Si tu m’aimes, cesse de contrôler notre relation

3 juillet 2017 dans Psychologie 928 Partagés

Peut-on réellement être dans une relation de couple tout en continuant à être libre ? La facilité avec laquelle les relations basées sur le contrôle se développent est déconcertante, même chez celleux qui veulent les éviter. La majorité des personnes souhaitent être libres et ne pas maintenir une relation dans laquelle elles se sentent contrôlées. Cependant, ces personnes veulent en même temps se sentir unies à d’autres personnes qui sont importantes pour elles. Ce sont les deux faces de la monnaie et nous devons trouver un équilibre entre elles.

Il y a quelque chose en nous, très enraciné dans notre être, qui nous pousse à vouloir nous lier. Il ne s’agit ni d’une chose logique, ni d’une chose physique, mais d’un besoin spirituel. L’esprit veut être libre et, en même temps, être lié à un autre.

Pourquoi établissons-nous des relations dans lesquelles nous cédons le contrôle ?

Le centre du problème est la sensation d’insécurité que nous ressentons, le manque de confiance en notre propre avis. Si nous avons besoin qu’une autre personne nous donne son approbation pour quelque chose, nous avons là un grand problème. Nous sommes en train de donner un pouvoir excessif à cette personne, en relation avec l’image que nous avons de nous-même. Nous sommes en train de nous placer dans les conditions idéales pour être contrôlé.


« Nous nous laissons contrôler en raison de notre sensation d’insécurité, en raison de notre manque de confiance en notre propre jugement. »


La profonde sensation d’insécurité peut se développer de différentes manières. Elle apparaît normalement durant l’enfance et dans le cercle familial, mais il existe des exceptions. Elle se développe sur la base d’une série de croyances fausses et augmente petit à petit à cause d’un besoin d’acceptation.

Comment se développe l’insécurité ?

Nous ne naissons pas avec une ardoise vide, propre et optimale pour écrire nos premières lettres. Nous venons au monde avec ce que l’on pourrait appeler « un équipement de naissance ». Ce bagage inclue les rudiments d’une personnalité susceptible de se définir progressivement, un certain potentiel intellectuel et toute une série d’inclinations et de prédispositions.

En outre, nous ne naissons pas avec un manque inné d’auto-estime. Il n’existait aucune tendance naturelle à nous remettre sans cesse en question. Ou à douter de nos capacités ou de notre valeur. Les enfants naissent en s’acceptant eux-mêmes, dans leur totalité. Le phénomène d’absence de confiance est une graine qui pousse après certaines circonstances déterminées, comme si quelqu’un l’avait plantée en nous.

Les parents sont imparfaits

Au cours de l’éducation des enfants, des erreurs sont parfois commises. Et, parfois, ces erreurs ont des conséquences à long terme. Ainsi va la vie. Les enfants ont besoin de l’amour inconditionnel et de la compagnie de leurs parents et, quand ils ne les obtiennent pas, le germe de l’insécurité peut se développer en eux.

Certains enfants ne bénéficient pas de la tendresse et de l’acceptation de l’un-e de leurs parents mais les reçoivent de l’autre. De la même manière, il existe des enfants qui naissent dans des foyers où les deux parents sont incapables de leur fournir l’amour et l’orientation dont ils ont besoin.


Les enfants ont besoin de l’amour inconditionnel et de la compagnie de leurs parents. Quand ils ne les obtiennent pas, le germe de l’insécurité peut se développer en eux.


Ils finissent par faire de ce manque d’amour et d’orientation une dynamique normale dans leurs vies. Ils placent cela dans le tiroir des choses qu’ils considèrent normales dans une relation conjugale, dans la paternité/maternité, dans leur identité en tant qu’homme ou femme. Ainsi, progressivement, ces traits s’appliquent à tous les rôles qu’ils jouent au cours de leurs vies.

L’insécurité peut aussi se développer chez les enfants qui reçoivent ce soutien. Par exemple, en entrant au collège, certain-e-s adolescent-e-s font l’expérience d’un si grand rejet de la part des autres qu’iels sentent que leur confiance en elleux vacille. Iels n’ont pas le contrôle sur les opinions des autres mais iels donnent à ces jugements subjectifs une importance qui compromet leur propre confiance.

