Neurobiologie de l'impulsivité : l'origine de la perte de contrôle

Avez-vous déjà parlé ou réagi sans réfléchir, blessant quelqu'un ? Peu d'événements peuvent déclencher des conséquences aussi négatives que la perte de contrôle de notre comportement. Que se passe-t-il dans le cerveau dans ces situations ?
Neurobiologie de l'impulsivité : l'origine de la perte de contrôle
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 13 octobre, 2022

N’avez-vous pas l’impression que parfois c’est comme si deux personnes vivaient en nous ? Il y en a un qui est judicieux, réfléchi et calme. L’autre agit par impulsion et automatiquement, sans que nous ayons la possibilité d’exercer un contrôle sur lui. L’impulsivité est cet ennemi inconfortable qui nous entraîne vers des comportements non régulés que nous regrettons plus tard.

Parfois, nous nous retrouvons à faire une descente dans le réfrigérateur la nuit, poussés par une anxiété rampante qui nous fait manger n’importe quoi. À d’autres moments, l’esprit impulsif est celui qui prend des décisions hâtives pour nous, nous faisant faire des erreurs monumentales. Nous aimerions toujours avoir cette approche de réflexion et de méditation qui réfléchit avant d’agir.

Cependant, personne n’est exempt d’être dominé à un moment donné par cet autre soi qui réagit spontanément sans tenir compte des conséquences de ses actes. Pourquoi cela arrive-t-il ? Que se passe-t-il, par exemple, dans le cerveau de cet enfant très impulsif que nous avons tant de mal à éduquer et à lui inculquer une attitude plus réfléchie et détendue ? Nous l’analysons ci-dessous.

Les comportements impulsifs sont assez fréquents chez les enfants et les adolescents. Cependant, cela peut parfois devenir un problème lorsque des comportements problématiques et contre-productifs apparaissent déjà pour eux-mêmes et pour les autres.

Cerveau d'enfant éclairé symbolisant la neurobiologie de l'impulsivité
Le cortex cérébral préfrontal (PFC) atteint son développement à 24 ans, lorsque le contrôle des impulsions est complet.

Neurobiologie de l’impulsivité

Nous pouvons définir l’impulsivité comme cet ensemble de réactions inattendues, excessives et irraisonnées que les gens effectuent dans n’importe quelle situation. Ce que nous vivons est un comportement presque automatique face à un désir ou à un besoin. On se laisse emporter par une émotion latente sans tenir compte des conséquences desdits actes.

C’est vrai que nous nous sommes tous, à un moment donné, vus dans ce genre de situation. Surtout dans nos premières années. Et qu’il en soit ainsi n’est pas accidentel. Les comportements impulsifs sont fréquents chez les enfants et les adolescents car leur cortex préfrontal ne finit de mûrir qu’à l’âge de 24 ans. Cette région du cerveau est responsable de l’exercice des fonctions exécutives et du comportement régulé.

De même, il convient également de noter que l’impulsivité est présente dans de nombreux troubles psychologiques. Les dépendances, l’anxiété, la dépression, le trouble bipolaire, le trouble obsessionnel-compulsif, ainsi que le trouble du contrôle des impulsions ou le trouble antisocial ont cette même caractéristique. Bien qu’il soit clair que tous les comportements impulsifs ne révèlent pas un problème mental, la question est… que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque nous agissons de cette manière ? Nous plongeons dans la neurobiologie de l’impulsivité.

Nous sommes impulsifs pour différentes raisons

L’impulsivité apparaît dans notre dossier comportemental pour différentes raisons. Connaître ces déclencheurs est essentiel pour appliquer différentes techniques d’intervention. Jetons un coup d’œil à ces types :

  • La personnalité impulsive. Souvent, l’éducation reçue ou le contexte dans lequel nous avons été élevés et éduqués favorise cette approche intolérante de la frustration et qui répond automatiquement.
  • L’impulsivité de réponse est une autre typologie et aurait une origine biologique. Dans ce cas, nous voyons des individus incapables de moduler leurs réponses, d’appliquer le contrôle de soi et d’inclure une approche plus rationnelle.
  • L’impulsivité de choix, d’autre part, définit les comportements dans lesquels une personne est incapable de retarder les renforcements et les gratifications. Ce sont des personnes qui recherchent un plaisir immédiat et qui tombent dans des conduites addictives.

