Hypomanie : symptômes et lien avec le trouble bipolaire

19 janvier, 2021
Pour la personne hypomaniaque, il n'y a pas de repos : il y a toujours quelque chose à faire, quelque chose à penser... Leur univers intérieur est accéléré et leurs émotions vont de l'euphorie absolue à l'irritabilité. Essayons de trouver la cause de cette situation.

Euphorie, hyperactivité, énergie débordante, incapacité à dormir ou à se reposer parce que l’esprit continue à avoir des idées, hyperempathie, verbiage excessif… L’hypomanie est une caractéristique importante d’un type très spécifique de trouble bipolaire.

Cependant, son diagnostic n’est pas facile car souvent le comportement de ces personnes est pleinement fonctionnel et n’attire pas trop l’attention. Il faut des décennies à de nombreuses personnes pour obtenir un diagnostic précis, pour avoir un nom pour ce qui ne va pas chez elles et qui les a fait se sentir différentes des autres pendant si longtemps.

Parce que pour ceux qui vivent avec l’hypomanie, leur monde évolue à un rythme différent, plus rapide, et dans lequel le repos physique et mental n’a guère sa place. C’est un état dans lequel les émotions sont trop intenses et tout est perturbé, au point que beaucoup finissent par se détester.

Nous connaissons aujourd’hui la grande pertinence clinique de détecter le plus tôt possible l’hypomanie dans le cadre du trouble bipolaire de type II. Si cela n’est pas fait, ou si cet état est confondu avec l’hyperactivité classique ou si l’on se concentre uniquement sur la phase dépressive, il peut en résulter des cas extrêmes. Laissez-nous vous en dire un peu plus.

Un homme qui prend une selfie.

L’hypomanie, qu’est-ce que c’est, quels sont ses symptômes ?

Nous connaissons tous des sautes d’humeur, c’est vrai. Il y a des jours où nous nous sentons plus énergiques et positifs et des moments où la réalité est couverte de gris. Où est donc la limite ? Comment différencier ce qui est normal de cet état déjà pathologique qui nécessite un traitement spécifique ?

La limite se situe dans l’impact que les états émotionnels et comportementaux ont sur notre vie. Cependant, la complication de ce fait est que parfois nous “normalisons” des situations qui devraient être traitées et, à leur tour, nous associons des comportements à des styles de personnalité en pensant que si une telle personne agit ainsi, c’est à cause de son caractère.

Toutes ces dynamiques apparaissent fréquemment chez les personnes souffrant d’hypomanie. Un exemple : si un frère, un meilleur ami ou notre partenaire ne prend jamais de pause du travail ou décide d’aller courir la nuit au lieu de dormir, on peut se dire “il a toujours été aussi hyperactif“. Or, il peut y avoir à l’origine de cette situation un trouble psychologique.

Qu’est-ce que l’hypomanie ?

L’hypomanie est un état caractérisé par une humeur dominée par l’effusion, l’exaltation par un dynamisme dans lequel les émotions sont intenses, les idées ne cessent de surgir et la personne présente une extraversion très caractéristique. Il y a aussi l’hyper-empathie, la capacité de se connecter aux émotions des autres et d’être infecté par elles.

Maintenant, une chose qui peut sans aucun doute attirer notre attention sur ce terme est le préfixe “hypo”. Cette nuance est importante et semble la différencier de la “manie” classique.

Dans ces cas, le comportement hypomaniaque est moins extrême que celui de la personne en phase maniaque. En d’autres termes, aucune rupture psychotique ne se produit et le comportement est généralement fonctionnel en moyenne. Il est également important de noter que l’hypomanie apparaît souvent comme une phase caractéristique du trouble bipolaire de type II.

Quels sont les symptômes ?

Comme nous l’avons noté, la personne atteinte d’hypomanie est généralement pleinement fonctionnelle. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’elle est non seulement performantse au travail, mais que son hyperactivité la rend très créative et la fait travailler plus longtemps. Voici d’autres symptômes et manifestations :

  • De légers états d’euphorie.
  • Verbiage excessif (ce sont des gens qui ont tendance à parler excessivement, qui passent d’une idée à l’autre.
  • Une grande créativité.
  • Pensée accélérée.
  • Tendance impulsive.
  • Une grande estime de soi.
  • Très peu d’heures de sommeil.
  • Une activité orientée vers la réalisation d’objectifs et la réussite sociale (plus d’amis, de couples, de rencontres sexuelles, de réussite au travail…).
  • Problèmes d’attention.
Une femme qui porte des écouteurs.

L’importance d’un diagnostic correct

L’hypomanie est l’une des phases du trouble bipolaire de type II. Cependant, comme nous l’avons déjà mentionné, son diagnostic n’est pas simple. Quand une personne demande de l’aide, ce n’est pas à cause de cette hyperactivité, de cet état d’euphorie. Ils le font généralement lorsqu’ils atteignent le stade de la dépression.

Par conséquent, le plus courant est qu’ils reçoivent une attention exclusivement axée sur ce trouble dépressif. C’est pourquoi il est recommandé de faire quelque chose de très simple : il faut toujours rechercher les signes possibles d’hypomanie chez toute personne qui présente des symptômes dépressifs.

De plus, des études telles que celles menées à l’unité psychiatrique de l’hôpital Puerta de Hierro à Madrid recommandent l’utilisation d’échelles et d’instruments appropriés pour encourager la détection précoce de l’hypomanie. Pour sa part, le DSM-V (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) établit les critères de diagnostic suivants :

  • Montrer une bonne humeur avec une augmentation notable de l’énergie pendant une période minimale de 4 jours.
  • Présenter trois ou plus des symptômes suivants sur une période de temps significative
    • Une grande estime de soi.
    • Diminution du besoin de sommeil (se sentir reposé après seulement quelques heures de sommeil)
    • Une verbosité excessive.
    • La course aux idées.
    • Problèmes d’attention.
    • Un comportement ciblé et presque obsessionnel vers certains objectifs.
    • Comportement irresponsable
  • Ces comportements ne doivent pas être le résultat de l’utilisation de certaines substances ou de l’effet de certaines drogues.

Comment l’hypomanie est-elle traitée ?

L’hypomanie n’est pas un trouble en soi, c’est une manifestation du trouble bipolaire de type II. Il est également intéressant de savoir que c’est l’une des conditions psychiatriques les plus ingénieuses pour le traitement.

Il y a des médicaments disponibles qui apportent de très bons résultats pour traiter à la fois l’hypomanie elle-même et les phases de dépression. La psychothérapie est également essentielle pour développer de nouvelles compétences, gérer les émotions et améliorer les relations. Le plus important dans tous les cas est de toujours avoir un diagnostic précis.

  • García-Castillo , Ines. Fernández-Mayo, Lidia. Serra no-Drozdowskyij, Elena (2012) Detección precoz de episodios de hipomanía en pacientes con trastorno afectivo. Revista de Psiquiatría y Salud Mental – Journal of Psychiatry and Mental Health. DOI: 10.1016/j.rpsm.2011.12.002
  • De Dios, C., Goikolea, J.M., Colom, F., et al. (2014). Los trastornos bipolares en las nuevas clasificaciones: DSM-5 y CIE-11. Revista de Psiquiatría y Salud Mental, 7: 179-185.