Comment conserver notre liberté dans une relation ?

Avant de pouvoir nous lier à une autre personne et d’entamer une relation saine, nous devons effectuer quelques tâches. Le changement commence en nous et il est important de récupérer notre propre « self« . Cela implique de retrouver notre confiance en nous et de nous libérer de la croyance en notre supposée incapacité.


« Le véritable amour n’est pas l’amour propre, c’est celui qui réussit à faire en sorte que l’amant s’ouvre aux autres personnes et à la vie ; il ne presse pas, il n’isole pas, il ne rejette pas, il ne poursuit pas : il accepte, tout simplement. »

-Antonio Gala-


Quand deux personnes travaillent réellement leur relation, celle-ci doit normalement devenir plus ferme, plus intime et plus proche. Voilà ce que signifie créer une relation à long terme : évoluer ensemble et développer un projet qui s’enrichit au fil du temps.

L’amour inconditionnel

Une relation de couple doit être basée sur un amour solide et honnête et sur l’acceptation de l’autre. Essayer de contrôler quelqu’un signifie essayer de le transformer en une personne différente de celle qu’il est. L’amour authentique et inconditionnel inclue un engagement dans le respect de la liberté de l’autre personne ; vous avez par exemple le droit de mettre fin à une relation si vous sentez que le moment est venu de le faire.

L’amour inconditionnel signifie aussi permettre que l’autre évolue. Nous voulons ce qu’il y a de mieux pour la personne que l’on aime ou, ce qui revient au même, nous voulons que cette personne avance et grandisse autant qu’elle le peut.

La communication respectueuse

Nous avons besoin de communiquer de façon respectueuse pour garder une dignité au sein de la relation. Le manque de respect est tout simplement intolérable. Si notre compagnon/compagne est libre, iel ne tolérera pas le manque de respect et si nous sommes libres, nous ne le tolérerons pas non plus. Dans la balance de l’amour, il n’y a rien qui puisse mener à un manque de respect.

Accepter les différences

L’acceptation de nos différences affecte l’essence même de la liberté dans une relation de couple. Nous avons l’option d’accepter nos originalités respectives ou bien de les rejeter. Si nous faisons ce dernier choix, inutile de dire que nous ne ressentons pas de l’amour.

Apprendre l’un-e de l’autre

Nous apprenons l’un-e de l’autre grâce à nos différences. Les désaccords font justement partie du prix que nous avons à payer pour pouvoir accéder à cette richesse, celle que les autres peuvent potentiellement nous apporter. Ainsi, nous pouvons prendre nos différences respectives comme des objectifs pour notre propre évolution. Les membres d’un couple ont toujours quelque chose à s’enseigner.

Cette idée d’apprendre l’un-e de l’autre génère l’opportunité définitive de créer une relation de coopération, où la sensation d’être emprisonné n’a pas lieu d’être : nous devons être libres d’apprendre de/avec notre compagnon/compagne.

Accepter la liberté de notre conjoint

Il faut beaucoup de courage pour accepter notre compagnon/compagne comme un esprit libre. Car le risque de le/la perdre est énorme. C’est quand nous sentons que nous ne méritons pas ce que nous avons que nous prenons nos précautions pour le conserver. Nous pouvons nous transformer en des personnes qui contrôlent tout, et peu importe si nous avons été les « contrôlé-e-s » lors de nos relations précédentes.


« Il faut beaucoup de courage pour accepter notre compagnon/compagne comme un esprit libre, en le/la laissant se développer et grandir sans tomber dans le contrôle. »


Plus nous acceptons la liberté de l’autre et plus la relation aura de chances de durer. Si nous voulons être libres et souhaitons que notre conjoint/e le soit aussi, nous devons respecter un droit individuel. Ce droit n’est autre que sa liberté de nous choisir ou de nous quitter. Dans tous les cas, ce n’est qu’en respectant et en protégeant sa liberté que nous réussirons à faire en sorte que l’autre puisse exister dans la relation ; nous pourrons ainsi aimer cet être qui nous a un jour conquis, et continuer à le faire.

A découvrir aussi