Paul Pugh, un cas de rire pathologique

3 février 2018 dans Psychologie 25 Partagés
rire pathologique

Paul Pugh est un Gallois qui a un jour été brutalement attaqué par des étrangers. L’un d’eux l’a fortement frappé à la tête. Au fil du temps, Paul a développé un symptôme inconfortable : le rire pathologique. Le rire pathologique est un dysfonctionnement cérébral. Il s’exprime sous la forme d’un rire irrépressible, qui n’est pas lié à la situation dans laquelle il se produit. Cela semble, à première vue, une pathologie hilarante. Cependant, il s’agit une maladie fort dramatique.

Cette condition est connue sous plusieurs noms. Le plus technique est celle “d’épilepsie gélastique”. Elle est également appelé “sourire démoniaque”, ou “rire d’énurésie” ou “incontinence du rire”. Le cas de Paul Pugh a popularisé appellation de rire pathologique.

paul pugh

Le cas de Paul Pugh

L’un des cas les plus connus est celui de Paul Pugh. Sa tragédie a commencé une nuit de 2007. Il faisait la fête avec des amis. Il rentrait chez lui lorsqu’il rencontra quatre hommes qui, inexplicablement, commencèrent à le battre.

Les coups étaient si forts qu’ils lui fracturèrent le crâne. Paul, qui avait alors 27 ans, tomba dans le coma. Il y resta pendant deux mois. Il dut réapprendre à réaliser les tâches les plus simples à accomplir. Marcher, manger, parler. Il semblait guéri de ses traumatismes lorsque quelque chose d’inattendu se produisit.

Lors d’une réunion avec ses médecins, ces derniers commencèrent à lui parler des séquelles qu’avait laissé le passage à tabac. Paul en fut terriblement impressionné. Il éprouva un important besoin de pleurer et, dans son esprit et dans son cœur, il commença à le faire. Cependant, d’un point de vue externe, il ne parvenait qu’à rire. Il eut un rire pathologique. Son intérieur pleurait, mais son extérieur riait .

Au début, il ne connut qu’un grand rejet social. Avec le temps, les médecins comprirent ce qui lui arrivait. Ils l’appelèrent “affection pseudobulbaire” (APB). Une partie de son cerveau s’était déconnectée. Lorsque cela se produit, une personne peut avoir des crises de rire pathologique. Cela peut également se manifester par des pleurs. Au fil des années, Paul a réussi à contrôler neuf crises de rire pathologique sur dix.

rire pathologique

Le rire pathologique et ses causes

Les personnes qui souffrent de ce problème souffrent énormément. Leur vie devient une angoisse permanente. En raison de leur comportement “inapproprié”, elles ont tendance à s’isoler. Elles décrivent combien il est terrible de ressentir intensément une émotion et d’en exprimer une autre émotion qui n’a rien à voir avec elle.

Des rires pathologiques ou des pleurs pathologiques apparaissent pour diverses raisons. Le plus commun est qu’ils surviennent après un traumatisme, comme dans le cas de Paul. Cependant, ils peuvent également être causés par différentes conditions neurologiques anormales.

Nous savons que des personnes ayant des problèmes de sclérose en plaques ont également présenté ce type de symptômes. Des cas de rire pathologique ont également été rapportés chez des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Toute condition qui affecte directement le cerveau peut entraîner ce symptôme gênant.

Les tumeurs cérébrales peuvent également générer ce problème. Apparemment, ce qui intervient ici est une déconnexion entre le cerveau, le cervelet et le bulbe rachidien. Nous savons également que l’hypothalamus a des conséquence sur cette pathologie.

paul pugh

D’autres types de rire pathologique

La psychiatrie enregistre également des cas de rire pathologique qui obéissent à des causes différentes. Ils l’appellent génériquement “incontinence émotionnelle”. Cela est dû à des conditions mentales dans lesquelles les émotions se manifestent de manière exagérée. La personne n’est pas capable de réprimer le rire, les pleurs ou d’autres émotions. Cela est également associé à des cas de démence provoqués par des problèmes vasculaires.

Il existe certains types de schizophrénie qui entraînent ces épisodes de rire pathologique. Il est également commun ce rire pathologique se présente en raison de l’utilisation de drogues psychoactives. Il est de notoriété publique que l’usage de la marijuana provoque des crises de rires incontrôlables chez de nombreuses personnes. De même, certaines maladies du spectre autistique entraînent des symptômes similaires .

Le plus triste dans tout cela est que ceux qui souffrent de ce problème présentent généralement d’autres effets secondaires. Selon les recherches menées par l’Institut de psychologie à l’Université de Fribourg (Allemagne), plus de la moitié de ces patients souffrent d’autres problèmes. En général, le QI diminue et différents problèmes cognitifs apparaissent.

Les traitements pour ce problème sont très limités. Fondamentalement, il n’existe pas de remède. Cependant, des personnes telles que Paul Pugh ont donné le bon exemple. Il a réussi à détecter le moment juste avant une crise de rire pathologique. Dans ce cas, il cherche à immédiatement se rappeler de scènes agaçantes. Cela l’empêche de rire. Néanmoins, sa vie reste très limitée eu égard à ce problème.


A découvrir aussi