L’université n’est pas ce qu’elle semble être

28 juin 2019
Un certain nombre d'attentes pèsent autour de l'université. Il est intéressant de les passer en revue et de les confronter à la réalité.

Nous associons toujours une série d’idées préconçues au monde universitaire. Et ce n’est pas inhabituel, car le passage à l’université est perçue de bien des façons. De fait, il n’y a pas deux témoignages similaires sur l’expérience personnelle de ce stade important dans la vie de tous les étudiants.

Étudier une discipline est une option que la plupart des gens ont tendance à envisager dès leur plus jeune âge. Pour cette raison, il est intéressant d’analyser les attentes en matière d’études universitaires. Allons plus loin.

Les attentes à l’égard du passage à l’université

Bien que la tendance change avec le temps, l’université bénéficie de milliers de mini-campagnes de marketing, puisque nous sommes petits. Elles nous viennent de nos enseignants, de nos parents, de nos proches, etc. Ils nous disent tous qu’étudier à l’université est la meilleure chose que nous puissions faire pour atteindre une vie stable à l’avenir.

étudiants à l'université

Cependant, la notion actuelle d’université n’est plus exactement la même, car il y a eu de nombreux changements sociaux, en particulier sur le marché du travail. Mais, malgré cela, il y a encore des attentes associées aux études universitaires.

Employabilité

On croit généralement qu’un cursus universitaire, en lui-même, va nous fournir plus d’employabilité que d’autres types de formation, comme les cycles proposés au secondaire ou les formations professionnelles.

Évidemment, chaque cursus comporte certaines portes de sortie qui interagissent avec l’état du marché du travail. Mais si l’on croit que le simple fait d’avoir un diplôme (quel qu’il soit) va nous donner un avantage parce qu’il est perçu comme un titre de plus grande importance, c’est une croyance qui n’est pas très fidèle à la réalité universitaire et professionnelle.

Fête

L’université et la fête sont deux domaines qui, malgré leur incompatibilité fondamentale, tendent à aller de pair dans la tête de la plupart des gens. Cette attente est également nourrie par l’influence de la culture étasunienne sur la vie étudiante.

Dans de nombreux films et séries produits aux Etats-Unis, nous voyons que l’étape universitaire est presque une philosophie de la vie, dotée d’innombrables codes, rituels et coutumes. En France, la vie universitaire n’est pas comparable à celle des États-Unis, mais il y a des expériences et des espaces caractéristiques du collectif universitaire. Les bourses Erasmus en sont un exemple.

Développement intellectuel

La plupart des étudiants en devenir pense qu’ils vont acquérir une plus grande sagesse grâce à leur passage à l’université. Malheureusement, la culture de l’esprit et de l’intellect a plus à voir avec une attitude personnelle qu’avec la stimulation intellectuelle qu’un diplôme offre habituellement.

Indépendance

Le critère de l’âge jouant un rôle déterminant, il est très fréquent d’associer le stade universitaire à la liberté dans son expression maximale. Si l’on ajoute à cela le fait que, dans de nombreux cas, les gens doivent quitter leur ville ou leur village pour étudier, l’attente et d’autant plus confortée. Cette attente est généralement satisfaite, du moins en ce qui concerne les activités quotidiennes.

Cependant, dans le milieu universitaire, il y a eu une certaine involution. La fréquentation est obligatoire pour les diplômes universitaires, à moins que le professeur ne décide de « fermer les yeux« .

Avant la réorganisation des diplômes, en licence et en master, il n’était pas très fréquent que la participation aux cours soit obligatoire. Tout du moins, si elle l’était, c’était sur décision de l’enseignant en question. Il y avait alors la liberté de décider d’aller en classe ou de préparer le sujet par soi-même.

cours à l'université

 

Que garde-t-on de la fac ?

Au-delà des attentes, on pourrait dire que l’université est une petite étape de notre vie. Si nous décidons de choisir cette voie, nous allons beaucoup apprendre. Mais l’apprentissage le plus important se fait probablement en dehors de la salle de classe.

L’une des plus belles choses de l’étape universitaire, c’est de pouvoir partager des espaces avec des gens que vous n’auriez jamais imaginé pouvoir rencontrer. Beaucoup d’entre eux, d’ailleurs, vous apprendront bien des choses sur la vie, grâce à leurs contributions, aux débats  et aux conversations sincères que vous aurez avec eux. Les gens ou, pour mieux dire, les camarades, sont, sans aucun doute, la meilleure chose que vous allez prendre à l’université.

Certaines de ces personnes finiront par devenir des amis inconditionnels, d’autres seront des compagnons dont vous ne perdrez pas la trace et vous serez heureux de les voir grandir. Vous aurez même des camarades de classe avec qui vous n’échangerez pas deux mots et vous n’aurez pas trop de relations.

Croyez-le ou non, vous vous souviendrez de toutes ces personnes, même celles qui rentrent dans la dernière catégorie. Ce compagnon qui était timide, mais qui vous saluait toujours avec un sourire, ou ce camarade qui était assis juste derrière vous et avec qui vous n’avez jamais pu parler. En effet, si l’université nous donne encore quelque chose de plus fort que la camaraderie, c’est bien le sens de la nostalgie.