Médicaments stabilisateurs de l'humeur : comment fonctionnent-ils ?

Imaginez une montagne russe, l'attraction par excellence des parcs d'attractions. Lorsque vous êtes sur l'un de leurs chariots et que l'ascension commence, vous pouvez vous sentir submergé par l'euphorie, mais lorsque vous atteignez le sommet et que le chariot descend, certaines personnes peuvent ressentir de la peur, de l'anxiété ou de la désolation.
Médicaments stabilisateurs de l'humeur : comment fonctionnent-ils ?

Dernière mise à jour : 27 décembre, 2022

Imaginez que cela se produise avec votre humeur, jour après jour, semaine après semaine. Quelque chose de similaire se produit dans le trouble bipolaire, dans lequel des épisodes maniaques (le haut) et des épisodes dépressifs (le bas) apparaissent. Des médicaments stabilisateurs de l’humeur ont été utilisés pour réduire les sautes d’humeur chez ces patients.

Le trouble bipolaire (TB) est un trouble mental grave avec un taux élevé de suicide associé. La souffrance des personnes atteintes de tuberculose est immense, c’est pourquoi avant de parler de traitement par psychorégulateurs, nous allons procéder à la définition de cette entité clinique.

“Le trouble bipolaire, parmi les troubles affectifs, a les taux de suicide les plus élevés.”

-Gonda-

femme atteinte de trouble bipolaire
Selon Rowland, le trouble bipolaire est associé à un appauvrissement fonctionnel, est l’une des principales causes d’invalidité dans le monde et présente des taux élevés de mortalité prématurée par suicide et d’autres pathologies associées.

Trouble bipolaire

La tuberculose est une maladie chronique, c’est-à-dire qu’elle est incurable. Pour son diagnostic, il faut qu’il y ait ou qu’il y ait eu un épisode maniaque ou hypomaniaque. L’affectivité de ces personnes se caractérise par le passage de phases d’hyperactivité ou d’hyperexcitation (manie et hypomanie), qui alternent avec des périodes de tristesse et d’inhibition comportementale (phases dépressives) et des moments de stabilité clinique (euthymie). De plus, les personnes atteintes de tuberculose peuvent présenter des épisodes mixtes, qui consistent à présenter simultanément des symptômes dépressifs et maniaques.

Les épisodes maniaques qui surviennent dans le MB sont caractérisés par la présence pendant au moins une semaine d’une humeur élevée et expansive, ce qui peut rendre le patient irritable. Elle s’accompagne également d’autres symptômes tels qu’une activité excessive ou une diminution du besoin de sommeil et interfère profondément avec le fonctionnement quotidien de la personne.

Pour le professeur de psychologie Amparo Belloch, les épisodes hypomaniaques s’apparentent aux épisodes maniaques, mais l’hypomanie n’interfère pas avec la vie quotidienne de la personne.

Médicaments stabilisateurs de l’humeur

Les personnes qui traversent des problèmes psychologiques éprouvent de temps en temps des turbulences émotionnelles, et c’est normal. Cependant, les personnes atteintes de tuberculose ont besoin d’un traitement qui les aide à prévenir la manie, c’est-à-dire qui permet de stabiliser le pôle maniaque.

Dans cet article, nous allons parler de deux groupes d’agents stabilisants fréquemment utilisés : le lithium et les anticonvulsivants.

1. Sels de lithium

Pour certains auteurs, c’est la pierre angulaire du traitement pharmacologique de la MB. Le lithium est le stabilisateur d’humeur classique, ainsi appelé parce qu’il est utilisé depuis plus de 50 ans dans le traitement du BD. C’est un ion dont le mécanisme d’action est encore inconnu et, même si c’est le cas, son efficacité dans les épisodes maniaques et dans la prévention des rechutes a été prouvée et documentée.

C’est un stabilisateur d’humeur en raison de son effet antimaniaque. En fait, c’est le traitement de première ligne pour toutes les phases de BD, en particulier pour les patients chez qui les épisodes maniaques prédominent.

Bien que ne connaissant pas entièrement ses mécanismes d’action, on pense qu’il pourrait augmenter les niveaux de sérotonine et de noradrénaline (produisant, par conséquent, un effet antidépresseur), tout en régulant les niveaux de dopamine (produisant l’effet anti-maniaque). ).