Systèmes dopaminergiques et sérotoninergiques altérés

Des travaux de recherche, comme ceux menés à l’université de Yale, se sont penchés sur la neurobiologie de l’impulsivité. On sait désormais, par exemple, que l’un de ses déclencheurs réside dans la dérégulation des systèmes dopaminergique (DA) et sérotoninergique (5HT).

Cette altération de la libération de dopamine et de sérotonine amène les gens à avoir des problèmes de régulation et de contrôle de leur comportement. Le cortex cérébral perd son opérabilité et est soumis à des mécanismes impulsifs.

Le peptide de l’impulsivité

Un peptide est un type de molécule formé par l’union de plusieurs acides aminés. Eh bien, ces données sont intéressantes, car il a été découvert que le peptide MCH, qui agit également comme une hormone concentrant la mélatonine, médie à son tour notre impulsivité.

Ainsi, une étude publiée dans la revue Nature Communications a montré comment le MCH active ou régule l’impulsivité via les neurones hypothalamiques latéraux. La compréhension de ces substrats neuronaux de la neurobiologie de l’impulsivité facilite le développement de traitements de plus en plus innovants pour traiter les comportements dérégulés ou problématiques.

Les personnes ayant des problèmes de contrôle de la prise alimentaire présentent une altération de la production du peptide MCH, qui compte 19 acides aminés et est situé dans la zone hypothalamique latérale

Cours d'art pour enfants symbolisant comment contrôler la neurobiologie de l'impulsivité
Une éducation précoce au contrôle des impulsions empêcherait les enfants de développer de nombreux problèmes de comportement à l’avenir

L’origine génétique et pourquoi certains enfants naissent plus impulsifs

S’il y a un fait qui serait très utile, c’est de détecter tôt qui a une plus grande tendance aux comportements impulsifs. Cela nous permettra de donner des orientations pédagogiques dès l’enfance ; L’objectif sera de prévenir différents problèmes liés à la santé mentale.

Aussi frappant que cela puisse nous paraître, dans quelques années nous pourrons le réaliser. L’Université McGill a mis au point une technique permettant de diagnostiquer les jeunes enfants les plus à risque de comportement impulsif. La recherche est actuellement en phase expérimentale, mais il a été possible de détecter la présence de plusieurs gènes dans le cortex préfrontal et le striatum qui interviennent dans ce type de schéma.

L’identification de cette signature neurobiologique faciliterait par exemple le développement de programmes spécifiques pour éduquer au contrôle des impulsions, à la résistance à la frustration et à la bonne gestion des émotions. Cela, qui serait sans doute essentiel pour nous tous d’apprendre, serait surtout bénéfique pour que certaines personnes ne souffrent pas de problèmes futurs.

Pour conclure, notons que nous avons maintenant une bien meilleure compréhension des mécanismes de la neurobiologie de l’impulsivité. Chacun de nous peut travailler et améliorer cette caractéristique qui, après tout, nous conduit à l’inconfort, au regret et à vivre avec une version de nous-mêmes que nous n’aimons pas. Evitons-le.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 avantages de l’improvisation
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
5 avantages de l’improvisation

Improviser signifie agir sans trop réfléchir. Quand on improvise, on se laisse aller. Découvrez 5 avantages de l'improvisation.



  • Mitchell MR, Potenza MN. Recent Insights into the Neurobiology of Impulsivity. Curr Addict Rep. 2014 Dec 1;1(4):309-319. doi: 10.1007/s40429-014-0037-4. PMID: 25431750; PMCID: PMC4242429.
  • Noble, E.E., Wang, Z., Liu, C.M. et al. Hypothalamus-hippocampus circuitry regulates impulsivity via melanin-concentrating hormone. Nat Commun 10, 4923 (2019). https://doi.org/10.1038/s41467-019-12895-y
  • Kozak K, Lucatch AM, Lowe DJE, Balodis IM, MacKillop J, George TP. The neurobiology of impulsivity and substance use disorders: implications for treatment. Ann N Y Acad Sci. 2019 Sep;1451(1):71-91. doi: 10.1111/nyas.13977. Epub 2018 Oct 5. PMID: 30291624; PMCID: PMC6450787.
  • Restrepo-Lozano, J.M., Pokhvisneva, I., Wang, Z. et al. Corticolimbic DCC gene co-expression networks as predictors of impulsivity in children. Mol Psychiatry 27, 2742–2750 (2022). https://doi.org/10.1038/s41380-022-01533-7