Neurasthénie, la fatigue inexplicable : en quoi consiste-t-elle ?

Fatigue extrême, maux de tête, sensation de faiblesse... La neurasthénie est une réalité clinique décrite il y a plus d'un siècle et qui continue de nous remplir de doutes.
Neurasthénie, la fatigue inexplicable : en quoi consiste-t-elle ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 29 septembre, 2022

Épuisement extrême, maux de tête, étourdissements, hypotension artérielle, douleurs à l’estomac, nausées… La neurasthénie a été décrite pour la première fois en 1829 pour définir une maladie « des nerfs ». Il convient de noter que pendant plus d’un siècle, elle a eu une grande pertinence dans le domaine clinique et psychopathologique. Beaucoup de gens en étaient atteints.

Les anciens « aliénistes », c’est-à-dire les médecins spécialisés en psychiatrie, soulignaient qu’elle apparaissait dans plusieurs groupes très spécifiques. Le premier était celui des épouses d’agriculteurs, qui avaient l’habitude de passer de longues périodes seules à travailler leur terre. Les hommes d’affaires ont également montré ces symptômes. Cette condition était si frappante que William James l’a sarcastiquement nommée « américanicite ».

Avec cela, il a tenté de décrire l’état de stress et de surcharge subi par une grande partie de la société américaine. Or, la vérité est que cette réalité clinique continue d’être bien présente dans les pays asiatiques. À tel point qu’ils l’ont cataloguée dans leur classification chinoise des troubles mentaux (similaire à notre DSM-V) comme shenjing shuairuo, une dimension psychologique liée à une fatigue plus prononcée.

Homme stressé effrayé par le travail

Neurasthénie : définition, symptômes et causes

Nous devons ici souligner quelque chose d’important. La neurasthénie est un concept obsolète qui n’est pas inclus dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-V). Cependant, l’Organisation mondiale de la santé continue de la reconnaître, ainsi que la CIM-10 et les pays déjà mentionnés, en l’occurrence la Chine. Pour comprendre la complexité de ce trouble, il convient d’approfondir certains aspects.

Le premier est que, tout au long du XIXe siècle, les psychiatres se sont beaucoup intéressés à la neurasthénie. George Miller Beard était le neurologue qui a popularisé ce terme en 1869 (bien qu’il ait déjà été décrit antérieurement). Il l’a défini comme une faiblesse inhabituelle et irritante se manifestant par une fatigue idiopathique chronique (c’est-à-dire avec une cause inconnue). Voyons ses symptômes.

Symptômes associés

La neurasthénie apparaît après l’effort. C’est à ce moment que le corps entre dans un état d’épuisement physique et psychologique excessif. Cependant, la tâche effectuée n’est pas assez intense pour cette usure excessive. Elle entraîne les manifestations suivantes :

  • Maux de tête sévères pouvant parfois conduire à des migraines.
  • Douleur musculaire.
  • L’épuisement est très intense ; cependant, la personne se sent incapable de s’allonger et de s’endormir. L’insomnie peut donc être une constante.
  • Des maux de ventre et des troubles intestinaux (gaz, diarrhée ) apparaissent.
  • Des évanouissements ou des vomissements peuvent survenir.
  • Dans certains cas, on retrouve une hypersomnie (sommeil excessif).
  • Irritabilité.
  • Troubles paniques.
  • Difficulté à penser clairement.
  • Défauts de mémoire.

Tous ces symptômes ont une durée minimale de 6 mois (avec plus ou moins d’intensité ; de plus, certains symptômes apparaissent et pas d’autres).

Quelles peuvent être les causes ?

Neurasthénie, neuromyasthénie épidémique, maladie du Royal Free Hospital, maladie d’Akureyri, poliomyélite atypique, maladie d’Islande, syndrome de Da Costa ou syndrome du cœur irritable… Cette affection porte de nombreux noms et, s’il est vrai qu’elle n’apparaît pas dans le manuel de diagnostic et troubles mentaux, nombreux sont les pays qui lui accordent une place, une validité et une pertinence.

La présence de conflits affectifs, de maladies neurologiques, d’intoxications ou de dysfonctionnements immunitaires et hormonaux sont des conditions fréquentes chez les personnes qui se présentent à la clinique pour des symptômes de neurasthénie.

