.

La culpabilité, le pessimisme et l’obsession sont trois mots qui la définissent parfaitement. En effet, elle n’obtiendra jamais ce qu’elles veut, puisque la perfection absolue ne peut être atteinte.

Par conséquent, elle tombe souvent malgré elle en dépression, et les déceptions et autres frustrations se succèdent.

shutterstock_180921701

 


La personne perfectionniste devient donc très peu flexible et tout aussi peu spontanée.
Elle n’est plus naturelle, et devient quelqu’un de rigide, sans aucun charme.


 

Au même titre que bien d’autres syndromes, le perfectionnisme peut être surmonté. Pour cela, la personne doit être consciente qu’une telle attitude ne l’aidera pas à atteindre le bonheur.

Dès lors qu’elle a conscience que cette quête effrénée de la perfection n’est autre que le fruit de la pression à laquelle elle est soumise, elle sera alors prête à faire le pas vers l’acceptation.

Nous devons tous apprendre à être meilleur, mais sans pour autant chercher à atteindre cette terrible perfection.

On doit embrasser l’imperfection et donner tout ce que l’on a pour faire les choses du mieux que l’on peut, mais sans s’obstiner à atteindre quelque chose qui en réalité n’est pas à notre portée.