Le lithium nécessite une surveillance médicale étroite car sa concentration dans le sang doit être comprise entre 0,6 et 1 mmol/l et il est relativement aisé que son taux soit altéré par des aspects du quotidien comme la quantité de sel dans l’alimentation.

Ses effets indésirables sont larges et comprennent des symptômes gastro-intestinaux tels que la dyspepsie, les nausées, les vomissements et la diarrhée, ainsi que la prise de poids, la perte de cheveux, l’acné, les tremblements ou la sédation.

Femme prenant la pilule
“Les effets bénéfiques du lithium remontent au IIe siècle avec les écrits d’Arétaée de Cappadoce, qui décrivait l’amélioration des maladies qui présentaient des épisodes de manie et de dépression.” (Belloch)

2. Les anticonvulsivants comme stabilisateurs de l’humeur

Certains médicaments utilisés dans le traitement de l’épilepsie peuvent être utiles dans le traitement de la tuberculose. Bien que leur mécanisme d’action soit également inconnu, on pense qu’ils pourraient moduler l’action du neurotransmetteur GABA, associé au calme et à la relaxation. Parmi les anticonvulsivants les plus utilisés on retrouve :

  • Acide valproïque. Avec le lithium, c’est l’un des stabilisateurs de l’humeur les plus utilisés. Son utilisation chez la femme enceinte doit être évitée car elle peut provoquer des malformations chez le fœtus, ainsi que chez les femmes en âge de procréer. Le traitement par ce médicament doit également être étroitement surveillé car ses taux sanguins doivent rester compris entre 50 et 100 mg/L. L’efficacité de l’acide valproïque sur la phase maniaque du BD a été prouvée et il est également efficace dans le traitement de la migraine.
  • Carbamazépine. C’était le premier anticonvulsivant à démontrer son efficacité dans la phase maniaque du BD. Ses effets secondaires comprennent des éruptions cutanées et des modifications du taux de sodium (hyponatrémie). Vous avez également besoin d’une surveillance médicale appropriée car votre taux sanguin doit rester compris entre 5 et 12 µg/ml. Ses effets sur le fœtus sont connus, il doit donc être évité chez les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer. Ce médicament est également utile dans le traitement des douleurs neuropathiques.
  • Oxcarbamazépine. Il est similaire au précédent, avec l’avantage qu’il n’est pas nécessaire de contrôler ses niveaux de concentration dans le sang et qu’il a moins d’effets secondaires.
  • Lamotrigine. C’est un médicament qui a une solidité solide de preuves scientifiques lorsqu’il s’agit de prévenir les épisodes dépressifs et maniaques dans le BD. C’est l’un des rares médicaments psychoactifs qui agit sur la dépression bipolaire. De plus, il est généralement bien toléré par les patients.

À l’heure actuelle, il existe de nombreux outils permettant d’intervenir dans le trouble bipolaire et de prévenir sa récidive.

La récidive nous parle de rechutes répétées après avoir passé une phase de récupération complète. Malgré ce qui précède, il est encore nécessaire de mener beaucoup plus de recherches et de mettre en œuvre des politiques de santé qui combattent la stigmatisation associée à la tuberculose et permettent la pleine intégration de ces personnes en tant que partie essentielle et importante de notre société.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le spectre bipolaire : découvrez les types de bipolarité
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le spectre bipolaire : découvrez les types de bipolarité

Il existe différents types de troubles bipolaires. Déjà en 1980, Akiskal les classait en proposant le spectre bipolaire.



  • Belloch, A. (2022). Manual de psicopatología, vol II.
  • Stahl, S. M. (2021). Stahl’s Essential Psychopharmacology: Neuroscientific Basis and Practical Applications (5th Revised ed.). Cambridge University Press.
  • Moncrieff, J. (2018). El litio y otros fármacos para el trastorno maníaco-depresivo y bipolar. Revista de la Asociación Española de Neuropsiquiatría, 38(133), 283-299.
  • Silva, H. (2001). Mecanismos de acción de los estabilizadores del ánimo. Revista chilena de neuro-psiquiatría, 39(3), 219-230.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.