Il ne me reste plus grand chose, mais au moins, je suis en paix

30 avril 2017 dans Psychologie 753 Partagés

Parfois, on voit passer dans notre vie des tempêtes qui semblent nous dévaster. D’autres vents semblent bien moins perturbateurs, même si leur brise en rien agréable peut apparaître constamment et sans nous accorder aucune trêve, nous arrachant ainsi à la paix. En revanche, il y a d’autres vents qui nous renvoient au sens-même de la vie. Des vents de vitalité que nous apporte la tendresse des personnes qui semblent être nées pour partager leur vie avec nous. Des vents forts, et d’autres, paisibles.

Cependant, parfois, ces vents deviennent des tourbillons trop puissants, si puissants qu’ils nous dévastent. Peut-être serons-nous déjà un « poids plume » pour eux, fragilisé-e-s par de petits événements négatifs qui nous ont fait chanceler. Cependant, à d’autres occasions, les tempêtes arrivent quand on s’y attend le moins et frappent avec une brutalité inattendue, arrachant la paix à notre vie.

Au moment où vous êtes à l’intérieur et que vous pouvez sentir toute sa force, vous pouvez avoir la sensation que vous commencez à perdre peu à peu tout ce que vous croyiez sûr dans votre vie. Votre tête commencera à tourner, et vous en arriverez à voir des réalités douloureuses que vous n’auriez jamais voulu voir (comme une trahison ou un abandon) alors que ces mouvements brusques d’idées semblent être basés sur d’autres d’une plus grande importance.

C’est alors que vous comprenez que cette tempête a emporté une part de vous, mais pas la meilleure. Elle avait besoin de l’emporter de cette manière pour qu’ainsi vous réagissiez et que vous cherchiez votre propre paix. Il est certain que j’ai souffert de ces tempêtes dans ma vie et aujourd’hui encore je ne sais pas s’il aurait été préférable qu’elles ne frappent pas avec autant de force. Elles m’ont montré l’essentiel. Il ne me reste plus grand chose, mais suffisamment en tout cas pour aller de l’avant et être en paix.

Avec des branches sèches, mais qui abritent la paix

Nous sommes tou-te-s passé-e-s par une étape où il semblait que la vie n’était pas disposée à nous accorder une trêve, ni la moindre marge pouvant nous permettre de comprendre pourquoi tout semblait si confus. Je ne crois pas en la loi de l’attraction, en revanche je crois que lorsque quelque chose va mal, la vie s’arrête tant que l’on ne comprend pas pourquoi. Pour le meilleur ou pour le pire.

Cette odeur qui selon vous en valait la peine n’était qu’une fumée colorée. Elle n’avait pas d’essence face à l’adversité. Ce sentiment d’admiration et de mystère pour quelque chose s’effondre pour vous montrer la médiocrité que cela cachait.

Il y a des fois où on semble perdre toutes nos branches touffues et nos fleurs resplendissantes, pour finalement se retrouver avec un arbre de branches sèches. Mais n’oubliez pas qu’il existe quelque chose de poétique dans la contemplation de cet arbre, sec et élimé. Il semble toujours abriter un désir, un espoir, une promesse.


Cet arbre, malgré tout, reste droit. De plus, sans rien qui le décore, il semble encore plus authentique que jamais. ll ne lui reste presque plus rien, mais suffisamment tout de même pour aller de l’avant.


Il semble être en paix, mais promet de bientôt déclarer la guerre. Il semble que la promesse qu’abrite son extrême maigreur est sa meilleure vertu. Parfois, les meilleures choses sont celles qui ont été belles et qui ne se sont pas reproduites, celles qui maintenant sont mortes mais qui annoncent leur intention de revivre. C’est sur ce plan plat de l’existence que se trouve le sens unique de la vie.

Les branches qui commencent à fleurir

Visiblement, rien ne sert de se lamenter. Ce que l’on ressent comme un tsunami et qui a emporté tout ce qui selon nous nous rendait spéciaux/spéciales a aussi emporté une multitude de choses inutiles. On prend alors conscience de cela, on relève la tête, et on se sent plus léger-ère.

Tout est devenu plus spontané et plus naturel. L’hypocrisie ne nous irrite plus mais nous fait simplement rire aux éclats intérieurement. Il n’y a pas meilleure réponse à fournir aux personnes qui nous ont fait du mal par acte, omission ou terrible déception que de l’indifférence interne que soudain vous êtes capable de manifester. Comme ce sourire spontané qui surgit avec les premiers airs de l’amour réciproque.

Les coeurs passionnés ne se brisent que face à quelque chose qui peut vraiment les blesser pour toujours. Une personne intelligente regrettera toujours ce qui a eu de la valeur. Généralement, la lâcheté ne fait pas partie du souvenir. Cela vous rappelle seulement la souffrance de votre ego, pas la douleur de la perte.

C’est pour cela que les fleurs commencent à renaître. Vous vous rendez compte qu’un jour, vous avez eu l’impression qu’il ne vous restait plus rien, mais que tout ce processus était en fait nécessaire pour que vous puissiez devenir la personne que vous êtes aujourd’hui. Vous vous sentez alors envahi-e par une sensation de paix, qui ne peut être ressentie qu’après avoir été victime de ces tempêtes qui peuvent vous transformer complètement.

Parfois, c’est un privilège de ne plus avoir grand chose, de voir les choses partir. Pourtant, tout le monde ne trouve pas de sens à ce processus.

Vous savez ce qui est réellement important pour aller de l’avant. Vous êtes plus agile, ce qui ne veut pas dire que désormais, vous n’aurez plus de problèmes, mais que vous frissonnez de nouveau sous les caresses de la véritable romance,  que vous riez de nouveau aux éclats avec vos ami-e-s. Vous profitez de votre vie sociale.

Le plus merveilleux dans tout cela, c’est que vous êtes resté-e debout avec dignité et que vous n’êtes déjà plus la même personne. Vous vous sentez bien mieux. Ne regrettez pas les sourires du passé ; ceux d’aujourd’hui sont déjà ceux qui vous caractérisent. Ils montrent que le meilleur reste encore à venir, et surgissent parfois de la clarté versée par la force de cette tempête.

A découvrir aussi