Médicaments antiépileptiques : action et effets

L'épilepsie est un trouble dont la principale caractéristique est la venue de crises épileptiques. Dans cet article, nous explorons les conséquences physiques, psychologiques et sociales associées.
Médicaments antiépileptiques : action et effets

Dernière mise à jour : 17 décembre, 2021

Les médicaments antiépileptiques constituent le traitement fondamental de l’épilepsie. Découvrez-en davantage sur cette maladie, en quoi consiste-t-elle et comment la traiter.

L’épilepsie est un trouble chronique du système nerveux central dans lequel l’activité cérébrale est altérée. Elle se manifeste par des crises d’épilepsie avec convulsions.

Pour établir un diagnostic d’épilepsie, la personne doit avoir souffert d’au moins deux crises. En effet, un épisode de crise isolé n’est qu’un symptôme. Il peut être la conséquence d’un fonctionnement anormal ponctuel des neurones, mais ne se répète pas nécessairement.

Un épisode épileptique peut avoir différents symptômes, dont les plus courants sont les suivants :

  • Mouvements spasmodiques.
  • Confusion.
  • Absences.
  • Perte de connaissance.

Par conséquent, nous pouvons définir l’épilepsie comme un trouble cérébral qui prédispose aux crises épileptiques et qui a des conséquences physiques, psychologiques et sociales associées. La prévalence de cette maladie au sein de la population se situe entre 0,4 et 0,8 %.

L’incidence est de 50 cas nouveaux pour chaque 100.000 habitants par an. Elle peut également affecter toute personne de tout sexe et de tout âge. Bien qu’elle soit plus fréquente chez les bébés et les personnes âgées.

Crises épileptiques

Les crises épileptiques peuvent se classer en deux grands groupes, eux-mêmes divisés en plusieurs sous-types :

  • Crises focales ou partielles : les convulsions se produisent à cause d’une activité anormale dans une zone spécifique du cerveau. Elles se divisent en deux catégories:
    • Simples : pas de perte de connaissance.
    • Complexes : perte de connaissance ou inconscience.
  • Crises généralisées : les convulsions ont lieu dans toutes les zones du cerveau. De même, les crises généralisées se classent également en plusieurs types:
    • Absence : le regard reste fixe pendant quelques secondes et des mouvements corporels tels que des clignements rapides des yeux ou des claquements de lèvres se produisent.
    • Tonique : rigidité musculaire.
    • Atonique : les muscles se relâchent et il y a une perte du contrôle musculaire. Ce qui entraîne des chutes.
    • Clonique : tremblements ou secousses répétitives dans différentes parties du corps.
    • Myoclonique : secousses courtes dans différentes parties du corps. Il s’agit de mouvements spasmodiques brefs et soudains.
    • Tonico-clonique : convulsions plus intenses qui peuvent provoquer une perte de connaissance soudaine, des spasmes musculaires, une raideur, des cris, etc.

Comment agissent les médicaments antiépileptiques ?

Les médicaments antiépileptiques constituent le traitement principal des patients souffrant d’épilepsie. Leur objectif est de rétablir l’équilibre neuronal afin de prévenir l’apparition de crises, ou du moins de les contrôler. Il existe différents mécanismes par lesquels ces médicaments modulent l’excitabilité neuronale. Nous pouvons souligner deux mécanismes principaux :

  • Activation du système inhibiteur GABAle GABA est le neurotransmetteur inhibiteur par excellence. Il est responsable de l’inhibition de l’activation neuronale.
  • Inhibition du système excitateur du glutamate : le glutamate est le principal neurotransmetteur excitateur. Il active les processus neuronaux du cerveau.

Plus concrètement, les neurones s’activent ou s’inhibent en fonction de leur différence de potentiel électrique. Autrement dit, il existe des canaux ioniques dans la membrane neuronale qui modulent l’activité neuronale en permettant, ou non, aux ions de les traverser. Bon nombre des médicaments antiépileptiques agissent donc sur ces canaux ioniques voltage-dépendants.

Types de médicaments antiépileptiques

Il existe de nombreux médicaments antiépileptiques et ils ne fonctionnent pas tous de la même manière chez chaque patient. Les effets indésirables ne sont pas non plus les mêmes. Chaque cas doit donc être étudié précisément par un spécialiste qui décidera du traitement le plus adapté aux besoins concrets du patient. En fonction de leur structure, nous pouvons classer ces médicaments de la façon suivante :

  • Hydantoïnes, tels que la phénytoïne.
  • Barbituriques, comme le phénobarbital.
  • Iminostilbènes, tels que la carbamazépine.
  • Benzodiazépines, comme le diazépam.
  • Acide valproïque.
  • Autres, tels que la gabapentine ou le topiramate.

Une autre classification divise les antiépileptiques en :

  • Antiépileptiques classiques :
    • De première génération, tels que le phénobarbital ou la phénytoïne.
    • De deuxième génération, comme la carbamazépine, l’acide valproïque et les benzodiazépines.
  • Nouveaux antiépileptiques, tels que la gabapentine et la lamotrigine.
  • Autres comme les oxcarbamazépines et le topiramate.

Selon leur mécanisme d’action, nous distinguons également une autre classification:

  • Inhibiteurs des canaux de Na : carbamazépine, oxcarbamazépine, phénytoïne et lamotrigine.
  • Médicaments qui agissent sur les récepteurs GABA : benzodiazépines, barbituriques, acide valproïque et gabapentine.
  • Médicaments qui agissent sur les récepteurs de glutamate : topiramate.

Effets secondaires

Les effets secondaires les plus courants dans le traitement avec des médicaments antiépileptiques sont :

  • Somnolence et vertiges.
  • Maux de tête.
  • Symptômes gastro-intestinaux.
  • Difficulté de concentration.
  • Sautes d’humeur.
  • Vision floue.

Pour éviter l’apparition d’effets indésirables, il est important de suivre les indications du professionnel. Les médicaments doivent toujours se prendre à la même heure et leur administration ne peut pas s’arrêter de manière soudaine. Par ailleurs, le traitement doit être contrôlé et supervisé régulièrement par le médecin.

Enfin, les médicaments antiépileptiques interagissent souvent avec d’autres médicaments ou substances. Il faut donc toujours consulter un professionnel avant de commencer un traitement, consommer des compléments nutritionnels ou autres substances similaires.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le soutien psychologique en cas d’épilepsie
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le soutien psychologique en cas d’épilepsie

Les traitements psychologiques associés à l'épilepsie contribuent à réduire les crises et à améliorer la qualité de vie des patients.



  • Organización Mundial de la Salud. (2016). OMS | Epilepsia. WHO.
  • Ibáñez, V., & Aguilar-Amat, M. J. (2011). Tratamiento de la epilepsia. Medicine.
  • Herranz Fernández, J. L. (2019). Fármacos antiepilépticos. Revista de Neurología.