L’insatisfaction chronique n’est pas bonne pour le moral

9 juillet 2017 dans Psychologie 229 Partagés

Avez-vous déjà eu l’impression que quoi que vous fassiez, ce n’est jamais assez ? Pensez-vous que vous pourriez avoir mieux fait ? Exigez-vous beaucoup de vous-même ? Vous comparez-vous constamment ? L’insatisfaction chronique est toxique et nous conduit au perfectionnisme et à l’exigence. Savoir comment la transformer en un sentiment positif vous aidera à équilibrer votre vie plus facilement.

Le sociologue Zygmunt Bauman prétend que nous vivons dans une société liquide et de consommation, qui cherche à satisfaire les besoins matériels de façon immédiate. Cela suppose que les produits que nous consommons aient une durée de vie courte, et ce de ce fait, nos besoins ne sont jamais satisfaits et nous voulons consommer plus, pour nous sentir complet-ète-s.

Par conséquent, une partie de la responsabilité de la grande insatisfaction générale que nous ressentons est présente au niveau social. Nous passons notre journée à désirer des choses nouvelles et dès que nous les avons, nous voulons encore autre chose. En tant que société de consommation, presque chaque nouveauté suscite un désir.

“La moitié de la vie est désir, et l’autre moitié est insatisfaction.”

-Carlo Dossi-

Comment savoir si vous êtes insatisfait-e ?

L’insatisfaction chronique est non seulement un phénomène social, mais aussi un problème personnel et individuel. Vous pouvez avoir l’impression que rien ne vous comble, vous êtes accablé par ce qui vous reste à faire, et une fois que vous l’avez fait, vous ne percevez aucune sorte de récompense. Cela se distingue par le besoin d’approbation constante de la part des autres et la sensation que vous n’arrivez jamais à temps, qu’il reste toujours quelque chose faire ou que l’on peut mieux faire.

Si cela vous arrive, vous ressentez sans doute que tout vous contrarie et que vous vous fixez des objectifs impossibles à atteindre. La comparaison et l’envie sont aussi deux caractéristiques que l’on associe fréquemment à l’insatisfaction. Plus vous vous comparez, plus vous êtes insatisfait. Le paradoxe de l’envie est qu’elle vous éloigne de votre bien-être psychologique au lieu de vous aider à combler vos désirs.

Si vous ressentez que rien ne vous satisfait, vous avez peut-être un problème d’estime de vous-même non résolu. Le manque de confiance en vous fait également partie de cette sensation d’insatisfaction chronique. En doutant, vous pouvez ressentir une grande peur de l’échec et, par conséquent, cela va vous freiner pour prendre des décisions et avancer par rapport à vos objectifs.

À quoi vous sert l’insatisfaction ?

La bonne nouvelle est que l’insatisfaction a deux visages. L’un, comme nous venons de le décrire, peut vous contrarier et l’autre peut, au contraire, vous aider à progresser. L’insatisfaction occasionnelle peut être positive, elle vous permet de vous améliorer et à vous dépasser au quotidien. À petites doses, elle vous donne de l’énergie et de la motivation pour ne pas vous laisser abattre par les obstacles. Cela vous pousse également à ne pas vous contenter de ce que vous avez et à chercher une solution à vos problèmes.

Le visage aigri de l’insatisfaction apparaît quand vous le laissez s’installer dans votre routine et vous vous laissez accabler par l’exigence, la comparaison, la soif de perfectionnisme et l’ambition. Pour éviter que l’insatisfaction soit seulement occasionnelle, vous ne devez pas tomber dans le piège de la comparaison. Vous êtes unique et inimitable, et vous avez autant le droit que les autres d’avoir vos goûts, vos propres pensées et vos émotions. 

Pourquoi l’insatisfaction qui dure le temps finit par être toxique ?

L’insatisfaction peut vous indiquer que vous devez changer quelque chose en vous ou dans votre entourage, et cela peut finir par être positif si vous savez le détecter. Elle devient nocive quand vous faites durer la plainte et le mécontentement, car vous teintez votre vie d’ambition et vous vous concentrez sur le passé ou sur le futur au lieu de le faire sur le moment présent. L’envie de tout contrôler vous empêche ainsi de pouvoir vous détendre et vous oubliez alors ce qui est vraiment important : profiter des petites choses. 

“L’ambition est plus mécontente de ce qu’elle n’a pas qu’elle n’est satisfaite de ce qu’elle a.”

-Fénelon-

Si vous faites partie de celleux qui ont tendance à vouloir que tout soit parfait, il est probable que votre insatisfaction devienne nocive pour vous. Vous aurez beau planifier tout ce que vous voudrez, la vie a ses propres plans pour vous et personne ne peut contrôler les événements ou comment vont agir les personnes par rapport à cela.

Comment vous libérer de l’insatisfaction toxique ?

Voilà quelques idées pour pouvoir vous détacher de cette insatisfaction toxique :

  • Ne vous comparez pas car vous êtes une personne singulière et unique : la comparaison vous conduit simplement à idéaliser les autres au lieu de rester en contact avec la partie réelle de vous-même. Acceptez-vous tel-le que vous êtes et soyez reconnaissant-e de tout ce que vous avez. De cette façon, vous pourrez avoir l’impression d’avoir plus de forces pour tracer votre propre chemin.
  • Acceptez que vos besoins soient réels et pas imposés : demandez-vous si vous voulez quelque chose parce que vous en avez besoin, parce que vous le désirez ou peut-être parce que c’est ce que vous devriez faire.
  • N’essayez pas de prouver quelque chose aux autres : vous êtes la seule personne à qui vous devez démontrer quelque chose. Prouvez-vous que vous vous estimez et que vous vous aimez tel que vous êtes.
  • Laissez-vous le droit à l’erreur : vous n’êtes pas parfait, tout comme le reste de l’humanité, alors servez-vous de vos erreurs pour apprendre et tirez-en des leçons.
  • Laissez-vous guider par vos émotions : cherchez un équilibre entre émotion et réflexion, sans occulter vos émotions. Ce n’est qu’en laissant de l’espace à toutes vos émotions que vous pourrez mieux gérer votre insatisfaction ou votre mécontentement.
  • Profitez du moment présent : votre vie est dans le présent, dans l’instant immédiat, alors vivez-la en toute conscience et en toute plénitude.

La confiance en vous et en ce qui va advenir nourrissent votre âme et votre corps. Si vous apportez de la souplesse à votre vie, vous pourrez plus facilement gérer et vous détacher du contrôle et du besoin de perfection qui entraîne l’insatisfaction chronique. C’est comme ça que vous apprendrez à aimer vos défauts et vos qualités pour pouvoir vous débarrasser de votre exigence et être plus heureux avec vous-même et avec les autres.

A découvrir aussi