Machine ou être humain : qu'est-ce que le test de Turing ?

« Je propose de considérer la question suivante : les machines peuvent-elles penser ? C'est ainsi qu'Alan Turing a présenté son célèbre test, destiné à différencier un humain d'une entité artificielle.
Machine ou être humain : qu'est-ce que le test de Turing ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 22 décembre, 2021

« Les machines peuvent-elles penser ? Il y a deux cents ans, cette question n’aurait pas beaucoup de sens, mais avec les progrès de l’intelligence artificielle et de la robotique, cette question est vue sous un autre angle. Pour savoir si un ordinateur ou un organisme artificiel a une capacité de raisonnement, le test de Turing est appliqué.

Il y a 67 ans, le père de l’informatique, Alan Turing, nous quittait. Cependant, avant son suicide dramatique, après sa condamnation pour homosexualité, il a quitté ce test destiné à évaluer si une machine était capable de faire preuve d’intelligence. Depuis lors, ce test intéressant, appelé à l’origine un jeu d’imitation, a lieu chaque année.

A noter, à titre de curiosité, qu’en 2014, un certain Eugene Goostman a réussi l’épreuve. Derrière ce nom apparemment humain, un esprit artificiel se cachait, mais attention, ce n’était pas un ordinateur. C’était un chatbot, un programme informatique qui simule et traite les conversations humaines.

Cette entité, capable d’appliquer des techniques de traitement du langage et un accès étendu aux bases de données, a trompé près de 30 % des personnes qui ont interagi avec elle. Ses créateurs lui ont donné la personnalité d’un garçon de 13 ans, il était curieux, plein d’esprit et présentait une logique conversationnelle surprenante pour les médias et l’arrière-plan de l’époque.

Nous sommes sûrs qu’Alan Turing serait étonné. Cependant, ce fait n’aurait pas été possible sans son dévouement et cet intérêt instinctif à élucider les différences entre les humains et les machines. Comprenons en quoi consistait son test.

“Si une machine est censée être infaillible, elle ne peut pas aussi être intelligente.”

-Alan Turing-

Robot en costume représentant le test de Turing

Caractéristiques du test de Turing

C’est en 1950 qu’Alan Turing présente son test dans l’article Computing Machinery and Intelligence. Ce travail a débuté par le raisonnement suivant : « Je propose de considérer la question suivante, les machines peuvent-elles penser ? ». La vérité est que le terme “penser” était quelque peu complexe et controversé, il a donc reformulé la proposition avec la question de savoir si une entité artificielle pouvait démontrer un comportement intelligent.

Il est fort possible que cette formulation n’était pas très pertinente à l’époque. Cependant, au fil du temps, nous avons de nombreuses raisons de nous souvenir de Turing. La première est qu’il était en grande partie responsable de notre décryptage d’Enigma. La découverte du code secret utilisé par l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale a aidé les nazis à perdre.

La deuxième chose qu’il nous a donnée était de solides raisons de réfléchir à l’évolution de la technologie et à ses conséquences. Pourrait-il arriver un moment où les robots et les humains interagissent les uns avec les autres dans le plus pur style Blade Runner ? Comment les différencier ? Le test de Turing est une méthode scientifique qui tente de définir dans quelle mesure une machine raisonne comme un être humain.

Jeu d’imitation, le jeu qui l’a inspiré

Le test de Turing a été inspiré par un jeu de société appelé jeu d’imitation. Il s’agissait simplement d’un homme (A) et d’une femme (B) entrant dans deux pièces séparées. Les invités (C), qui ne savaient pas qui se trouvait dans chaque pièce, leur ont envoyé des questions pour tenter de discriminer le sexe de ces personnes. Mais le plus compliqué est que l’homme (A) essaierait de leur faire croire qu’il était une femme, tandis que la femme (B) serait sincère et essaierait d’aider C à résoudre le mystère.

Alan Turing a extrapolé ce jeu dans un autre cadre. Il se demanda ce qui se passerait s’il y avait une machine dans l’une de ces pièces. Si nous leur posions les mêmes questions, serions-nous capables de savoir qui est humain et qui est une entité artificielle ? C’est là qu’a commencé cette hypothèse, qui prendra plus tard forme dans le célèbre test.

