Lorsque vous avez honte de votre famille

· 22 février 2019
Comment agir dans un tel cas ?

Si vous avez honte de votre famille, c’est peut-être à cause de questions en suspens ou de difficultés non résolues. En général, la majorité des conflits avec notre famille a lieu au cours de l’adolescence. À ce moment-là, nous la regardons avec un œil critique et implacable. Nous voulons nous différencier et nous prenons donc note de tous ses défauts et erreurs. Cela fait partie de notre développement.

Cependant, il arrive parfois que ces conflits ne se résolvent pas en grandissant. Ils peuvent persister jusqu’à l’âge adulte. La honte est un sentiment où le point de référence fondamental est le regard des autres. On la ressent quand un aspect de nous-même qui nous semble répréhensible est mis en évidence et quand les autres pourraient le censurerLe regard de ces derniers est au centre du problème.

« Les hommes ont honte des injures qu’ils reçoivent et non de celles qu’ils émettent. »

-Giacomo Leopardi-

Lorsque vous avez honte de votre famille, d’une façon ou d’une autre, c’est comme si vous aviez honte de vous-même. L’humanité est un grand arbre et chacun de nous est comme une feuille qui appartient à une branche spécifique. Nous faisons partie de cette branche. C’est là que nous naissons et c’est à partir d’elle que notre vie prend forme. Par analogie, nous faisons partie de la famille et la famille fait partie de nous. C’est quelque chose qui nous constitue. Alors, cette honte est-elle acceptable ? Devons-nous travailler pour la surmonter ?

La honte comme sentiment

Nous ressentons de la honte pour de nombreuses raisons. Certaines sont raisonnables et d’autres non. Nous pouvons avoir honte à cause d’un fait, d’une réalité ou d’une situation spécifique. D’autres fois, il s’agit d’un sentiment qui nous accompagne en permanence. Dans des cas extrêmes, nous en arrivons à avoir honte d’exister, d’être ce que nous sommes.

honte de votre famille

Sans en arriver à ces extrêmes, en général, nous pouvons dire que les sentiments de honte proviennent d’une conscience rigide. Plus que les autres, notre propre conscience lève la main et nous pointe du doigt. Parfois, bien évidemment, cette conscience coïncide avec le doigt accusateur de quelqu’un d’externe. Cependant, dans ce cas, le reproche, qu’il vienne de nous ou d’une autre personne, s’accompagne d’un autre élément : il s’agissait d’une chose que nous voulions cacher.

C’est ce qui différencie la honte de la culpabilité. Dans la culpabilité, nous retrouvons des reproches et un certain sentiment d’indignité. Dans la honte, il y a comme une sorte d’invasion de notre intimité personnelle. Cette chose que nous voulions garder cachée est révélée. Et nous la condamnons nous-mêmes. La honte finit de se configurer quand elle est exposée et nous supposons, ou nous rendons compte, qu’elle est aussi condamnée par les autres.

Lorsque vous avez honte de votre famille

Si vous avez tout particulièrement honte de votre famille, cela signifie qu’il existe des aspects de votre entourage immédiat qui vous semblent répréhensibles et que vous voulez cacher aux autres. Ces aspects sont parfois liés à une réalité objective; d’autres fois, ils ne viennent que de votre appréciation personnelle.

honte de votre famille

Il est possible que vous ayez honte de votre famille parce que, par exemple, un ou plusieurs de ses membres réalisent des activités illégales. Dans ce cas, la honte est plus que justifiée car il s’agit d’un risque pour votre nom. Cependant, très souvent, le motif de cette honte n’est autre que la pauvreté, ou un défaut physique, ou le simple fait que votre famille ne s’ajuste pas à un idéal que vous avez à l’esprit.

Dans toutes ces situations, il y a un problème à résoudre. Car un aspect de la vie n’a pas du tout été assumé de façon consciente. La honte est la conscience d’avoir deux visages. Or, intégrer tous ces aspects ou facettes est une chose saine. Pour y arriver, il est nécessaire de faire concorder ce que nous sommes et ce en quoi nous croyons.

Si vous avez honte de votre famille pour des raisons objectives, nous vous conseillons de prendre vos distances. Pas nécessairement de votre famille, mais de ses actions. Vous pouvez le faire ouvertement, sans chercher à vous cacher. Si votre honte est née de vos complexes de classe ou de condition, le plus adéquat est peut-être de réfléchir à toutes vos valeurs. Le problème n’est peut-être pas votre famille mais les complexes que vous traînez derrière vous. Les évaluer pourra être très utile.