L’Université du Pays basque (Espagne) lui a consacré une étude en 2019. On y souligne que cette symptomatologie apparaît fréquemment dans les soins primaires. En fait, on soupçonne une maladie aux répercussions multisystémiques, c’est-à-dire qu’il existe de nombreuses variables qui pourraient se rejoindre dans la neurasthénie.

Dans la plupart des cas, deux conditions cliniques sont généralement diagnostiquées : la dépression et la fatigue chronique. De même, en 2015, la National Academy of Sciences des États-Unis d’Amérique (Institute of Medicine) a défini la neurasthénie comme une maladie d’intolérance à l’effort. C’est-à-dire qu’il y a des gens qui, lorsqu’ils exercent une activité, aussi insignifiante soit-elle, présentent des symptômes physiques et psychologiques indésirables.

Traitement de la neurasthénie

En général, le traitement de la neurasthénie se dirige contre les causes qui en sont à l’origine. Ainsi, il dépendra de la pathologie sous-jacente et variera avec chaque personne.

Concernant le domaine psychologique, on recommande généralement d’aller voir un psychologue et de suivre un traitement de soutien pharmacologique. Celui-ci se compose normalement d’antidépresseurs. Travailler sur la gestion émotionnelle et la gestion du stress est souvent utile pour les patients.

Femme stressée par le biais de

On la considère actuellement comme un trouble somatoforme

Comme nous l’avons souligné, la neurasthénie est un terme en désuétude pour une grande partie de la communauté scientifique. Ainsi, et bien que la CIM-10 (Classification internationale des maladies) continue de lui accorder une présence, la vérité est qu’elle est actuellement directement liée aux troubles somatoformes.

En d’autres termes, un trouble somatoforme est un cadre clinique dans lequel apparaissent diverses maladies ou symptômes que l’on ne peut expliquer que par des altérations organiques sous-jacentes. Ainsi, des facteurs tels que la fatigue extrême et le manque d’énergie sont toujours deux éléments qui composent cette catégorie clinique.

Quoi qu’il en soit, une chose est évidente. Nous pouvons continuer à accepter la neurasthénie comme maladie ou non car l’étiquette clinique, après tout, importe peu. La chose la plus décisive d’un point de vue psychologique et médical est de savoir ce qui déclenche ces symptômes.

Sigmund Freud parlait déjà en son temps d’une dépression. Les aliénistes du début du XIXe siècle décrivaient leurs patients comme des personnes qui portaient de nombreux soucis sur leur dos. D’autre part, et compte tenu des manifestations organiques, il a été constaté que de nombreuses personnes souffraient également de problèmes hormonaux, d’un système immunitaire déprimé ou même d’anémie.

Autrement dit, nous ne pouvons pas séparer les maladies organiques des problèmes psychologiques. Les états de stress et d’anxiété sont souvent à l’origine des troubles somatoformes dans de nombreux cas. Ainsi, des approches telles que la thérapie cognitivo-comportementale et, dans certains cas, l’administration d’anxiolytiques donnent généralement toujours de bons résultats.

Pour conclure, au-delà des terminologies, il y a des besoins. N’hésitons jamais à demander de l’aide à des experts pour chaque problème, chaque ennui, angoisse ou préoccupation qui nous assombrirait la vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
La fatigue, un problème de la vie moderne
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La fatigue, un problème de la vie moderne

L'accès aux technologies, les longues heures de travail et les activités que nous devons effectuer au quotidien peuvent provoquer des crises de fat...



  • Schwartz P. Y. (2002). Why is neurasthenia important in Asian cultures?. The Western journal of medicine, 176(4), 257–258
  • Martínez Jiménez, M. (2017). Neurastenia y fibromialgia: el enlace entre el sistema nervioso y la cultura en entidades clínicas complejas. En-claves del pensamiento, 11 (22). México.
  • Merikangas K, Angst J. Neurasthenia in a longitudinal cohort study of young adults. Psychol Med. 1994 Nov;24(4):1013-24. doi: 10.1017/s0033291700029093. PMID: 7892346.