Ce que tu penses de moi, ce ne sont que des pensées

28 janvier 2016 dans Psychologie 9 Partagés

Pour être une personne forte au niveau émotionnel, il faut intégrer dans son esprit que les choses vont nous affecter dans la mesure où nous les autorisons à nous affecter.

C’est-à-dire que ni les personnes, ni les faits, n’ont la capacité de nous faire du mal car il n’existe aucun lien direct entre les événements externes et nos émotions.

Si je suis bien ou mal psychiquement parlant, c’est toujours grâce ou à cause de ce que je pense à ce moment-là.

De la même façon, quand quelqu’un me critique, me juge ou pense des choses négatives à mon sujet, il ne fait qu’exercer son droit de penser, d’évaluer ou d’apprécier, mais cela ne veut pas dire que ça me définit.

« Celui qui s’énerve à cause des critiques reconnaît qu’il les a méritées »

-Tácito-

Niña-feliz-y-niña-enfadada

Les gens ne vous offensent pas, c’est vous qui vous offensez

Ce que pensent les autres leur revient et ne prend de l’importance que si vous y croyez ou que vous le laisser vous affecter ou vous blesser.

Ainsi, c’est vous, à travers votre dialogue interne sur la vérité, qui provoquez cette souffrance. Ce ne sont pas les autres qui vous blessent, mais vous, et vous choisissez l’opinion des autres pour vous faire du mal.

Ce principe est important pour réussir à encaisser les critiques calmement, car il nous donne la clé pour sortir de la prison de la souffrance ou du mal-être.

On ne peut contrôler ni changer ce qui se passe à l’extérieur, mais on peut toujours changer notre manière d’interpréter les choses. Si j’ai le pouvoir et que je deviens maître de mes émotions, je les contrôle et non l’inverse.

Il est injuste de se faire critiquer pour quelque chose que vous n’êtes pas ou que vous n’avez pas fait ! Je vous souhaite la bienvenue dans le monde et dans la vie, tous deux injustes par définition, mais qui apportent d’autres choses magnifiques.

Que dois-je faire pour bien encaisser les critiques ?

Le plus important, c’est de vous connaître, de vous aimer et de vous accepter inconditionnellement.

Si vous savez qui vous êtes, les gens auront beau vous critiquer, il est impossible que cela vous importe ne serait-ce qu’un petit peu, car cela ne vous fera pas douter de vous.

  • Vous devez accepter le fait que l’autre a le droit d’avoir une opinion, de penser, de critiquer, de juger et d’évaluer ce qu’il veut. Même si cela vous énerve ou vous dérange, vous ne pourrez pas le changer. Ce que les autres pensent de vous, ce n’est pas votre problème.

De plus, vous n’avez pas le contrôle pour influencer l’autre ou lui faire changer sa façon de penser. Il est donc inutile d’avoir une réaction négative et disproportionnée qui entraînera davantage de critiques.

Chica-joven-escuchando-por-telefono

  • Il faut être ouvert et écouter tout le monde. Les critiques peuvent parfois nous êtres bénéfiques et nous aider à grandir.
  • En répondant à la critique, soyez serein, tant au niveau verbal que non verbal.
    Il ne sert à rien de répondre avec sarcasme, en prenant des airs de supériorité, car cela montrera que la critique vous a affecté et sous-entend que « ce que tu penses de moi m’importe plus que ce que moi, je pense de moi. »

Regardez l’autre dans les yeux, sans le défier, gardez une posture détendue et sûre de vous et dites-lui qu’il a le droit de penser cela de vous, bien que vous ne soyez pas d’accord avec lui.

La clé est de ne pas entamer de discussion, mais d’accepter sans partager, ce qui est très différent.
Partager

On ne nous a pas appris à être rationnels, ni à nous accepter inconditionnellement sans faire attention à ce que pensent les autres.

Dans tous les cas, nous pouvons réussir à encaisser les critiques de manière plus sereine si nous pratiquons avec acharnement ce qui est dit dans cet article, jusqu’au jour où nous serons capables de se dire à soi-même la vérité : ce que pensent les autres ne sont que des pensées.

A découvrir aussi