L’impuissance apprise

· 19 février 2019
En quoi consiste cet état psychologique et qu'implique-t-il ?

L’impuissance apprise, aussi connue sous le nom d’impuissance acquise, est ce qui pousse une personne à se comporter de façon passive, tout simplement parce qu’elle a appris à agir de cette manière. Cette personne pense qu’elle ne peut rien faire face aux situations adverses alors que, dans la majorité des cas, elle pourrait trouver des solutions.

Cette difficulté a été mise en relation avec la dépression et d’autres troubles de l’esprit qui poussent le patient à croire qu’il n’y a aucune solution à ses problèmes, alors que ce n’est pas le cas.

Qu’est-ce que l’impuissance apprise ?

L’impuissance apprise ou acquise est le résultat de stimulus négatifs ou aversifs, généralement incontrôlables, qui débouchent sur une carence d’initiative de la part de celui qui en souffre.

Par conséquent, ce n’est pas le stress qui pousse l’impuissance à se développer : c’est l’impossibilité de contrôler le moteur qui crée ce stressCette dynamique surgit souvent chez des familles avec des parents très autoritaires. Les enfants finissent par accepter toute sorte de situations (en-dehors de la maison aussi) parce qu’ils ont l’impression qu’essayer de les contrôler ne sert à rien.

L’incapacité de prendre des initiatives est bien présente, mais nous retrouvons aussi des personnes qui, bien souvent, ne sont pas capables d’apprendre de nouveaux comportements. Elles se retrouvent donc dans un état de démotivation et de relaxation alors que, sur le plan mental, elles ne sont pas du tout tranquilles.

femme pensant à l'impuissance active

 

 

Qu’est-ce qui provoque l’impuissance apprise ?

Comme son nom l’indique, cet état « s’apprend ». En tant qu’humains, nous avons tendance à étudier de près les conséquences de nos actions, en rejetant les comportements qui entraînent des conséquences négatives et en suivant ceux qui ont des conséquences positives.

Ceci peut sembler bénéfique, mais ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, quand un enfant rate un examen de mathématiques et sait qu’une bonne réprimande l’attend à la maison, cela ne veut pas dire qu’il réussira la prochaine fois; il commencera plutôt à chercher des stratégies pour ne pas avoir à passer cet examen et pensera qu’il n’est pas du tout doué dans cette matière.

Si la situation persiste, l’enfant risquera de plonger dans un cercle continu d’anxiété et de tristesse, une chose qui est liée à la dépression (et qui débouche souvent sur cette maladie).

Comment aborder les symptômes ?

Pour essayer de contrôler et de soigner ce trouble, il est très important de consulter un spécialiste qui nous explique ce qui nous arrive et comment nous pouvons aborder ce souci. Nous ne devons jamais nous auto-diagnostiquer, même si les symptômes semblent évidents.

En complément d’un traitement ou d’exercices recommandés par des psychologues ou psychiatres, nous pouvons progresser en suivant quelques normes.

Conseils pour surmonter l’impuissance apprise

  • Impliquez vos proches : si vous pensez que vous ou un de vos proches souffre d’impuissance apprise, ne le cachez pas. Ils peuvent être la cause de votre problème et vous pouvez avoir besoin d’une thérapie conjointe; s’ils ne sont pas responsables de votre trouble, ils vous soutiendront sur le chemin de la guérison.
  • Posez vos émotions sur un bout de papier : vous pouvez écrire un journal ou tout simplement noter dans votre téléphone ce que vous ressentez dans certaines situations concrètes. Relire ces quelques lignes peut vous permettre de faire la différence entre une cause raisonnable et une cause non raisonnable de stress.
  • Relevez des défis qui ont des solutions : face à l’incertitude dont vous pouvez souffrir à cause des conséquences incontrôlables de certains actes, envisagez des défis avec des résolutions possibles. Cela peut sembler ridicule, mais votre estime de soi et votre esprit d’initiative s’amélioreront.
  • Demandez-vous toujours trois choses face à un problème : comment puis-je l’éviter ? Qu’ai-je appris de cette situation ? Y a-t-il d’autres solutions que je n’aurais pas envisagées ? Devant un problème qui s’est déjà terminé, il est utile d’imaginer un scénario au cours duquel il n’aurait pas été résolu, pour penser tranquillement aux solutions que nous lui apporterions.
  • Pensez à vous : très souvent, les personnes souffrant d’impuissance apprise se sont déconnectées d’elles-mêmes et se sont négligées. Elles pensent plus aux conséquences de leurs actes et à la façon dont elles peuvent plaire aux autres. Il est important de réfléchir, de penser à nous et de prendre un moment, tous les jours, pour être un peu seuls.
femme libérée de l'impuissance apprise

 

Être patients est fondamental

L’impuissance apprise se soigne. Même si cela semble complexe et impossible, nous pourrons toujours recevoir de l’aide. Et peu importe qu’elle provienne d’un professionnel, de notre famille ou de nos amis : l’essentiel est de savoir que nous ne serons jamais seuls.

Par ailleurs, il est important d’être patients. Vous devez comprendre qu’un comportement appris, qui existe probablement depuis votre enfance, n’est pas facile à surmonter : ne soyez donc pas injuste avec vous-même et donnez-vous du temps. Vous le méritez.