Troubles de l’alimentation et l’émotion exprimée chez les membres de la famille

26 juillet 2019
Les troubles de l'alimentation (TCA) sont très répandus chez les jeunes et les femmes. De nombreuses études se sont concentrées sur la personne atteinte de TCA, mais peu se sont concentrées sur les membres de sa famille. Cet article a pour but d'introduire la construction de l'émotion exprimée chez les proches des personnes atteintes de TCA et son influence sur l'évolution du trouble psychopathologique.

Les troubles de l’alimentation (TCA) se définissent comme des perturbations ou des altérations du comportement liées à l’alimentation, et donc à l’ingestion. Des altérations se maintiennent à long terme. Elles entraînent une dégradation de la santé physique de la personne. Ainsi qu’une détérioration de son environnement psychologique, social et très probablement familial.

Bien qu’il s’agisse d’un trouble psychopathologique d’un grand intérêt social et sanitaire dans la population, et plus particulièrement en raison de sa prévalence dans la population, et plus particulièrement en raison de son incidence dans le groupe des adolescents – on estime que jusqu’à 4 % des adolescentes et des jeunes femmes adultes présentent cette pathologie dans le monde occidental -, les études sur les parents des personnes atteintes de troubles alimentaires sont encore très rares.

Il s’agit là d’un défi incontournable et urgent. En effet, étant donné l’énorme pourcentage d’adolescents qui risquent de souffrir d’un trouble de l’alimentation, c’est un problème qui peut être transféré dans le milieu familial. Et avoir une répercussion féroce en son sein. Elle est également très pertinente puisque les membres de la famille peuvent également influencer de manière intangible l’évolution du trouble.

femme triste souffrant de troubles de l'alimentation

Facteurs qui accélèrent et maintiennent les troubles de l’alimentation

De nombreuses études ont tenté de rechercher les facteurs déclenchants des TCA. Mais aussi les facteurs qui les maintiennent. Des modèles tels que le multifactoriel de Vohs, Bardone, Joiner, Abramson et Heatherton (1999) ont déjà montré le rôle du perfectionnisme dans le développement de la symptomatologie de l’anorexie mentale.

Ce perfectionnisme dans des études plus récentes comme celle menée par l’Université nationale autonome du Mexique en 2010 est défini comme un souci extrême de faire des erreurs. Ou comme une indécision d’agir.

L’insatisfaction corporelle et l’image négative de soi. Le début d’une diète stricte. La prise de poids. Les conflits familiaux. Ou encore la critique constante du poids et de la silhouette. Tout autant de facteurs de risque pour le développement d’un ACT.

En ce qui concerne les facteurs de maintien de la pathologie, on retrouve la restriction alimentaire, les conduites purgatives et un environnement social très réduit, dans lequel les attitudes des parents sont recueillies.

Quelle est l’émotion exprimée chez les proches des personnes atteintes de troubles de l’alimentation ?

L’émotion exprimée (EE) est définie comme le style de communication émotionnelle au sein de la famille. Elleest également considérée comme un facteur de maintien pour les troubles alimentaires. L’EE est un concept qui a commencé à prendre forme dans les années 1950. Il a été développé à l’Institut de Psychiatrie sociale de Londres. Une première étude s’est penchée sur la façon dont la plupart des rechutes des personnes atteintes de schizophrénie se produisaient chez celles qui, après avoir été admises pendant un certain temps, revenaient à des seins familiaux qui comprenaient leurs parents ou partenaires.

Par conséquent, des recherches ont été menées pour déterminer quels éléments du sein familial ont joué un rôle dans les rechutes de celles qui sont rentrées chez elles. Brown, Birley et Wing ont trouvé trois aspects liés au développement et au maintien de la pathologie :

  • L’hostilité
  • La surimplication émotionnelle
  • Les commentaires critiques

D’autres auteurs, tels que Muela et Godoy, incluent également la chaleur et les commentaires positifs. Chez les parents de personnes atteintes de TCA, le concept de l’EE présente des aspects semblables à ceux trouvés dans des recherches antérieures sur la schizophrénie.

