Mûrir, c’est voir l’amour dans l’âme des autres

· 15 avril 2017

Au fur et à mesure que nous mûrissons, beaucoup de nos croyances changent et évoluent. C’est le cas de notre point de vue sur l’amour. Mûrir sous-entend de comprendre l’amour d’une autre façon, qui serait plus profonde et parfois plus simple. L’amour mûr répond à un besoin intense dont la satisfaction implique une grande période de croissance.

Chacun de nous a une idée de ce que représente l’amour, de ce qui est réellement important et de ce qu’il attend d’une relation. Dans ce processus, les idées préconçues et les croyances personnelles ont un poids fondamental dans notre manière de vivre l’amour.

Il existe deux classes d’amour. Tout d’abord, l’amour adulte ou amour conjugal qui se décrit comme une amitié amoureuse qui inclut de l’affection, de la confiance, du respect, de la loyauté et une connaissance intime mutuelle. De l’autre côté, on retrouve l’amour passionné ou infantile qui est un état émotionnel sauvage où se mélangent des sentiments et des émotions comme la tendresse, la sexualité, la joie, la douleur, l’anxiété et la jalousie. Les études montrent que cet amour se limite à une durée d’entre 6 et 30 mois et peut resurgir de temps en temps.

Le temps est cette épreuve qui nous apprend à voir avec le cœur et à apprécier ce qui est authentique. Avec le temps, les expériences nous rapprochent de l’amour adulte, nous faisant sentir plus libres pour exprimer nos sentiments et être capables de reconnaître en l’autre ses états les plus profonds. Nous réussissons ainsi à voir à travers plus de paires d’yeux, et pas uniquement les nôtres.


« L’amour est la connaissance du toi par le moi. »

-Kierkegaard-


L’amour adulte

Un concept fondamental chez l’adulte et en amour est celui de l’autonomie. Parler de l’union de deux âmes et d’autonomie peut paraître contradictoire, mais cette dernière et l’estime de soi sont inséparables. Les individus autonomes comprennent que les autres n’existent pas seulement pour satisfaire leurs besoins : ils savent que, malgré tout l’amour et toute la compréhension qui existent entre deux personnes, chacun est irrémédiablement responsable de soi-même, chacun-e est responsable de son propre bonheur.

En mûrissant, nous donnons une valeur plus juste à chacune des choses que nous vivons, en appréciant l’essence de l’autre et en l’acceptant avec ses vertus et ses défauts. L’amour adulte donne des leçons de vie, en valorisant l’essence de la personne. En revanche, l’amour égoïste et infantile cherche à blesser, fixer ou dérégler l’autre personne.

Aimer permet de satisfaire un désir, une envie d’offrir de la tendresse. Être aimé-e comble un autre besoin : le désir individuel d’être aimé-e et apprécié-e. Si aimer constitue une classe spéciale de réalisation, être aimé-e est la récompense qu’on vous remet. Les principes qui expliquent comment nous choisissons nos compagnons se basent sur l’interaction entre les caractéristiques d’une personne et l’appréciation de ces traits par l’autre.

Aimer et être aimé-e ne sont pas les seuls plaisirs dans une relation adulte de couple, il existe aussi une satisfaction dans le fait de protéger, d’aider et de guider l’autre, en même temps que de se sentir en sécurité et en confiance.


Mûrir, c’est la capacité de supporter l’incertitude.


Pourquoi vivons-nous en couple ?

Au cours de ces dix dernières années, on a tracé un profil de développement normal en amour, de l’adolescence jusqu’à l’âge mûr, où l’on décrit un processus typique de développement. A travers ce profil, on observe que, dans la transition vers la maturité, nous nous engageons profondément dans les aspects importants de la vie comme l’amour, en nous libérant d’influences antérieures.

C’est au cours de cette étape que nous nous sentons plus préparé-e-s à nous engager dans une relation intime avec une autre personne, à formaliser la relation, à vivre ensemble et à nous marier. Nous nous mettons en couple en raison d’un besoin de sécurité, d’auto-affirmation en nous éloignant de notre premier foyer et parce que nous voulons atteindre un objectif vital qui est celui d’aimer et d’être aimé-e.

La grande majorité des problèmes de couple vient habituellement d’exigences romantiques inflexibles sur l’amour et le couple, qui sont très éloignées des fondations basées sur la maturité et l’objectivité. Ces idées fausses de l’amour passionnel ou infantile peuvent même mettre en danger des couples qui se complètent parfaitement.

En définitive, l’amour adulte se nourrit des expériences partagées, malgré tous les conflits et dangers internes. La véritable sagesse de cet amour réside dans sa propre évolution, en dépit des fissures et des blessures propres aux relations émotionnelles.


Exister, c’est changer. Changer, c’est mûrir. Et mûrir, c’est se créer soi-même.