L’intervention psychosociale en cas de catastrophe

17 octobre 2019
Après une catastrophe, différents protocoles coordonnés sont activés pour aider les personnes ou les communautés touchées. L'intervention psychosociale réalisée par des professionnels formés en fait partie. Dans cet article, nous vous parlerons de l'implication de la psychologie dans ce domaine.

L’intervention psychosociale en cas de catastrophe est conçue et appliquée dans le but d’éviter ou de minimiser les conséquences psychologiques et sociales chez les personnes et les communautés touchées par une catastrophe.

Les équipes qui réalisent ce type d’intervention – les équipes d’intervention psychosociale – sont généralement composées de coordonnateurs, de psychologues et de bénévoles spécialement formés. De plus, ils interviennent à deux moments différents dans le temps.

Premièrement, après une catastrophe. Deuxièmement, avant qu’elle n’arrive, par le biais d’un travail préventif qui réduit les facteurs possibles de vulnérabilité des communautés. Mais qu’entendons-nous par catastrophes ?

Qu’est-ce qu’une catastrophe ?

Elles se définissent comme les événements, tant naturels que d’origine humaine, qui provoquent une situation de menace si grave qu’elle dépasse la capacité d’y réagir et d’y répondre.

Les preuves scientifiques indiquent que les catastrophes naturelles ne laissent pas autant de séquelles psychologiques que celles causées par l’homme. Malgré cela, les deux ont des répercussions qui peuvent être dévastatrices pour la communauté et causer beaucoup de souffrance aux individus.

Un village après une catastrophe naturelle nécessitant l'intervention psychosociale

L’intervention psychosociale dans la communauté après une catastrophe

Face à une catastrophe, plusieurs facteurs peuvent influencer l’amélioration ou l’aggravation de la situation qui s’est créée. D’un point de vue psychosocial, la communauté doit être en mesure de reconstruire ce qu’elle a perdu :

  • Créer un sentiment d’appartenance : la communauté ne doit pas se sentir victime mais survivante
  • Travailler dans le climat social : il s’agit de la reconnaissance et de la validation par l’environnement des souffrances subies par la communauté
  • Garder le contrôle de sa propre vie : éviter l’impuissance et la dépendance
  • Retrouver les routines : cela réduit le sentiment d’incertitude
  • Développer des éléments instrumentaux : cela fait référence à la dignité et au soutien social.
  • Avoir des perspectives d’avenir

L’intervention psychosociale chez l’individu après un sinistre

Dès leur arrivée dans la zone sinistrée, les équipes d’intervention psychosociale doivent agir pour aider ceux dont les ressources psychologiques sont insuffisantes pour faire face à la situation qui vient de se produire. Ce sont eux qui auront la priorité.

C’est ce qu’on appelle les premiers soins psychologiques. Ils sont limités dans le temps et intenses, et n’ont pas à répondre à une demande directe de la personne concernée. Les équipes elles-mêmes peuvent prendre l’initiative et offrir leur aide. L’action doit être régie par sept principes :

  • Sécurité : avant tout, l’intégrité physique de la personne concernée doit être assurée
  • Proximité : fournir des soins psychosociaux dans des environnements proches du lieu de la catastrophe
  • Immédiateté : c’est un facteur très important pour prévenir la chronicité des symptômes
  • Normalisation : transmettre au survivant qui éprouve des réactions normales à des situations anormales
  • Activation : mettre en œuvre les stratégies que chaque individu a pour faire face à des situations. Il est également important d’activer leurs réseaux sociaux, afin qu’ils servent de soutien et évitent une aggravation de la situation
  • Simplicité : l’information doit être donnée de manière simple et brève pour un meilleur traitement
  • Flexibilité : l’attention psychosociale doit être adaptée à la situation spécifique, en modifiant les stratégies préétablies si nécessaire
L'intervention psychosociale est très importante en cas de catastrophe

Que faire lorsque nous voulons apporter notre soutien en cas de catastrophe ?

Face à un événement d’une telle ampleur, s’occuper d’un survivant sans formation et sans références peut être un objectif pour lequel nous ne savons pas comment agir. Que faut-il dire ? Que devons-nous faire ou éviter de faire ?

Voici quelques-unes des principales recommandations pour l’intervention psychosociale en cas de catastrophe :

  • Ne pas promettre quelque chose que l’on ne peut accomplir
  • Respecter et valoriser le silence
  • Rester aussi calme que possible
  • Permettre et valider l’expression des émotions du survivant
  • Respecter les croyances religieuses de chaque individu, ou les non croyances
  • Ne pas forcer la personne concernée à faire quelque chose qu’elle ne veut pas faire à ce moment-là
  • Eviter la confrontation avec la personne concernée
  • Ne pas donner de leçons ou de cours magistraux à la personne concernée au sujet de l’événement et encouragez-la à entrer en dialogue sur un plan transcendantal
  • Ecouter le survivant s’il veut parler
  • Ne pas prendre à la légère les menaces de suicide ou d’homicide

Pour conclure

En guise de réflexion finale, lorsque nous pensons à une catastrophe, nous prenons habituellement comme prototype un événement qui se produit dans un espace temporel délimité. Un tremblement de terre, un volcan, un accident de la circulation ou un accident industriel ayant des répercussions majeures, etc. Toutefois, ce n’est pas toujours le cas. Une catastrophe peut aussi être une longue guerre, une famine ou tout autre phénomène qui dure dans le temps.

Par conséquent, le travail des équipes psychosociales dans l’intervention psychosociale en cas de catastrophe n’est pas de soutenir seulement dans des moments spécifiques. Dans de nombreux cas, l’intervention psychosociale en cas de catastrophe doit être prolongée dans le temps, si nécessaire, jusqu’à ce que la communauté soit en mesure de retrouver le même niveau fonctionnel qu’avant la catastrophe.

 

  • Baloian, I., Chia, E., Cornejo, C., & Paverini, C. (2007). Intervención psicosocial en situaciones de emergencia y desastres: guía para el primer apoyo psicológico.
  • Pérez-Sales, P. (2004). Intervención en catástrofes desde un enfoque psicosocial y comunitario. Madrid: Átopos, 1, 5-16.
  • https://www.unincca.edu.co/permanencia/primerosauxilios/textos%20de%20ayuda/texto1.pdf