Composantes de l’émotion exprimée

  • Commentaires critiques : évaluation négative par un membre de la famille du comportement de la personne atteinte de TCA. Le contenu dénote non seulement la critique, mais aussi l’intonation
  • Hostilité : rejet de la part d’un parent de la personne atteinte de TCA. Ce n’est pas seulement une critique de quelque chose qu’elle fait, c’est généralement de sa personne
  • Surimplication émotionnelle : réaction émotionnelle intense des membres de la famille. Le but est de contrôler le comportement de la personne atteinte de TCA. La réponse émotionnelle peut aller des sanglots et pleurs constants à cause de la situation au sacrifice de soi sur les exigences de la pathologie. Ou à une surprotection excessive
  • Chaleur : réponse émotionnelle adaptée de la part de la famille qui implique de l’empathie, de l’affection, de l’intérêt
  • Commentaires positifs : commentaires verbaux d’affection envers la personne

Toutes ces composantes semblent jouer un rôle essentiel dans l’évolution de la pathologie de la personne. Ou du membre de sa famille atteint de TCA. Lorsqu’il y a des niveaux élevés, par exemple de commentaires critiques, d’hostilité et de surimplication émotionnelle, le contexte familial de la personne atteinte du trouble est plus coercitif, plus supervisé et beaucoup moins souple.

Des études longitudinales de l’environnement montrent qu’il existe des différences entre les TCA qui ont duré moins longtemps et ceux qui sont devenus chroniques. On observe que seulement 6% des membres de la famille des personnes qui se sont rapidement rétablies d’un TCA présentaient des niveaux élevés d’expression émotionnelle (EE).

De nombreux auteurs ont également étudié la relation de l’émotion exprimée chez les proches et le développement de la pathologie, et pas seulement le maintien une fois développée. Les résultats ont montré qu’entre 55 et 60 % des membres de la famille des personnes souffrant de troubles de l’alimentation présentaient une forte EE.

troubles de l'alimentation

La pertinence des membres de la famille

On souligne la nécessité d’inclure dans le traitement psychologie des TCA (anorexie nerveuse et boulimie nerveuse) une partie de la psychoéducation et, si nécessaire, une intervention auprès des proches de la personne atteinte du trouble.

Un bon ajustement émotionnel familial, où tous les membres sont capables de gérer leurs émotions et d’avoir une ventilation émotionnelle au bon moment, semble être d’une importance vitale pour l’amélioration des personnes atteintes de troubles alimentaires.

La participation des membres de la famille est extrêmement importante, d’autant plus que la plupart des personnes touchées par un TCA sont des adolescents. Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce qu’ils sachent comment gérer un TCA. Et, par conséquent, on souligne l’idée d’inclure les proches tout au long du traitement. Car ce n’est pas seulement l’EE qui sera l’objet de l’intervention.

Ainsi, il deviendra sûrement nécessaire de déculpabiliser les membres de la famille, pour qu’ils apprennent à se débarrasser de leurs étiquettes concernant la personne atteinte de TCA, à émettre des renforcements de comportements alternatifs et des améliorations de la personne atteinte de TCA ou à insuffler le calme et la patience face à une pathologie qui peut s’étendre dans le temps.

 

  • Franco, K., Mancilla, J., Vázquez, R., Álvarez, G. y López, X. (2011). El papel del perfeccionismo en la insatisfacción corporal, la influencia sociocultural del modelo de delgadez y los síntomas de trastorno del comportamiento alimentario. Universitas Psychologica, 10(3), 829-840.
  • Adrados, V. (2014). Emoción expresada familiar en los trastornos de la conducta alimentaria. Tesis doctoral. Universidad de Chile, Chile.
  • March, J. (2014). El papel del perfeccionismo en la insatisfacción corporal, la influencia sociocultural del modelo de delgadez y los síntomas de trastorno del comportamiento alimentario. Tesis doctoral. Universidad Autónoma de Barcelona, España.
  • Moraleda, S., González, N., Casado, J., Carmona, J., Gómez, R., Aguilera, M. y Orueta, R. (2001). Aten Primaria, 28(7), 463-467.