“Au lieu d’essayer de produire un programme qui simule l’esprit d’un adulte, pourquoi ne pas essayer d’en produire un qui simule l’esprit de l’enfant ? S’il était ensuite soumis à un cours pédagogique approprié, vous obtiendriez le cerveau d’un adulte.”

-Alan Turing-

Test de Turing, la conversation homme-machine

Le test de Turing est, en apparence, assez simple : une conversation s’établit en langage naturel entre une machine (A) et une personne (B). Au fil des années, ces ingénieries sont de plus en plus complexes. L’objectif est de créer des entités artificielles capables de tenir une conversation sans différencier l’être humain du logiciel.

Cette conversation dure 5 minutes et doit être évaluée par un juge (C), c’est-à-dire une personne qui ne sait pas qui se trouve dans cette salle ou cet écran. La machine (A) tentera à tout moment de tromper le juge et de lui faire croire que sa personnalité, ses réactions et ses attitudes sont tout à fait humaines.

Comme nous l’avons souligné, c’est en 2014 qu’une machine réussit, pour la première fois, à passer le test de Turing. Les créateurs de ce chatbot sophistiqué étaient deux informaticiens, Vladimir Veselov et Eugene Demchenko. Cependant, que oui, trompé 30 % des juges.

visages représentant le test de Turing

Le vrai but du test

Nous appliquons, examinons et analysons le test de Turing depuis plus de 70 ans. Cela nous permet de découvrir plus facilement comment l’intelligence artificielle progresse et quels aspects doivent être affinés pour tromper les juges, pour créer des esprits artificiels de plus en plus affinés. Il est curieux, par exemple, de voir comment sont analysés des détails infinis.

Des articles de recherche, tels que ceux d’experts tels que Kevin Warwick, scientifique, ingénieur et professeur de cybernétique à l’Université de Reading, au Royaume-Uni, mettent en évidence quelque chose de frappant. Lors du développement d’entités plus humaines, nous devons considérer la possibilité que les machines restent silencieuses pendant les interrogatoires.

Le fait qu’à un moment donné elle décide par elle-même de ne pas répondre, révèle aussi une attitude très humaine. Cela faciliterait la création d’êtres artificiels de plus en plus comme nous et nous rappelle en soi quel était vraiment le véritable objectif du test qu’Alan Turing a développé.

Son but n’était pas de pouvoir différencier l’humain de la machine. Ce qu’il voulait, c’était découvrir s’il viendrait un temps où les machines penseraient comme le font les humains. Ray Kurzweil, inventeur et figure du transhumanisme, a estimé que l’intelligence artificielle passerait le test de Turing dès 2029. Pourtant, c’est arrivé en 2014…

Cela pourrait vous intéresser ...
L’intelligence artificielle va nous permettre d’écrire en pensant
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’intelligence artificielle va nous permettre d’écrire en pensant

L'intelligence artificielle nous permettra bientôt d'écrire en pensant et d'effectuer de nombreuses activités sans effort physique.



  • Kevin Warwick; Huma Shah (June 2014). “Human Misidentification in Turing Tests”. Journal of Experimental and Theoretical Artificial Intelligence. 27 (2): 123–135. doi:10.1080/0952813X.2014.921734. S2CID 45773196.
  • Warwick, Kevin; Shah, Huma (4 March 2017). “Taking the fifth amendment in Turing’s imitation game” (PDF). Journal of Experimental & Theoretical Artificial Intelligence. 29 (2): 287–297. Bibcode:2017JETAI..29..287W. doi:10.1080/0952813X.2015.1132273. ISSN 0952-813X. S2CID 205634569.
  • Warwick, Kevin; Shah, Huma (4 March 2015). “Human misidentification in Turing tests”. Journal of Experimental & Theoretical Artificial Intelligence. 27 (2): 123–135. doi:10.1080/0952813X.2014.921734.
  • D L Dowe & A R Hajek (1997), “A computational extension to the Turing Test”, Proceedings of the 4th Conference of the Australasian Cognitive Science Society, archived from the original on 28 June 2011, retrieved 21 July 2009
  • Jose Hernandez-Orallo (2000), “Beyond the Turing Test”, Journal of Logic, Language and Information, 9 (4): 447–466, CiteSeerX 10.1.1.44.8943, doi:10.1023/A:1008367325700, S2CID 14481982.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.